blog dominique autie

 

Jeudi 20 janvier 2005

05: 48

 

……………L'écran et le plomb

 

 

Casse imprimerie

 

Pouvais-je imaginer un instant, lorsque j'ai mis en ligne la première chronique de ce blog en octobre dernier, que la tenue de celui-ci me restituerait une part de la fièvre typographique – médicalement et en phase terminale, cela se nomme le saturnisme – connue il y a bientôt trente ans dans l'atelier de composition de l'École Estienne ?

C'est, en effet, par piété filiale autant que par passion pour le livre et la chose imprimée que je me suis inscrit, au milieu des années 1970, aux cours de formation continue de typographie dispensés dans le temple des arts graphiques. Un cursus auquel, administrativement, je n'avais pas droit – et c'est par l'entremise d'un ami de mon père que j'ai pu m'embarquer en passager clandestin dans ce navire mythique. Bientôt rejoint par Jean-Hugues Malineau et Christian Laucou, j'ai participé pendant trois ou quatre ans à la merveilleuse aventure de l'édition artisanale : nous cousions rue Sauffroy, dans la nuit du samedi au dimanche, les exemplaires imprimés dans la journée sur la presse à épreuves d'Estienne ; et Gérard Bialestowski, qui traversait à pied tout Paris pour prendre à Austerlitz le premier train à destination d'Arpajon (afin d'apporter des croissants chauds au chevet de sa femme et de ses filles) vendait au petit jour notre production aux dernières professionnelles qui arpentaient le trottoir ; celles-ci avaient fini par guetter cet étrange colporteur du dimanche, qu'il plût ou gelât à pierre fendre, au sac bourré de poésies et d'aphorismes obscurs imprimés au plomb sur vélin d'Arches.

Composer lettre à lettre ses propres textes en glissant entre les caractères en plomb des espaces maigres et fines (dans le jargon des typographes, espace est du genre féminin) vous donne le sens du poids des mots. La moindre longueur pèse entre vos doigts.

Curieusement, je retrouve en préparant les textes en vue de leur mise en ligne un peu de cette émotion. Certes, il serait possible de s'en tenir au petit menu qui pose à votre place les balises html pour obtenir les caractères en italiques et en gras. Très vite, toutefois, j'ai entendu maîtriser les blancs, disposer de vignettes pour séparer les textes constitués de fragments, des exposants, de l'alignement au fer à droite pour les épigraphes et les dédicaces… Sans parler des espaces insécables, pour lesquelles le logiciel que j'utilise ne prévoit pas de raccourci : six lettres constituent la balise qui évite qu'un point-virgule se trouve rejeté au début de ligne suivante.

J'éprouve de nouveau le bonheur de sculpter le texte, d'accorder un soin matériel à la langue. Et ce versant laborieux n'est pas pour rien dans la belle assuétude que suscite la tenue strictement quotidienne du blog.

 

Casse d'imprimerie, gravure de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

 

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

janvier 2005
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML