blog dominique autie

 

Jeudi 25 novembre 2004

05: 53

 

Des veuves,

la veuve anthume plus particulièrement

 

(Courts manuels portatifs – 1)

 

 

Il est redoutable de mourir.
La perspective d’une survie (corps et/ou âme), et non la certitude du retour à un néant originaire, est objet d’angoisse.
La compagne survivante est la source la plus tangible de cette angoisse.
Il en va ainsi pour moi, et cette pensée me semble indissociable de mes premières angoisses d’adulte face à la certitude de la mort.

Teresa Sureda

J’ai toujours cru relever une pointe de jubilation (mal tenue secrète) chez la femme de l’homme malade. Nos familles sont évidemment le terrain idéal d’observation : le grand-oncle décline, la grand-tante a bien du mérite à s’occuper ainsi de lui, c’est une attention, un souci de tous les instants. D’autant qu’elle-même souffre de… Mais la grand-tante est solide comme un roc. C’est une sainte femme. Elle éprouve une joie profonde, intime, existentielle à assumer son destin de sainte femme, qui passe par la mort prochaine du grand-oncle.
La grand-tante est une veuve anthume.

Teresa Sureda

La sainte femme n’est (presque) jamais sur la photographie. Elle est à la cuisine, elle n’est pas présentable, et puis M’attendez pas, mangez pendant que c’est chaud. J’établis un lien direct entre leur absence sur le cliché et leur certitude, hautaine sous son apparente modestie, de disposer du temps des prolongations. Ce point relève d’une stratégie subtile face à la mort. (Poser sur la photographie, c’est reconnaître l’inéluctable victoire du temps ; se soustraire à la prise de vue, c’est dire : Cette photographie me reviendra, je serai toujours là pour la regarder quand vous n’y serez plus, c’est à mon usage que vous fixez ce cliché.)

Teresa Sureda

La sœur de Nietzsche bricolant dans les fragments posthumes du philosophe pour composer La Volonté de puissance : moins théoricienne avant la lettre du national-socialisme que veuve exemplaire – démontrant incidemment, pour l’exemple, que la qualité de veuve ne doit rien au statut matrimonial. Vieille fille, une sainte femme saura être la parfaite veuve anthume de son caniche.

Teresa Sureda

Mme X., veuve hagiographe, « fou » littéraire, tyrannise depuis des années les derniers témoins (à commencer par ses propres enfants) pour alimenter les six tomes de 300 pages chacun qu’elle prévoit de publier à ses frais. Dans le premier (paru en 1999), consacré aux treize premières années de la vie de son mari défunt, un long chapitre inventorie les cahiers d’écolier et les gribouillages enfantins du mort, en analyse l’écriture (il lui est évident que P. était un gaucher contrarié), reconstitue la moindre de ses amitiés de prime jeunesse. Mme X. étend ainsi (enfin !) le territoire de son veuvage anthume, s’approprie un temps où son veuvage était sans emploi. Où P. était vivant, n’était encore que l’objet fuyant de ce deuil spéculatif qu’est le commerce matrimonial.
On comprend, au côté rageur de son devoir de mémoire, que Mme X. aimerait tuer le témoin dès qu’elle en a fait usage : que personne ne s’aventure dans une contre-enquête. Que nul ne lui survive (à elle).
État limite (borderline) du veuvage, absence de limite entre l’anthume et le posthume – d’ailleurs P. parle à Mme X., des années après sa mort, lui dicte ses conseils (on n’ose dire ses volontés).

Teresa Sureda

Un traité clinique sur la psychopathologie des veuves ? Génial ! d’une utilité scientifique évidente, inédit… Ni le directeur de collection, ni l’éditeur n’ont pourtant pu recruter l’auteur. Tous ceux qu’ils ont approchés, flattés dans un premier temps, convaincus de la pertinence de la démarche, se sont récusés. On leur a supposé une ou plusieurs veuves anthumes, que la publication d’un tel livre sous leur nom aurait froissée(s).
Abondance de veuves ne nuit plus, ai-je écrit ailleurs.

Teresa Sureda

Qu’est-ce qu’un veuf ?
Un simple effet de jet lag.

Teresa Sureda

Journaux intimes, carnets, correspondance plus ou moins secrète avec l’exécuteur testamentaire : l’écrivain compose, sans illusion. Le Code de la propriété intellectuelle, qui porte à soixante-dix ans après la mort de l’auteur l’exercice des droits patrimoniaux par les ayants droit (leur accordant de fait l’exorbitant et scandaleux pouvoir d’exercer aussi le droit moral), est la loi la plus féministe qui soit. Toute femme un peu conséquente a ri sous cape des débat sur la parité : ne la concerne vraiment que ce qui touche aux tenants et aux aboutissants – le fœtus, le cadavre. Serrant ainsi les deux bouts du cordon, elle peut bien laisser l’homme écrire ce qu’il veut (ou siéger dans les conseils d’administration).

Teresa Sureda

Tout discours sur les veuves est-il nécessairement misogyne ?
Mort ou vif, l’objet du veuvage est le tiers exclu : la sœur, la femme légitime, la maîtresse sont des substituts de la mère, dont le statut de génitrice est le modèle absolu du veuvage anthume (tout bébé est un futur cadavre). La veuve épanouit son veuvage dans un dialogue tacite avec la veuve originaire. Tu l’as tiré du néant, moi je veille à ce qu’il soit restitué au néant…

 

En cul-de-lampe : Goya, Dona Teresa Sureda, c. 1805, National Gallery of Art, Washington.

 

Permalien

Commentaires:

Cet article n'a pas de Commentaires pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML