blog dominique autie

 

Lundi 14 août 2006

08: 23

 

La haine des chats – et, peut-être, de soi (suite)

 

 

twins

 

… où Crâne d'Œuf, alias Mr Propre,
confirme l'analyse de Jean Baudrillard
sur l'écroulement des Twin Towers

 

Rappel des faits : cliquer ici.Mumtaz de retour (14.08.2006/00:04) : cliquer ici

 

Dans son édition du samedi 3 novembre 2001, Le Monde a publié, sur une double page, un texte de Jean Baudrillard, L'esprit du terrorisme [1]. Je sais gré à ce texte de m'avoir permis, en son temps, d'émerger d'une sorte de brouillard moral, une purée de pois métaphysique : aux attentats du 11 septembre avait succédé, à Toulouse, dix jours plus tard, l'explosion de l'usine de Grande-Paroisse, mieux connue sous le nom d'AZF. J'étais hospitalisé à trois cents mètres du sinistre, à vol d'oiseau. Le lendemain même, ma mère mourait à Paris.

Je ne saurais, en quelques lignes, résumer la pensée de Baudrillard dans l'après-coup de l'effondrement des Twin Towers. J'en reproduis juste ce passage [2] : Tous les discours et les commentaires trahissent une gigantesque abréaction à l'événement même et à la fascination qu'il exerce. La condamnation morale, l'union sacrée contre le terrorisme sont à la mesure de la jubilation prodigieuse de voir détruire cette superpuissance mondiale, mieux, de la voir en quelque sorte se détruire elle-même, se suicider en beauté. Car c'est elle qui, de par son insupportable puissance, a fomenté toute cette violence infuse de par le monde, et donc cette imagination terroriste (sans le savoir) qui nous habite tous. Que nous ayons rêvé de cet événement, que tout le monde sans exception en ait rêvé, parce que nul ne peut ne pas rêver de la destruction de n'importe quelle puissance devenue à ce point hégémonique, cela est inacceptable pour la conscience morale occidentale, mais c'est pourtant un fait, et qui se mesure justement à la violence pathétique de tous les discours qui veulent l'effacer. À la limite, c'est eux qui l'ont fait, mais c'est nous qui l'avons voulu.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi, à l'époque, la destinée de ces propos, je confirme que Jean Baudrillard fut largement conspué pour les avoir tenus. La moindre parade ne fut pas de s'acquitter du sens d'un tel texte par l'accusation d'anti-américanisme primaire proférée à l'encontre de son auteur. Or, tandis que ce qui se débattait occupait tout l'écran, Jean Baudrillard était ailleurs, hors champ – comme il ne cesse de l'être dans les notations qui nourrissent ses précieux Cool Memories [3]. Il attirait seulement l'attention sur l'excès de dimension symbolique que l'excessive réussite des attentats (la chute des tours, sans doute non programmée par les terroristes) introduit : Nous n'avons plus aucune idée de ce qu'est un calcul symbolique, comme dans le poker ou le potlatch : enjeu minimal, résultat maximal. Exactement ce qu'ont obtenu les terroristes dans l'attentat de Manhattan, qui illustrerait assez bien la théorie du chaos : un choc initial provoquant des conséquences incalculables, alors que le déploiement gigantesque des Américains (« Tempête du Désert » n'obtient que des effets dérisoires – l'ouragan finissant pour ainsi dire par un battement d'ailes de papillon [4]. » Il est d'ailleurs étonnant que nul n'ait songé à interpréter les tentatives de contre-enquêtes qui contestent le récit officiel des événements du 11 septembre comme participant à la matière même d'un mythe qui, lentement, se polymérise dans l'inconscient collectif de l'occident [5].

Peut-on vraiment suivre Baudrillard sur l'efficacité de nos rêves indicibles ? Sont-ils d'ailleurs à ce point inavoués ?

Samedi matin, Mr Propre veillait à la bonne mine de ses fruits et légumes sur les étals, près de l'entrée du magasin. Impossible de l'éviter. Il me voit. Je le salue avec excès de politesse surgelée – je crois maîtriser assez bien cette forme d'égard qui embarrasse, dont l'interlocuteur à peine moins opaque que la moyenne du panel se demande (peut-être) si c'est du lard ou du cochon. Mr Propre tend vers moi sa face de roulement à billes : « Figurez-vous que, cette semaine, j'ai dû faire déboucher d'urgence le conduit d'évacuation vers l'égout. Ça commençait à refluer dans les réserves. J'ai tout de suite pensé que c'était votre chat qui avait crevé là. Eh bien non, c'étaient d'autres saloperies qui faisaient un gros bouchon. Désolé. »

Rien de cela ne s'invente et je n'ai fait, ici, qu'introduire un rudiment syntaxique et lexical dans le propos. Mais, clausule aux effets de missile sol-air, le Désolé fut bel et bien mis à feu. Sans doute étais-je, en ce moment précis, une représentation holographique de moi-même (moi-même étant ailleurs, cela m'advient) : je n'ai pas explosé, je ne me suis pas écroulé, je me suis tenu.

 

 

[1] Repris en volume, sous le même titre, par les éditions Galilée en 2002.
[2] Dans l'édition Galilée, pp. 10-11.
[3] Cinq volumes parus aux éditions Galilée.
[4] Op. cit., pp. 31-32.
[5] Cherchant sur la Toile une image pour illustrer ce billet, je suis tombé sur plusieurs sites, dont un très abondant (http://nineeleven2001.tripod.com : Nineeleven, The Strange Images Of September 11th 2001) auquel j'emprunte la mosaïque d'images ci-dessus : ils ont pour point commun de remettre en cause la réalité même des avions qui se sont crashés sur les Twin, l'un d'eux évoquant l'hypothèse d'une image holographique en 3D projetée pour simuler l'approche du second aéronef, celle pour laquelle on dispose d'images fixes et de films – la destruction des tours étant dès lors due à des explosifs placés au préalable à l'intérieur des bâtiments, ou à un missile, tout cela orchestré par la CIA. Des conjectures qui donnent le vertige et laissent loin derrière, semble-t-il – sur le registre du fantastique –, les hypothèses avancées par Thierry Messan dans son Effroyable imposture.

 

 

chat_marche………………………

 

………………………
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: cedric [Visiteur]
"Sans doute était-je,..."

Mais où étiez-vous? :-)
Permalien Mardi 15 août 2006 @ 12:31
Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
J'ai vu la gueule de votre videur de boîte: vous allez le rendre inutilement célèbre. Cette splendide victoire sur vous-même me paraît conclure cette promiscuité délétère.
Permalien Mardi 15 août 2006 @ 13:33
Commentaire de: apoxobibliomane [Visiteur]
Baudrillard a ce qu'on appelle un coup d'anticipation dans l'aile. Cool pertinence pour l'effet froid dans le dos,"hyper-lucidisme" face aux "nocidisme" contenu/ambiant... un avantage sur les inconvénients des récidivistes réactionnistes...il a souvent su lever le couvercle avant que le bocal n'explose.
est ce bien normal qu'on ne l'entende pas?.. normal non mais courant dans l'air du temps. C'est souvent comme ça non? L'anticipation est découverte,passé l'événement... et voila les précipitations...
Quant aux récations et théories développées, on trouve de tout et n'importe quoi par la suite.. ce qui est évident c'est le manque de persévérence du côté des enquêteurs,en quête de convictions et à cours d'arguments. Ca me fait penser aux dits spécialistes de la guerre d'irak... qui ne faisaient que commenter via radio/télé,des images...parce que c'est bien d'images dont on parle trop... une sorte d'impuissance finalement que l'on constate à mesure que notre propre puissance construit son revers...les revers sont dans l'ombre et à la lumière (pardon "spotlights") on est comme aveuglés... il faudrait se demander comment apprendre à entendre les "pertinents"... Moi même je me sens impuissante face aux informations, comment est il possible de penser et repenser par soi même.. (bon je vais un peu loin là)
La voie de la raison préfère t'elle celle de la "média/tion"... ?sans non plus tomber dans l'extrême inverse, qui voudrait tout mettre sur le dos de la télé et des journalistes (ça me démange mais mieux vaut tenter de mesurer...évaluer sa propre distance..), disons que la voie cathodique l'emporte sur le discours méthodique...

L'événement 911 sur le site http://reopen911.online.fr... souligne la volonté de remettre en cause l'enquête. Parfois je trouve ça quelque peu extrêmiste... le spectaculaire de l'événenment se ressert des mêmes couverts, relevons simplement que cette volonté farouche,condamnée plus haut est finalement un symptôme positif dans la maladie qui prend corps (social?)...

et encore merci pour ces extraits de Baudrillards.





Permalien Mercredi 16 août 2006 @ 16:34
Commentaire de: apoxobibliomane [Visiteur]
et pour le positif, j'entends ça comme révélateur.... comme un groupe sanguin...

c'était inévitable ... le dindon de la farce ou la farce du dindon?
prévisible ou prévoyant? à vous de voir

lavabo/video/lavabo/video (je lave/je vois/je lave/je vois...)
Permalien Mercredi 16 août 2006 @ 16:48
Commentaire de: Illarramendi [Visiteur]
Parfois, le raisonnement est semblable aux terroristes du 11/09...

Ils ne savent pas faire voler un petit monomoteur mais font des dégats fantastiques avec des Boeings.

Parfois, penser à moitié équivaut à régurgiter les insanités que l'on nous donne a manger chaque jour.
Permalien Samedi 9 décembre 2006 @ 09:48

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML