blog dominique autie

 

Mardi 23 mai 2006

05: 57

Célébrations

 

IX

 

La paternité

 

 

bauret_kinski
Zoom

 

 

Une opinion communément admise veut que le verre, mieux que la roche la plus compacte, nargue le temps. Et d'avancer pour preuve de son exceptionnelle intégrité le fait que le diamant seul serait à même de l'affecter. Or, le verre vieillit. J'entends le verre blanc ordinaire, obtenu depuis des siècles par la fusion de sable et substances riches en carbonates. Je ne parle pas des différents dérivés organiques de la cellulose, du phénol ou du vinyle : d'invention récente, ils offrent une apparente perfection ainsi que des qualités inédites. Réputés incassables, malléables pour certains, ils déclinent toutes sortes de propriétés dans leur commerce avec la lumière, y compris celle de ne renvoyer aucun reflet. De telles matières ont subi en laboratoire les épreuves les plus contraignantes. On sait pourtant qu'aucune technologie ne simulera tout à fait le travail des décennies qui voile, altère la compacité cellulaire et rend susceptibles les vitres des anciennes demeures, qu'un geste à peine vif, une infime pression lézardent.

Il en va de même pour ces encadrements : certains sont parvenus intacts au terme de plusieurs déménagements. Une simple manipulation et, sous l'effet d'ondes imprévisibles, la vitre se fend. J'ai pu en concevoir de l'agacement, une rancune immédiate. Toutefois, je ne saurais dire quelle illumination soudaine accompagna le crissement bref et douloureux du verre quand l'immense Christ sulpicien s'est balafré sous mes yeux. L'éclair dans la nuit diurne, dont témoignent les Écritures ? Toujours est-il que cette crucifixion doit aux lacunes d'un matériau manufacturé censé la protéger sa ligne la plus pure et la plus nécessaire. De sorte que je fus, dès lors, attentif aux caprices de tels accidents. Mais lorsque s'est brisé le portrait de Klaus Kinski – l'artiste nu, son enfant dans les bras, figurant sur l'affiche du photographe Jean-François Bauret – je mis en doute le strict hasard et compris que j'avais suspendu ce blason pour qu'il me renvoie l'image ébréchée de ma propre existence.

*

L'exposition de Jean-François Bauret à la galerie du Château d'eau, dont j'acquis l'affiche, s'est tenue en mars 1980. Je venais d'arriver à Toulouse. J'écrivis ce texte peu après (de mémoire – mais cela relève-t-il de la nouvelle ou de la chronique ? –, j'ai cassé le verre en accrochant le cadre). Il fut publié sept ans plus tard [1]. Depuis, j'ai déménagé sept fois. Dans la maison que j'habite ces temps-ci, le cadre est posé au sol face contre le mur, avec d'autres, dans le couloir qui conduit à la chambre où je dors.

*

On voit le bout, semble-t-il, d'un harassant travail de décryptage du génome humain. [Je songe à Gagarine, revenant du premier vol spatial : Je n'ai pas rencontré Dieu, là-haut. D'où il appert qu'un cosmonaute soviétique était plus crédible que nos généticiens.]

*

Parce qu'elle implique d'identifier un héritage – en conséquence, de nommer le passé –, la paternité est le sujet le plus nul dans une civilisation dont le mot d'ordre est l'innovation. La flexibilité, la réactivité, la traçabilité, l'excellence et l'éthique sont du côté de la gestation et du gène. On dit de l'artiste qu'il accouche de son œuvre, mais qu'il en assume la paternité : il la titre et y associe son nom. Le triomphe conjoint de l'obstétrique et du chromosome a été scellé dans une loi qui autorise désormais le libre choix du nom de famille dévolu aux enfants : celui de la mère ou du père (les deux, si on le souhaite). Que Michel-Ange se le tienne pour dit : Moïse a voix au chapitre. Et si quelqu'un était pris d'un doute ou que vienne au jour une affaire de gros sous, un bon test génétique suffit à trancher ce qui ne l'aurait pas encore été. Quitte à exhumer un cadavre – ça s'est vu, déjà.

*

Un Dieu homosexuel ne saurait trouver mieux que la paternité pour montrer à Adam de quoi il en retourne.

*

Ce matin, pour le photographier, je me suis contenté de retourner le cadre et de réajuster sur le montant de gauche le triangle de verre, qui avait glissé. Les vibrations du plancher sous mes pas – ou les chats – le feront choir. Il faudra que je tourne à nouveau le cadre contre le mur, afin d'éviter qu'on se blesse. Le couloir est étroit.

*

 

Story-board

Cliquez ici

 

*interlettreinterlettre*

*

 

 

Célébration de la gomme
Célébration du fond de robe
Célébration de l'eau minérale
Célébration des myopes
Célébration de la pistache
Célébration de la vapeur
Célébration de l'œuf à la coque
Célébration de la machine à écrire

 

À suivre.

 

 

[1] « Bris », Le Cabinet du naturaliste, Éditions Clancier-Guénaud, 1988, pp. 107 sq.

Voir le portrait original de Klaus Kinski et de son fils Nanhoï sur le site du photographe Jean-François Bauret (rubrique « Couples »).

 

souris_index

CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://www.alinareyes.com
Au plafond de la chapelle Sixtine, Dieu couché au-dessus de la Terre, créant la végétation, nous présente son joli cul bien moulé dans un voile rose translucide. "Il en retourne", me semble-t-il, qu'Il incite l'Homme à se coucher à son tour sur Lui (Lui qui est "homme et femme" selon la Genèse)et à lui faire des enfants.
Permalien Mardi 23 mai 2006 @ 09:41
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
Il est très émouvant de rechercher, le long des rues parisiennes, les vitres anciennes aux façades des maisons. On les distingue aisément à leurs défauts. Elles ne sont jamais parfaitement planes.

Leur surface comporte des plis, de légères inflexions, comme si le verre en fusion, dans les procédés de l'époque, avait gardé des remous à sa surface. A l'intérieur, elles offrent de la rue une vision légèrement déformée.

J'en possède plusieurs à mes fenêtres. Certaines sont probablement là depuis un siècle.
Permalien Mardi 23 mai 2006 @ 12:52
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Ce verre est encore fabriqué aujourd'hui, mais il est fait avec des défauts volontaires pour imiter l'imperfection d'autrefois. Il porte le nom de "verre antique" et... coûte plus cher que le verre sans défauts.

(Souvenirs d'un manoeuvre en miroiterie de seize ans, travail d'été au temps du lycée. Appris mille choses. Passionnant.)
Permalien Mardi 23 mai 2006 @ 14:04
Commentaire de: Christian [Visiteur]
Etonnant texte sur la paternité, que vous semblez observer d'un coin de verre brisé, et à laquelle vous semblez tourner le dos pour éviter qu'un éclat ne vous blesse dans votre chair. Etant un lecteur assidu de votre blog, j'ai lu les textes que vous consacrez à votre père et à votre fille, et me demande si l'homme qui parle de cette image ébréchée avec tant de pudeur est le fils ou le père que vous êtes. Etant père de deux jeunes enfants, il me semble aussi que la paternité est bien peu de chose par rapport au sentiment d'être père, à mon sens bien plus puissant et charnel qu'une paternité chromosomique ou juridique. Et de ce sentiment, vous ne parlez point.
Permalien Mercredi 24 mai 2006 @ 08:16
Commentaire de: Kate [Visiteur] · http://circonvolutes.hautetfort.com
J'aime beaucoup dans le Storyboard, la photo avec les chats, surtout celle où l'un d'eux, la tête frappée de lumière, regarde (dans) un rectangle lumineux. Window of opportunity?
Permalien Vendredi 26 mai 2006 @ 21:47

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML