blog dominique autie

 

Lundi 27 février 2006

07: 31

Usage des blogs

 

Restitution
blanc
des contenus confisqués

 

site_intexte

 

 

Depuis dimanche soir, le nouveau site de l'entreprise est en ligne. J'en ai établi et formalisé le contenu, page à page, ligne à ligne, comme je le fais depuis octobre 2004 sur ce blog. Je peux revendiquer les mots composés en italiques et en gras, la place des illustrations, les galeries visuelles qui présentent nos réalisations professionnelles – et jusqu'au moindre lien qui renvoie d'une rubrique à l'autre, permet de circuler de façon fluide au fil des pages, au fil des travaux et des jours : c'est moi qui l'ai placé.

Utiliser le même logiciel open source que celui de mon blog pour réaliser enfin un site d'entreprise qui évoque l'image de notre offre, l'idée ne m'était pas venue. C'est Sylvie Astorg, dont les fonctions de gérante lui font tenir les comptes de nos déconvenues, qui l'a émise un matin. Elle est en relation quotidienne avec les éditeurs étrangers pour lesquels nous travaillons ; elle s'est rendue à la foire de Francfort en octobre, elle a pris la mesure, sur le terrain, des fruits de son travail d'éditrice déléguée et de l'excellente réputation de l'entreprise. Notre site bancal, farci de coquilles, effrontément laid, sur lequel la production éditoriale de nos clients était dévalorisée, tout cela constituait la seule ombre qui planait sur la bonne image d'InTexte. Moins de trois semaines après qu'elle a lancé cette phrase (presque comme une évidence à laquelle on aurait pu songer plus tôt), les plates-bandes étaient désherbées et nous avions aligné les premiers plants.

Je rends ici hommage à Édouard Puginier qui, sans le moindre état d'âme, a dessiné l'environnement visuel de notre nouveau site et assuré, en amont, la part la plus ardue des aménagements informatiques nécessaires à contraindre un logiciel de blog à ne plus avoir le physique de l'emploi. Je lui dois également le nouveau visage du blog. Est-ce un hasard ? Édouard, qui s'est depuis orienté vers le webdesign et la création en 3D, fut l'un de nos étudiants en BTS édition, il y a quelques années. Il a été formé aux contenus. C'est toute la différence avec le webdesigner du coin, que le texte encombre et qu'exaspèrent, par principe, ceux qui ont le mauvais goût de le produire.

L'an passé, j'ai dû traiter, pour un client, avec une entreprise parmi les plus performantes en matière d'ingénierie informatique. La plus-value des métamoteurs qu'elle a créés et commercialise ne fait pas le moindre doute. Il m'a fallu demander qu'on dispose simplement, sur le menu interactif d'administration d'un site dont je devais finaliser et mettre à jour les contenus, des boutons me permettant de rationaliser la mise en page typographique, sans que je doive intervenir dans le code source html (ce que je sais faire, désormais, grâce à la tenue du blog). J'ai indiqué ma demande avec précision, décrivant les différents niveaux de mon échelle de titres, sollicitant de pouvoir décider moi-même de l'interlignage, des blancs. Je parlais hébreu, j'importunais, j'étais hors cahier des charges. Je pouvais bien introduire mon volapuk par copier-coller, les feuilles de styles formatées par le développeur en feraient ce qu'il était prévu qu'elles en fasse. De quoi me mêlais-je ? Et, surtout, je n'avais rien compris à la culture de l'Internet, qui n'est plus celle, rassise, de l'édition papier. Cerise sur le gâteau d'un mépris affiché, je passais pour un has been.

Sans oublier (il est malheureusement inoubliable) l'escroc aux petits pieds doublé d'un psychopathe aux toutes petites psychoses que nous avons entretenu à demeure pendant huit mois : outre le prix exorbitant de son incompétence, lui aussi nous confisquait les contenus – se défaussant, par des théories informatiques qui se sont, à l'usage, rélévées parfaitement fumeuses, de sa haine pour sa propre langue dévoyée. Notre honte était telle devant notre site d'entreprise, qu'il a laissé en chantier un matin, que nous n'avons même pas cherché à y corriger les innombrables incongruités qu'il y avait publiées. C'eût été peine perdue : en le démontant ces jours-ci, nous avons constaté qu'il l'avait misérablement truffé de codes et de mots de passe qui en verrouillaient l'accès à ses propriétaires…

Cette piétaille du grand ordinaire est du même monde que l'homme qui [quelques lecteurs le reconnaissent, je suis même certain qu'il leur manquait], à l'angle de ma rue, réchauffe jour et nuit la pâte à pain surcongelée, s'auto-érige boulanger occitan, affiche ses valeurs au-dessus de ses viennoiseries caoutchouteuses (excellence, réactivité, flexibilité) et roule en Jaguar.

L'apprentissage patient du blog nous a, peu à peu, affranchis de la suzeraineté d'une technologie illettrée. Il n'est pas certain que, devant le sage ordonnancement des rubriques, le visiteur mesure dès la première visite l'ampleur de la (re)prise de pouvoir dont témoigne ce site d'entreprise, y voie l'acte quelque peu subversif qu'il concrétise pourtant – surtout si, demain, nous commercialisons ce savoir-faire.

 

 

souris_index

CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blancCliquez ici

 

Commentaires:

Commentaire de: Elodie [Visiteur]
On sent une réelle exigence au service de l'expertise, et c'est une qualité malheureusement bien rare. Quant à l'escroc psychopathe dont vous parlez, je n'aimerais pas être à sa place. Ni à la vôtre. Car si son incompétence et sa haine pour une langue qui vous est chère ont de quoi faire de la peine, celle que vous nourrissez à l'égard de cet homme est, à mon avis, tout aussi violente et inutile. Les internautes ont-ils besoin de connaître les détails de vos règlements de compte et du mépris que vous affichez pour les collaborateurs qui vous quittent pour apprécier l'excellence de votre nouveau site?
Permalien Mardi 28 février 2006 @ 08:48
Commentaire de: Lambert Saint-Paul [Visiteur] · http://lambertsaintpaul.hautetfort.com/
Votre peau neuve s'achève enfin. Donc plus de temps pour l'écriture ?
Permalien Mardi 28 février 2006 @ 16:24
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
Bravo. Vous avez bien fait de reprendre le pouvoir. Ne vous laissez pas impressionner par les mauvais informaticiens. Vu la quantité de ressources gratuites ou bon marché qui existent sur le Web, ce n'est vraiment pas la peine... Mais c'est vrai que les compétences ne s'improvisent pas. A l'occasion, je me permettrai peut-être de vous demander quelques tuyaux... Bonne continuation.

P.S.: c'est très bien, les Jaguar. Un peu comme le livre: celles d'aujourd'hui sont plus prévisibles, mais sans l'âme qu'avaient celles d'hier.
Permalien Jeudi 2 mars 2006 @ 20:57

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML