blog dominique autie

 

Vendredi 25 août 2006

07: 56

 

Présentation à Gargas
de l'Homme-aux-liens



[Notes d'avant-scène et d'après-coup]


Programme (rappel) – Cliquer ici.

 

carrington_bruno

 

Lire les précédentes chroniques
consacrées à Gargas
– Cliquer ici.

 

[J'ai très peu dormi au retour de Gargas.
Juste ces quelques notes.
À peine mises en forme. Comme elles viennent.
(Hier, à cette heure-ci, j'étais dans la grotte.)
J'y reviendrai.
…………………………………………Jeudi, à la nuit tombante.]

 

Il fait 10 °C dans la grotte. Hygrométrie ? L'air y est de l'eau en suspension. Un aérosol, stricto sensu. Il me semble n'avoir cessé de transpirer qu'une fois sorti. La nuit me parut chaude et sèche.

*

C'est aux premiers mots lancés dans l'espace partout scalène, déclive, guttural, que mon corps a aussitôt jaugé la perdition de la voix : lui seul aurait pouvoir sur la portée d'une langue qui, pour une large part, ne m'appartenait pas. Il était le frêle et court conducteur (dans le sens où l'électricité entend ce terme) – à chaque instant, chaque mot, ce pouvait être soudainement l'obscurité la plus totale, et sourde : un coma. Corps fusible dans l'eau de l'air. Je ne trouve pas mieux, cela dit – c'est son seul mérite – l'assaut d'injonctions dont j'ai seulement perçu, sur le moment, qu'elles ne pouvaient être plus imprévisibles, ni plus contradictoires.

*

J'avais prévu qu'on ne me voie pas. Mon corps fut soudain voyant [1].

*

Le bruit [j'appelle bruit l'univers sonore tyrannique dans lequel nous évoluons, constitué de signaux digitalisés, mixés, formatés, amplifiés, qui annexe et recycle notre babil] le bruit, dis-je, fausse l'oreille interne de toute une civilisation. L'oreille interne gère l'équilibre du corps dans l'espace. Ce n'est pas la voix qui porte, c'est le corps. Je le sais depuis hier soir.

*

On dit : Il s'est passé quelque chose. Ni avant, ni pendant, ni aussitôt après on n'en prend vraiment la mesure. On ne réalise pas. J'ai préparé cela avec un soin scrupuleux. Je ne suis pas assuré que la seconde prestation exigera une moindre mobilisation de tout ce qui, dans le tréfonds de mon organisme, gère le balancier de la langue (systole / diastole). J'ignore quand l'exacte tessiture de ce qui s'est passé me sera clairement discernable. Ce qui s'est passé, pour l'essentiel, ne tenait pas à moi (je le dis sans modestie feinte, j'étais un conducteur, je tenterai de restituer plus clairement cela, plus tard, ce qui s'est passé – ce qui m'a passé dans le corps – quand j'ai lu le texte de Marguerite Duras). Sans doute tout cela est-il très familier à un acteur, dont c'est le métier. Une part de tout cela. L'autre part, c'est le lieu. Ce sont les mains négatives, là, à portée de main… Un acteur professionnel aurait connu la moitié de ma déroute, de mon ébriété, de ma joie.

[. . . . . Le génie du lieu . . . . . . . . .]

*

Je m'étais juré : Ils [le public] vont voir ! Juré de les mettre à rude épreuve. Et c'est pour moi, d'abord, que j'ai fixé la barre, juste un peu plus haut qu'il n'était raisonnable. Je me suis tendu les pièges, une sorte d'ordalie à la langue (si je passe, ils passeront, un guide de haute montagne ne doit pas, je suppose, raisonner autrement). Dans mon propre texte, ce passage : Un président de la République ne décide pas l’invention d’une grotte ornée parmi les grands travaux qui marqueront son règne. La grotte n’est pas un musée, elle en est le contraire, la pure contestation. On ne peut lier une grotte du paléolithique supérieur – tenter d’y lire, peut-être… la grotte, c’est la bibliothèque réelle, immémoriale : ici, on lit – on ne lie pas.

À vous. Essayez, avec cette humidité, de faire sécher les chemises de l'archiduchesse…

*

Le même sentiment – éprouvé quand je me tenais parmi le public, le mercredi précédent, pour la visite qu'accompagnait Alina Reyes, et hier, exécutant ma partition – que nous n'étions que les figurants d'un script écrit de tout temps, tellurique, sismique, astral (je l'ai dit : Alina Reyes a ouvert la grotte sur le bleu nuit du ciel, et j'ai senti ce ciel habité, hier). Le sentiment que d'autres nous écoutaient, que c'était pour eux que nous donnions de la voix dans la grotte. D'autres, impossibles à localiser sur la flèche ou la flaque du Temps – il serait dérisoire, en tout cas, de penser s'en tirer à bon compte en se disant qu'ils étaient là il y a vingt-cinq mille ans, que ce sont ceux des mains négatives. Eux aussi, peut-être, ne sont que figurants, comme nous le sommes. Non : d'autres, dont notre voix serait l'amont (ainsi que les brandons du bûcher, quand un hérétique y est lié, sont les étincelles de l'incendie à venir – comment les inquisitions ont-elles pu ne jamais discerner cela ? . . . . ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

*

[1] J., venu avec moi de Toulouse, me dit ensuite avoir été frappé, lors de ma première intervention : j'étais parvenu à clipper tout à fait en haut du revers gauche de ma veste, contre le cou presque, la minuscule lampe de spéléo, achetée samedi après de longs atermoiements dans un magasin de sport [afin d'éviter tout « effet Frankenstein » sur le visage, quand il est éclairé de dessous, j'avais fait des essais ici, dans le noir] ; son faisceau n'éclairait que le classeur en plastique dans lequel j'avais organisé ma « partition » ; mais à distance, me dit-il, on ne discernait que mes mains dans l'obscurité de la grotte – et, flottant au-dessus des mains rythmées par la voix, une vapeur, étrange : ma tignasse blanche.

 

Leonora Carrington, The Burning of Giordano Bruno, 1964.
[Une page sur l'écrivain et le peintre Leonora Carrington, cliquer ici.]

 

 

………main_gargas_index……………
……………………Cliquez ici


CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…

 

 

 

Dominique Autié à Gargas – Voir l'annonce sous cette chronique.

SECONDE VISITE le mercredi 30 août à 21 heures
(quelques places disponibles).


Programme, cliquez ici [ + zoom ]

Commentaires:

Commentaire de: cedric [Visiteur] · http://rienquemonmonde.hautetfort.com/
Vous me connaissez maintenant.

"...d'une qui langue qui, pour une..." Qui est de trop?

"plus tart"...Un hapax?

"...que nous éooutaient,..."

Dans la note :

"...atermoiements dans un un magasin de..."

Bien qu'ayant connaissance des circonstances ("très peu dormi au retour"), je n'ai pu m'empêcher de vous faire part de ces coquilles.
Permalien Vendredi 25 août 2006 @ 10:22
Commentaire de: admin [Membre]
Ma gratitude à vous. De part et d'autre de l'autel que constitue mon écran, devant lequel j'épuise ma vie de contemplatif, deux fumigations votives, jour et nuit : l'une pour vous, l'autre pour le Googlebot. Malgré vous, les indulgences pleuvent et s'accumulent. Vous serez sauvé.
D.A.
Permalien Vendredi 25 août 2006 @ 11:08
Commentaire de: P.D [Visiteur]
Avez-vous essayé le ginseng ?

Quant à nous nous allons rebooter notre grammaire et notre orthographe en attendant que nos neurones aient repoussé !

Qu'il est dur l'effort de l'homme dans la Nuit de Gargas !
Permalien Vendredi 25 août 2006 @ 18:29
Commentaire de: Claude [Visiteur]
J'ai beaucoup aimé le livre de Jean François Dortier "L'homme cet étrange animal". L'homme y est défini comme une "machine à image".Son aptitude à forger des représentations mentales, lui ont permis de créer le langage, les techniques de l'art, les cultures symboliques. Pour ma part, cette idée n'est pas unique, elle peut compléter l'approche sensori motrice qui nous a mené à l'acculturation et à la préhension du langage. Quant à moi, je vous suis reconnaissante de nous faire partager votre voyage au coeur de l'humanité et de notre passé, de nous faire contempler ce qui nous a modelé en tant qu'être humains et de le transcrire avec vos mots.

Bien à vous Dominique
Permalien Vendredi 8 septembre 2006 @ 11:09

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML