blog dominique autie

 

Vendredi 7 avril 2006

05: 54

Statuaire

 

V
blanc
Le Masque d'Ali
statuaire africaine
[ Ali la Lune ! ]

 

 

 

masque_ali

 

Zoom

 

Ils étaient une dizaine d'enfants handicapés légers et leur éducatrice dans le minibus, que je conduisais. Nous rentrions d'excursion, à la nuit tombée. La route, déserte, traversait le causse aveyronnais. Soudain, Ali s'est manifesté par de grands rires, par des cris de joie. Sa fièvre devint très vite agitation inquiète et bruyante chez ses camarades. Nous roulions depuis assez longtemps pour que je convienne avec l'éducatrice de faire halte. La nuit était claire, l'endroit suffisamment dégagé pour permettre aux enfants de se dégourdir un peu, de respirer l'air frais de cette nuit d'été.

À peine posé le pied sur le bas-côté, Ali s'est mis à sauter sur place, plus exalté encore, puis à courir à toutes jambes sur le causse pelé, bras ouverts, au cri de Ali la Lune ! Tous les vingt ou trente mètres, il s'arrêtait net, ne quittant pas l'astre rond des yeux, tressautant, poings serrés sur la poitrine, secoué du même rire cosmique, se retournant vers moi qui ne le quittais pas d'une semelle pour tenter de me faire partager sa joie – me désignant l'objet de son bonheur : Ali la Lune !

Il a malheureusement fallu, de retour au minibus, après un assez long moment de ce culte commun dans lequel Ali n'eut aucun mal à m'entraîner, qu'il tentât d'y associer son éducatrice. Celle-ci, dûment formatée aux idées de l'après-Soixante-Huit, se mit en devoir de le raisonner. La Lune est à tout le monde [ben voyons !], et pas seulement à Ali. L'affaire s'est conclue dans les pleurs, nous avons péniblement repris la route. Il en est resté, toutefois, une tacite connivence entre Ali et moi.

J'occupais, durant l'année, le poste de veilleur (éducateur de nuit, si je m'en tiens à ce qui était écrit sur mes feuilles de paye) dans l'institut médico-pédagogique où Ali et son frère aîné Mohammed avaient été placés. Ils avaient, à l'époque, sept et neuf ans [1].

Les raisons qui leur avaient valu d'être comptés au nombre de cette quarantaine d'enfants inaptes à une scolarité et une socialisation de droit commun restent éloquentes, trente ans plus tard : Ali ne supportait pas de porter des chaussures fermées ; Mohammed, quand il s'agissait d'apprendre à lire, plaçait systématiquement son manuel à l'envers, selon un angle très précis qui, finit-on par comprendre, correspondait jadis à sa position immuable par rapport au Livre, le soir, quand le cercle se bouclait devant la tente du chef pour écouter une sourate du Coran. Ali et Mohammed, quelques mois auparavant, vivaient encore parmi les leurs, dans le Nord saharien.

Il y eut, l'année suivante, cet atelier de modelage au cours duquel les uns préparèrent une crèche (le gauchisme des écoles d'éducateurs mit plus de dix ans, avec l'aide de l'État, pour venir à bout de la présence patiente et rassurante des religieuses), d'autres un cendrier ou des bustes de Freud. Mohammed obtint, afin de me l'offrir, de figurer le visage de son frère, qu'il refusa obstinément de peindre. L'éducatrice de service m'expliqua qu'elle était juste parvenue à ce qu'il ménageât un trou, sur le sommet du front, afin que je puisse suspendre l'objet au mur. Ce à quoi, aujourd'hui même, je me garderais bien d'obtempérer : tant ce trou est celui de la pensée unique. Dans mes demeures successives, le masque d'Ali a reposé – il repose – à terre, au pied de la grande bibliothèque du salon que j'ai construite de mes mains dans ces années-là ; il n'en est pas dissociable : Ali, assis sur le sable, tourné vers le Livre, à l'écoute d'un texte qui descend.

 

 

À suivre.

 

I – Femme khmère
II – Vierges romanes
III – La Vénus de Sireuil
IV – La petite danseuse de l'Indus

 

 

[1] J'ai travaillé de 1972 à 1976 dans cet IMP de Châtillon-sous-Bagneux, tout en poursuivant mes études. J'avais la charge d'une quarantaine d'enfants âgés de sept à quatorze ans qualifiés, à l'époque, de débiles moyens, appellation éminemment incorrecte revue depuis, je suppose. J'en avais la charge de 21 heures à 8 heures, du dimanche soir au vendredi matin. Durant le séjour d'été dans la maison mère des religieuses aveyronnaises qui assuraient encore l'hôtellerie de ce qui avait longtemps été un orphelinat (l'une de ces maisons du Bon Dieu qui accueillirent, pendant des siècles, les enfants dont personne n'entendait s'occuper), il avait été convenu avec l'équipe que je travaillais le jour, les éducateurs faisant à tour de rôle l'expérience de ces passionnantes nuits difficiles (l'expression est de Buzzati) qui furent mon quotidien pendant quatre années.

Masque en plâtre de son frère Ali modelé par Mohammed
pour Dominique Autié, ca. 1975, (cliché  D.A.).

 

bloc_index_da2

Commentaires:

Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://www.alinareyes.com
C'est très beau, merci vraiment.

L'institutrice de mon dernier fils, quand il avait tout juste cinq ans, en dernière année d'école maternelle, lui reprochait souvent d'être dans la lune.
Alors, de retour à la maison, il écrivait partout sur des feuilles de papier : "la lune est très importante".

Un jour j'ai joué l'Hirondelle d'Oscar Wilde pour des enfants autistes, ils montaient sur la petite scène et se mêlaient à la pièce, Artaud aurait apprécié je pense ce théâtre de la cruauté.
Permalien Vendredi 7 avril 2006 @ 09:51
Commentaire de: Danielle sub-lunatique [Visiteur]
La lune est un satellite inféodé a la terre , juste un miroir quadrangulaire .

Sur l'écran noir et blanc de nos nuits vertes, à part trois jours par mois...

Permalien Vendredi 7 avril 2006 @ 16:00
Commentaire de: L'argus des blogs [Visiteur]
Il faudrait éditer un journal de souvenirs intitulé "Ma Mongolie intérieure" !

Cela me fait penser qu'hier dans un librairie un peu branque je suis tombé sur une plaquette à deux euros signée Dominique Autié et éditée par Patrice Thierry ! Bonté divine me suis-je dit, bon sang mais c'est bien sûr commissaire Bourel ! Je l'ai donc reposé délicatement pour qu'elle tombe en des mains plus pures ...

C'était un encart publicitaire gratuit de l'argus des blogs. Abonnez-vous !

Permalien Vendredi 7 avril 2006 @ 17:55

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

décembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML