blog dominique autie

 

Dimanche 16 avril 2006

08: 59

 

doigt_tendu
Accès au sommaire électronique du dossier


 

Le Saint Suaire de Turin

LA CONTROVERSE DE PARIS (1902)

 

Édition en ligne de l'intégralité des communications
publiées dans La Revue scientifique
au printemps 1902


Textes retrouvés et édités par Dominique Autié

 

mains_suaire
Les mains de l'homme du Suaire

 

 

À la mémoire de Jean Dieuzaide.

 

Avec les empreintes négatives de mains mutilées de la grotte de Gargas, dans les Pyrénées françaises, le Linceul conservé à Turin [1] compte parmi les quelques signes légués d'un passé plus ou moins proche sur lesquels notre intelligence du monde vient buter. Le Linge et les mains malmenées de Gargas partagent un statut d'icônes corporelles qui, par leur appartenance même à la nature humaine de ceux qui tentent de les déchiffrer, fascinent autant qu'elles brouillent notre regard : la tragédie que constitue l'échec de la science dans ses approches des unes comme de l'autre tient à l'impossibité d'objectiver tout à fait ma main, mon corps, de les mettre à distance suffisante pour les autopsier moi-même – et pathétique est le refus du scientifique d'envisager un seul instant que son propre corps, sa propre main recèlent une part incontournable de l'énigme qu'il lorgne à travers la lentille de son microscope électronique.

En suggérant que la main aux phalanges lacunaires et le corps qu'assurément a enveloppé le linge conservé à Turin sont ainsi vivants, je n'ai pas le sentiment de faire un pas de trop. C'est, tout au contraire, la seule justification plausible aux bégaiements pitoyables des sciences exactes devant l'énigme du Linge.

C'est entre le 25 et le 28 mai 1898 qu'un avocat turinois, Secondo Pia, réalise les premiers clichés photographiques du Linge. Dans la nuit de son laboratoire, il constate, stupéfait, que la plaque négative porte, en « positif », l'image parfaitement lisible d'un corps ; cette image, qu'on distingue sur l'objet photographié – une vaste macule aux contours incertains –, a donc toutes les propriétés d'un négatif photographique [2]. Or, dans les quatre années qui vont suivre, l'essentiel sera dit de ce qu'il est possible de dire et d'écrire sur les interrogations que pose cette découverte. Les pages retrouvées, presque par hasard, que je publie ici, sont saisissantes pour cela : en 1902, quelques autorités s'écharpent dans une revue de vulgarisation scientifique, à la suite d'une communication faite à l'Académie des sciences par le Pr Yves Delage, zoologiste respecté et connu pour son agnosticisme. Il y fait la promotion d'un livre qui vient de paraître, dont l'auteur est l'un de ses collaborateurs ; dans l'ouvrage de Paul Vignon, toutes les conséquences de l'image révélée dans les bains de Pia sont d'ores et déjà entrevues, décrites, discutées. Et cela rend fou de colère les libres-penseurs.

Dans le siècle qui va suivre, la science ne fera que rendre l'énigme plus tenace, en confirmant par chacune de ses investigations nouvelles deux points essentiels, sur lesquels repose la singularité du Linge : l'image dont il est le support n'est pas faite de main d'homme (elle est acheiropoiète) ; et, surtout, aucune méthode, aucun process disponible dans notre panoplie technologique ne permettent, à ce jour, de reproduire cette image en la dotant de toutes les propriétés dûment constatées qui sont les siennes : de sorte que, si le linge conservé à Turin est un faux, c'est un faux d'exception puisque la première caractéristique d'un faux est d'être trahi par son procédé, inapte à produire un original parfait, donc confondant. Dire que le Saint Suaire est un faux est donc dénué de sens et de toute portée : jusqu'à présent, les expertises scientifiques ont, tout au contraire, démontré le caractère hautement original de l'objet et de l'empreinte qu'il supporte ; la singulière originalité du linceul – son improbabilité même – justifie seule que le dossier ne soit pas, aujourd'hui, refermé en dépit d'épisodes qu'on eût voulus définitifs, telle l'expertise péremptoire au carbone 14, dont les résultats furent rendus publics le 13 octobre 1988.

Les pages dont je propose aujourd'hui l'édition en ligne sont peu citées. Et pour cause : n'avoir pas mentionné ses travaux visionnaires dans sa bibliographie reste le principal grief qu'un scientifique de 2006 puisse adresser à un confrère de 1902. La fraîcheur du débat, à sa source, rend pesant un siècle de colloques, de symposiums et les milliers de volumes qu'ils nourrirent. J'ai mis la main, il y a quelques mois, sur une série de volumes des années 1900 de la Revue scientifique et j'y ai découvert, ébahi, les communications dont je reproduis et commente le texte intégral. Quelques années plus tôt, leur lecture m'aurait peut-être découragé de noyer ma voix dans le brouhaha qui entoure le Linge et son mystère [3].

Un livre achevé me donne quitus. Je me méfie de l'homme d'un seul sujet, d'un seul livre, de l'obsession monothématique. Rouvrir le dossier du Suaire ne va pas, cependant, sans émotion. Au point que je rajoute ici un double post-scriptum à mon manuscrit de l'époque, que m'inspire la lecture de ce que j'appelle ici – parce qu'elle me semble aussi essentielle que celle de Valladolid – la controverse de Paris :

– Le Linge est bien un objet anachronique – pire, à contretemps –, qui nargue notre sens de la chronologie, d'un temps linéaire qui fonde notre foi dans un possible progrès, scientifique, économique, intellectuel et moral. D'où ce constat déroutant : plus nous avançons dans la question du Linge, moins nous disposons à son propos d'un savoir à notre convenance.

– Enfin (ce fut toujours le point d'ancrage de mon propos), les protagonistes de 1902 disputent d'une image de l'homme, inattendue, scandaleuse, surnuméraire. Cette image, c'est la technique photographique qui nous la tend. Un homme, un photographe, a rappelé sur plusieurs décennies du siècle passé cette évidence et cette dette : j'aurais eu, depuis ma venue à Toulouse à la fin des années 1970, toutes les opportunités souhaitables de me rapprocher de Jean Dieuzaide et de nouer avec lui le seul bel entretien qui vaille, sans doute, à propos du Linge. C'est l'un de mes plus vifs regrets.

 

 

[1] On voudra bien m'accorder un usage flottant de la capitale initiale pour tout ce qui concerne le Linge et celui dont il a enveloppé le corps, quelles qu'en soient les circonstances – que nous ne connaîtrons sans doute jamais avec la certitude que requiert l'esprit scientifique occidental. Ma méditation devant l'image du Linge oscille ainsi, depuis plus de trente ans, entre fascination, recueillement et piété. L'absence et la présence ponctuelles de mes majuscules alternent, comme la nuit et le jour, comme plaisir et souffrance.
[2] Peter Geimer, « L'autorité de la photographie – Révélations d'un suaire », Études photographiques, n° 6, mai 1999. Consultable en ligne sur le site de la revue. Il s'agit, à ma connaissance, d'une des rares contributions de qualité publiées en langue française ces dernières années à propos du Saint Suaire. On la lira avec profit en complément du dossier que je présente ici. L'auteur y analyse la démarche de Paul Vignon et l'éclaire du contexte épistémologique qui donnait son statut au cliché photographique à la jointure entre le XIX° et le XX° siècle.
[3] Dominique Autié, Toutes les larmes du corps – Devant le Linceul de Turin, Le Rocher, 1998.

 

Lire la présentation des protagonistes de la controverse
blanc_mince
Lire la présentation du livre de Paul Vignon
à l'origine de la controverse de 1902

 

Accès au sommaire électronique
doigt_tendu………… du dossier La controverse de Paris………………………

 

 

 

La préparation de ce dossier a requis un véritable travail éditorial. Même si les textes de La Revue scientifique sont dans le domaine public, nous remercions les personnes qui les reproduiront et feront état de cette controverse à partir des pages de ce blog de bien vouloir mentionner leur source ; dans le cas d'une publication en ligne, merci de poser un lien vers la page d'ouverture de ce dossier en utilisant l'url de ladite page :

http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2006/04/16/
saint_suaire_de_turin_la_controverse_de_1902

(cliquez ci-dessus puis copiez/collez d'un seul tenant l'url qui s'affiche dans la fenêtre supérieure de votre navigateur.)

Par avance, merci. – Dominique Autié.

© Le blog de Dominique Autié, 2006.

 

Commentaires:

Commentaire de: Sébas†ien [Visiteur]
Peut-être serait-il utile, une fois tous les textes mis en ligne, de les réunir dans un fichier pdf, accompagnés de votre introduction et de la présentation des protagonistes de l'affaire, de sorte que nous puissions imprimer l'ensemble et le lire à tête reposée.

Dans son livre sur le suaire de Turin publié en 1978, le journaliste Ian Wilson évoque cette controverse et rend hommage à Yves Delage et Paul Vignon. (P. 48 sont reproduites leurs photographies).
Permalien Lundi 17 avril 2006 @ 09:22
Commentaire de: Recollation [Visiteur]
Quelle collation !
Permalien Mardi 18 avril 2006 @ 01:01
Commentaire de: gmc [Visiteur] · http://gmc.blogspirit.com
ce type de travail vous permettra-t-il d'atteindre le point situé à l'union des contraires? pensez-vous grâce à lui voir le soleil se lever à l'occident? quelqu'un est-il capable de démontrer "je suis ce corps"? pourquoi tout le monde veut croire que "je" pense alors même que la réalité est "un processus non soumis à la volition d'un individu supposé produit des pensées de manière automatique, mécanique et quasi-continue"?
Permalien Mercredi 19 avril 2006 @ 19:00
Commentaire de: Recollation [Visiteur]
Il n'y a que ce blog qui soit bien fréquenté, Le Christ en Croix, l'auteur et Moi !

Dominique Autié étant le Saint-Esprit de ces lignes, je vous laisse deviner qui est Moi !
Permalien Mercredi 19 avril 2006 @ 19:15

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

août 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML