blog dominique autie

 

Vendredi 5 mai 2006

07: 23

 

Pleurer à Gargas

 

gargas_fronton

 

 

 

Je lis ces lignes, écrites en date du 7 avril dans le Journal d'Alina Reyes : Et ce soir une autre proposition, une merveille : à l'occasion du centenaire de la découverte des mains de Gargas, on me demande d'accompagner cet été une visite nocturne de la grotte par un « voyage poétique », c'est-à-dire d'animer la visite, qui dure une heure si je me souviens bien, par mes mots. Oh, il faudra juste que je me retienne bien de pleurer ou de m'évanouir, cet endroit me bouleverse tant.

Ayant reçu, à quelques jours de là, une invitation identique, je songe que vous n'êtes peut-être pas étrangère, Alina, à l'idée que les organisateurs ont eue de me contacter, moi. Il est alors temps de vous en remercier. J'ai, en mon for intérieur, prononcé les mêmes mots que vous, strictement : Quelle merveille ! Quelle ferme résolution, de la part des responsables de cette institution qui, en milieu rural, œuvre au partage d'une culture en proposant la formation aux nouveaux supports électroniques ! Le seul énoncé d'un tel projet exige du souffle. Mon enthousiasme n'a pas fait de doute pour ma correspondante, qui reprendra contact en temps utile, m'a-t-elle écrit.

On fêtera donc, cet été, le centenaire de la découverte des mains. Ce qui, toutefois, mérite une précision : il y a cent ans, la jeune science préhistorique a reconnu les mains énigmatiques apposées sur la paroi de Gargas comme relevant de sa juridiction. Car, de tradition immémoriale, les habitants du Comminges et du Couserans voisin connaissaient l'existence de ces empreintes. On les attribua, un temps, aux victimes du crocodile dont la dépouille empaillée est suspendue dans la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges. En 1782, on roua vif sur la place Saint-Georges, à Toulouse, un certain Blaise Ferrage, sorte de Barbe-Bleue des montagnes dont la dernière cachette aurait été Gargas : les traces, sur la paroi, des mains ensanglantées des jeunes vierges et des enfants qu'il consommait furent mentionnées au dossier d'accusation [1]. C'est en 1906, donc, que la science fit table rase de ces balivernes… pour ouvrir un débat (scientifique) qui n'est pas près d'être clos quant à la signification des mains négatives dans l'art pariétal, d'une part, et à la cause des mutilations relevées seulement dans un très petit nombre de grottes de l'aire franco-cantabrique, d'autre part.

Je l'ai dit ici même : qu'il s'agisse de ces mains – qui font faire silence à la raison – ou du Linge de Turin, il n'y eut, dans les dernières décennies du siècle précédent, que des femmes pour s'être abstenues de proférer des sottises péremptoires (Odile Celier à propos du Suaire, Marguerite Duras quant aux mains négatives). Sur la fonction des tracés et des peintures que les hommes du Magdalénien ont formés sur la roche, la belle hypothèse du chamanisme explorée par Jean Clottes et David Lewis-Williams se heurte à bien des réticences cartésiennes dans la communauté scientifique.

 

main_pechmerle

 

J'ai suggéré, dans la perspective ouverte par Jean Clottes et David Lewis-Williams,
que le choix de la main comme icône s'affichant sur les liens hypertextuels
partage quelque connivence « chamanique » avec les empreintes préhistoriques.
(De la page à l'écran)

 

« Revisiter » Gargas m'enchante car, entre mes réflexions des années 1980 et aujourd'hui, la révolution de l'Internet a, sinon infléchi, du moins augmenté mon regard. En 1996, la lecture des Chamanes de la préhistoire [2] fut un choc. Je tisse le rêve un peu fou que ceux que j'accompagnerai ce soir-là dans l'obscurité de la grotte – comme Hans déroutant, au son de sa flûte, les enfants d'Hameln jusque dans le ventre de la montagne – ne puissent plus jamais faire courir le pointeur à la recherche d'un lien sur l'écran leur ordinateur sans une pensée pour les visiteurs qui, il y a vingt mille ans, nous y ont précédés : moins pour les doigts qu'à Gargas ont rongés le scorbut ou le gel (ou qui furent tranchés pour quelque motif sacrificiel – nul ne sait, sinon que les mains mutilées semblent cependant une variante tragique des mains intactes). Mais bien une pensée, donc, pour toutes ces mains de la nuit des temps posées sur la roche froide – par pur amour, dit Duras !

La place que les scientifiques nous concéderont, pour quelques soirs, me semble être justement celle des larmes. Il faut pouvoir enfin pleurer à Gargas, Alina ! et qu'avant de quitter la grotte nous vienne (comme à ceux qui nous suivront, si la grâce rend contagieuse notre méditation devant les mains malmenées) cette prière universelle d'une forme non codifiée, que nulle église ne saurait recycler – qui n'affleure aux lèvres, aux larmes, et ne plonge jusqu'à l'âme qu'en de tels lieux.

 

 

[1] Roger Merle, Les Grandes Affaires criminelles de Toulouse, édition revue et augmentée, Privat, 1995, pp. 85 sq.
[2] Jean Clottes et David Lewis-Williams ont publié en 2001, à La Maison des Roches, une nouvelle édition de leur livre, non illustrée, complétée d'une centaine de pages de « Réponses et polémiques » d'un intérêt majeur (outre que cette édition brochée rend l'ouvrage plus abordable).

En ouverture : Mains négatives aux doigts mutilés de la grotte de Gargas (Hautes-Pyrénées).
Dans le texte et en zoom : Grotte de Pech Merle (Lot) : le grand cheval avec mains négatives (non mutilées) : j'ai rajouté, en proximité de la main négative, l'évocation de la « main hypertextuelle », qui fait lien avec l'au-delà de l'écran. Clichés D.R.

 

 

CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
main

 

Commentaires:

Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://www.alinareyes.com
Dominique, quelle merveille que vous participiez aussi à cette aventure, même si je n'y suis pour rien !Il y a peut-être trois ans, je ne me souviens plus exactement, France 3 Aquitaine réalisant un portrait de moi m'avait demandé dans quels lieux je voulais aller. J'ai demandé la grotte de Lourdes et celle de Gargas, la mise en rapport me semblait évidente et nous l'avons donc faite, mais le film a été censuré par la direction : le parallèle leur semblait blasphématoire ! La séquence sur la grotte de Lourdes a donc été supprimée.
Devant la caméra vite oubliée j'ai apposé l'ombre de ma main devant l'une de ces empreintes et les larmes me sont venues en disant que j'entendais là un : "Salut !" du fond des temps... Oui, c'est un salut, et un "trou de ver" comme disent les physiciens de la théorie des cordes, ces empreintes négatives pour passer à travers la paroi, à travers le voile, dans une autre dimension, un autre monde qui est aussi le nôtre.
Vous savez que j'étais allée voir aussi Jean Clottes, cet homme précieux lui aussi. J'ai longtemps regardé les images de son livre "Chamanes de la Préhistoire" sans vouloir le lire, comme pour mieux m'en pénétrer d'abord, et puis aux dernières vacances de Pâques je l'ai enfin lu... et, bon, je ne vais pas m'étendre sur le sujet mais là encore c'était juste le moment de vérifier tant de coïncidences avec ma vie et mon travail en cours. Il y a là une réelle magie à l'oeuvre.
Vous savez aussi sans doute que l'expérience a montré que les mains pouvaient ne pas être mutilées mais repliées. Mystère !
Et cette histoire de l'ogre Blaise Ferrages est aussi tout à fait en correspondance, j'y ai beaucoup songé et j'en ai fait mention quelque part.
Je ne connais pas le texte de Duras sur les mains, où se trouve-t-il ?
Permalien Vendredi 5 mai 2006 @ 09:11
Commentaire de: admin [Membre]
Vous trouverez le poème de Marguerite Duras, Les Mains négatives dans le volume collectif intitulé Le navire Night, Césarée, Les mains négatives, Aurélia Steiner, Mercure de France, 1979. Il est, à ma connaissance, toujours disponible. Marguerite Duras en conçut également un film, sous le même titre.
D.A.
Permalien Vendredi 5 mai 2006 @ 09:46
Commentaire de: Louis-Paul [Visiteur]
Cet honneur que l'on vous fait, vous le méritez bien. Pleurer, c'est aussi s'exprimer, communiquer son émotion, (son Soi aussi quand les larmes viennent du plus profond de notre Etre)
Permalien Samedi 6 mai 2006 @ 10:43
Commentaire de: Claude [Visiteur] · http://leseauxvives.blogspirit.com/
Du clair obscur de la main se transmet le savoir des caresses qui donnent envie de vivre éternellement. Soudain,voilà le châtiment dans son envol, elle s'abat et claque dans la violence le vivant.
Elle possède et s'approprie, tourmente et rafraîchit. La main guérit.
Elle transmet le fluide à la matière, génère et charge l'énergie.
Qu'y a t il de plus beau que cette main qui frôle excitant le désir et cette autre qui cajole, calme les angoisses et adoucit vos terreurs? On la coupe encore dans les pays musulmans en punition d'un vol ou d'une quelconque exaction.
C'est pourquoi vos yeux pleurent devant un tel symbole, dans cette infinité silencieuse,tabernacle hors du temps. Ainsi vous et moi de nos larmes émues, nous nous inclinons devant la représentation du savoir et des sens. De la pure émotion devant cet icône de la création, outil de l'acculturation.
Permalien Lundi 29 mai 2006 @ 18:17

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML