blog dominique autie

 

Mardi 21 février 2006

06: 20

L'ordinaire et le propre des livresPetite philocalie

 

16 – Plis, remplis, replis

 

 

rempli

 

Zoom

 

Pour Pierre Guinot.

 

 

Le livre est un labyrinthe de plis, de replis, de remplis, un volume mi-clos qui exige qu'on s'y insinue.

*

La page n'est pas blanche, ses bords ne sont pas rectilignes, elle n'est pas une surface plane à deux dimensions – elle n'est qu'une strate d'un cahier, qui n'est qu'une strate du volume, qui récuse toute géométrie abstraite. Tout le dispositif de fabrication du livre est soumis à l'angle droit : la forme typographique, le plateau de la presse, la lame du massicot. Effrontément, le livre est scalène [1]. C'est son mystère et sa gloire, son hommage à l'ouvrier typographe, au conducteur d'Heidelberg, au massicotier.

Frappé d'alignement, le livre tombe des mains.

*
hindoustan

L'introduction de planches, en appoint de la lecture, a fourni le prétexte de prouesses aux imprimeurs. Une manière plus sûre de chasser le tigre est celle représentée dans la gravure ci-jointe. On se sert d'éléphants, autour desquels se réunissent plusieurs cavaliers armés de fusils, de pieux, d'arcs et flèches, et souvent couverts d'une cuirasse. Un des éléphants (Voyez la planche) a déjà percé le tigre de ses défenses, et l'autre l'écrase, en lui posant un pied sur le corps [2].

La gravure est encartée face au texte. La déployer, c'est pratiquer dans la lecture un arrêt sur image, renoncer à feuilleter pour s'inviter dans l'étrange scène, que le texte, en regard, instruit.

On a vu des livres receler ainsi des planches dont la surface, ouvertes, leur était plus de six fois supérieure [3].

La conjonction dans la page du texte et de l'image – l'offset seul autorise l'habillage de l'illustration en pratique courante, l'intrusion réciproque du texte dans l'image, de l'image dans le texte – n'a rien apporté, si ce n'est l'incitation à feuilleter, à zapper, à pratiquer la lecture vite, qui préfigure l'écran.

*

Jusqu'à peu d'années, les imprimeurs suisses ont perpétué la pratique d'une confection du livre : pose manuelle des illustrations en couleur consistant en des vignettes contrecollées à leur place, laissée en réserve lors de la seule impression du texte au plomb ; couverture rempliée selon la méthode traditionnelle, sans découpe. [La forme qui laisse libres les coiffes est une première entorse, la technique consistait à vêtir le volume d'une feuille typographiée au verso, dans un format strictement homothétique du livre ouvert afin que le bord des rabats coïncidât parfaitement – tunique ou linceul sans couture, d'un même tenant ; un rien habillait le volume ; des doigts exercés, tels ceux d'un instrumentiste, lui mettaient en plis sa livrée à même le corps.]

Un imprimeur à qui je soumettais un tel exemplaire, me répondit : tout est possible (formule qui augure mal de la facture). Il précisa que les opérations de contrecollage et de rempli seraient sous-traitées par les ateliers des prisons. Il ne voyait que cette solution. Voulais-je un devis ?

*

C'est grand tort et temps perdu de faire reproche aux auteurs de littérature à l'estomac ainsi qu'aux éditeurs qui les publient. Il faut s'en prendre aux industriels qui sont parvenus à formater le livre aux normes de la grande distribution. Ce qu'on y trouve témoigne d'une irréprochable harmonie avec les angles vifs, le papier surfacé glacé à blanc, le pelliculage mat, la colle polymérique du produit blistérisé.

Il sera certainement moins aléatoire de lancer, demain, la mode du coupe-papier (après celle du sex toy) que d'apprendre à lire à nos contemporains.

*

Librairie Arthème Fayard, Alexandre Le Grand par Léon Homo, achevé d'imprimer du 5 février 1951, dans les ateliers de l'imprimerie Firmin-Didot au Mesnil-sur-l'Estrée (Eure). Volume broché, de main courante s'il en fut. L'éditeur avait la délicatesse de fournir les cartes des campagnes d'Alexandre en hors-texte dépliants, afin que le lecteur pût suivre, au fil de sa lecture, la cosmographie du conquérant.

*

[J'en déduis cette proposition, plus intime, contestable sans doute : l'éclairage a giorno ne sied pas au livre. Mais la lampe posée à hauteur des yeux, mais sa lumière frisante, qui rend imperceptiblement tactile le foulage du plomb, creuse des ombres dans les plis, remplis, replis de l'esprit à l'œuvre dans le clair-obscur du lire.]

*

 

À suivre.

 

Depuis la mise en ligne de cette chronique, Édouard Puginier a trouvé une superbe illustration de ce propos. Je le remercie de ce rapprochement et j'y renvoie le visiteur (15 mars 2006).

 

 

[1] Honte aux géomètres, pour une fois, qui ont prétendu confisquer à la langue cet adjectif superbe en restreignant son usage au triangle ! Le grec skalènos signifiait « qui penche d'un côté », « boiteux », avant d'induire « inégal », puis « impair ». Ce fut le nom de Timur Lang (Tamerlan) : le Boiteux – le Scalène ! Ainsi, du moins, le nommerai-je dans Nocturne. Libre à moi (libre à ma langue, qui veut ce mot dans son acception originaire) ![2] Histoire de l'Inde ou Religion, Mœurs, Usages, Arts et Métiers des Indous, rédigée d'après les Notices, les Voyages et les Mémoires les plus authentiques. Ornée de 104 planches. Tomes cinquième et sixième (texte et gravure reproduits ici figurent page 108 de ce dernier). Paris, à la Librairie Universelle, 1842 (Imprimerie d'A. Saintin, 38 rue St-Jacques). Je dois ce précieux petit volume à la délicate amitié de Georges de Lucenay, libraire à Cluny.
[3] L'Inde contemporaine, par F. de Lanoye, nouvelle édition, Librairie de L. Hachette et Cie, 1858. Imprimé par Ch. Lahure, imprimeur du Sénat et de la Cour de Cassation, 9 rue de Vaugirard, « près de l'Odéon ».

Couverture rempliée selon la méthode traditionnelle, avec la seule découpe aux coiffes.
Ars a été mis en page et imprimé par mes soins à quelques exemplaires hors commerce au moyen de mon informatique de bureau. Cette nouvelle a été mise en ligne sur le blog sous le titre La cure.

 

1 – Du papier 2 – De la typographie 3 – Du fil 4 – Du cristal
5 – De quelques exemplaires non tant rares que précieux
6 – Coups et blessures 7 – Les livres scolaires de Jean Henri Fabre
8 – Notes à l'encre 9 – De quelques feuillets glissés dans les livres
10 – Ceci n'est pas un coupe-papier 11 – Grands fonds (Payot)
12 – Un prêté n'est jamais un rendu 13 – Lignes courbes, faux carrés
14 – Chaleur des livres 15 – Les bibliophiles ont une âme
16 – Plis, remplis, replis 17 – De la serpente 18 – Nus de l'Inde
19 – Visite aux livres (Georges de Lucenay, libraire d'ancien)
20 – Livres d'angles 21 – Livres reliés
22 – Tu puer æternus par Olivier Bruley

 

 

 

chat_plie
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Vous avez vraiment fait ça avec du matériel de bureau ? Mais de quel bureau, donc ? Avec quelle Heidelberg virtuelle ?

Comment vous arrangez-vous avec le format ? Ce n'est pas du A4, ça. En tout cas, l'image ne permet pas de le distinguer. Et le papier ? L'imprimante accepte-t-elle tous les grammages ?

Vou savez beaucoup de goût mais, disant cela, je pense que je n'apprends rien à personne.
Permalien Mardi 21 février 2006 @ 11:00
Commentaire de: Philippe[s] [Visiteur]
Vous vouez aux gémonies les géomètres en raison de la confiscation de "scalène" qu'ils ont opérée. Vous voulez parler naturellement des mathématiciens-géomètres, et non des géomètres-topographes, qui n'en peuvent mais.
En revanche, "frappé d'alignement", ce sont bien eux les coupables (mais pas les responsables, n'étant que des exécutants des visions normalisatrices de nos édiles).

Est-ce le changement de titre de votre nouvelle qui vous a incité à placer votre publication hors commerce sous le timbre des "Risques et périls" ?
Permalien Mardi 21 février 2006 @ 11:35
Commentaire de: admin [Membre]
L'intérieur est tiré sur l'imprimante laser noir et blanc, au format A3, recto verso, sur papier teinté coquille d'œuf, d'après un fichier XPress mis en page par cahiers de seize pages. La couverture rempliée est imprimée sur l'Epson professionnelle couleur (jet d'encre), sur une feuille de papier à dessin de 120 gr/m2 (environ le format nommé "super A3" par les constructeurs d'imprimantes d'informatique de bureau). Le premier cahier intérieur est réimposé sur cette imprimante pour l'impression du titre en rouge sur la page de grand titre, à l'identique de la couverture. Le livre est plié, cousu et collé par mes soins (bande-son : les Suites françaises BWV 812-817 par András Schiff).
Ars a d'abord paru sous cette forme, imprimé en dix exemplaires. Lors de la mise en ligne, j'ai souhaité ne pas prendre le risque de choquer inutilement un visiteur qui n'aurait vu, à lecture rapide, qu'un blasphème gratuit dont la figure de Jean-Marie Vianney aurait été le prétexte. Toutes les références sont, cependant, assez explicites (et le cadre "historique" d'une stricte rigueur) pour qu'un lecteur averti reconnaisse le saint curé dans cette nouvelle. Je n'ai voulu qu'exténuer un peu plus cette histoire, mille fois contée, en continuant de l'écrire. [D.A.]
Permalien Mardi 21 février 2006 @ 17:29
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Ah, mais ce n'est pas du matériel de bureau ! Ou alors, de quel bureau, mazette ! Moi qui ai attendu longtemps pour pouvoir acheter de bons appareils, je ne dispose cependant pas de tout ça. C'est du matériel de professionnel que vous avez...
Permalien Mardi 21 février 2006 @ 18:06
Commentaire de: Kaïkan [Visiteur] · http://amiraute.dyndns.org/dotclear/
" Plis, remplis, replis...."
Quand le secret du coeur des livres se dévoile à nos âmes...
Permalien Samedi 25 février 2006 @ 11:07
Commentaire de: Lambert Saint-Paul [Visiteur] · http://lambertsaintpaul.hautetfort.com/
Voilà ici d'excellents replis de l'espace !
Permalien Mardi 28 février 2006 @ 16:22

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

avril 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML