blog dominique autie

 

Vendredi 16 février 2007

05: 25

L'ordinaire et le propre des livresPetite philocalie
blanc_mince

 

30 – Les nus de Prisma

Une collection de livres de photographies des années 1960

 

prisma_accueil

Découvrir la galerie consacrée à la collection Nus de Prisma – Cliquer ici.

Découvrir la galerie consacrée à Nus de Harlem – Cliquer ici.

Découvrir la galerie consacrée à Nus de Bornéo – Cliquer ici.

Découvrir ou revoir la galerie consacrée à Nus de l'Inde – Cliquer ici.

Lire ou relire la première chronique consacrée au volume Nus de l'Inde – Cliquer ici.

 

 

Il n'aura pas fallu bien longtemps pour que les six autres volumes de cette collection soient, un à un, proposés aux enchères sur eBay. J'ai même dû laisser passer mon tour, à deux reprises : deux enragés se disputèrent coup sur coup Nus de Tahiti, faisant grimper la mise à plus de cent euros, à quelques jours d'intervalle. Le même enchérisseur emporta les deux. Une recherche élargie m'en fit repérer un exemplaire sur le site hollandais d'eBay, que j'acquis sans concurrence pour environ vingt euros, comme les autres volumes. À ma grande surprise, le livre – impeccablement conservé – est de beaucoup le moins réussi de la série : poses convenues jusqu'à l'ankylose, modèles murés dans une sorte de neutralité malveillante, impression grise sans contrastes. Il faut atteindre la dernière double page pour qu'un bosquet de bambous donne un relief graphique au corps qui tente avec les tiges un mimétisme médiocrement convaincant. Sans doute l'enchérisseur fou avait-il ses raisons, qui n'étaient pas les miennes.

J'ai formulé, dans la page que j'ai consacrée à Nus de l'Inde, quelques jours après avoir reçu l'ouvrage – le premier acquis –, les réflexions qu'un tel objet peut inspirer à l'éditeur, autant qu'au simple lecteur attentif aux livres qu'il prend en main. L'ensemble des sept titres ne fait que conforter mon approche. Maximilien Vox, dans son texte d'ouverture, qualifie de jansénisme de la nudité le regard de Charles Stewart, le photographe de Nus de Harlem. On ne saurait mieux dire.

Je prends d'ailleurs le parti de donner à lire, dans son intégralité, ce texte étonnant et superbe. [Je tarde à remplir mon devoir de présenter ici Maximilien Vox, car la tâche est complexe, surtout en peu de mots. Mais je n'oublie pas et la lecture que j'en propose aujourd'hui [1] rend l'injonction plus pressante.]

Si l'analyse de l'image que propose Vox reste d'une saisissante inactualité – et excède la stricte technique photographique –, le texte est daté, comme le sont les livres de la collection. À l'heure où, d'un clic, le premier internaute accède à des centaines de sites pornographiques, dont un quota est dûment dédié à l'anatomie de la femme noire, l'éditeur tremblerait au soupçon d'incorrection que tout esprit formaté se doit de poser à la lecture des dernières lignes de ce texte. Il reste que, pas plus qu'on ne photographie comme ça, pas plus qu'on n'édite de tels livres (et qu'on ne les imprimerait en héliogravure), on n'écrit aujourd'hui des préfaces en s'accouplant ainsi à sa langue.

En 1968, paraissent une nouvelle édition de Nus japonais sous une jaquette en couleur, et le l'ultime titre – Nus de Bornéo –, le plus troublant peut-être. Que ces deux volumes soient les plus rares suggère qu'une part significative de leur tirage a pu être pilonnée. Nul n'avait clairement conscience, au moment de lancer l'impression, qu'ils étaient d'ores et déjà d'un monde étonnamment ancien et pour tout dire perdu, que rien, absolument rien en eux n'était plus rémissible.

Cela s'est joué à quelques mois, moins de semaines peut-être même qu'il ne faut de doigts d'une main pour les décompter.

J'aurais pu les acquérir pour ce seul immobile vertige-là, que les toucher pour les ouvrir avive.

 

 

Lire la préface de Maximilien Vox
à Nus de de Harlem
 [1]Cliquer ici.

 

[1] Ce texte n'étant pas dans le domaine public, je prends la responsabilité de le reproduire, dans un esprit d'hommage à l'œuvre de Maximilien Vox, souhaitant qu'un éditeur envisage de rendre à nouveau accessibles des textes et des créations graphiques de cet auteur. Par la mention D.R., (droits réservés), je reconnais formellement la possibilité, pour les ayants droit de Maximilien Vox, d'exiger son retrait ou d'autoriser sa publication en ligne contre le versement de droits d'auteur. De sorte que cette page ne saurait rentrer dans le cadre du contrat Creative Commons (mentionné dans la barre de menu, ci-contre, partie haute de la page), qui autorise sous certaines conditions de reproduire les contenus du présent site.

 

 

puce_grise

 

1 – Du papier 2 – De la typographie 3 – Du fil 4 – Du cristal
5 – De quelques exemplaires non tant rares que précieux
6 – Coups et blessures 7 – Les livres scolaires de Jean Henri Fabre
8 – Notes à l'encre 9 – De quelques feuillets glissés dans les livres
10 – Ceci n'est pas un coupe-papier 11 – Grands fonds (Payot)
12 – Un prêté n'est jamais un rendu 13 – Lignes courbes, faux carrés
14 – Chaleur des livres 15 – Les bibliophiles ont une âme
16 – Plis, remplis, replis 17 – De la serpente 18 – Nus de l'Inde
19 – Visite aux livres (Georges de Lucenay, libraire d'ancien)
20 – Livres d'angles 21 – Livres reliés
22 – Tu puer æternus par Olivier Bruley 23 – Promenade aux puces
24 – De quelques ennemis du livre 24 bis – Les marginalia de l'ogre
25 – Risques et périls – Sur l'exercice du métier d'éditeur
26 – La symétrie est l'ennemie de l'œil (et peut-être de l'âme)
27 – Un livre n'a pas d'odeur 28 – Les derniers livres d'heures (Zodiaque)
29 – La prose, l'art de la mémoire, le livre

 

 

Dominique Autié en forêt, à guetter Jünger

infrequentables_blog


Vient de paraître en ligne :
Dans le cadre – et en avant-première – du numéro hors série de La Presse littéraire consacré aux Écrivains infréquentables, Ernst Jünger, le subtil paraît conjointement dans « La Zone » – Stalker, dissection du cadavre de la littérature – le site de Juan Asensio, qui a dirigé ce numéro, et sur le site de la revue, que publie Joseph Vebret.
Je les remercie des belles et rares heures de (re)lecture de l'auteur du Mur du temps auxquelles ils m'ont contraint pour honorer leur invitation à participer à cet ensemble.

Parution en kiosques : 21 février.

 

 

index_garamond

Permalien

Commentaires:

Cet article n'a pas de Commentaires pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML