blog dominique autie

 

Vendredi 23 mars 2007

05: 59

Cette page est partie intégrante de la chronique La bibliothèque est un jardin clos
parue dans la rubrique L'ordinaire et le propre des livres

 

Bustes et crâne reliquaires

Notices
intertresetroit
Les Jardins clos de l'âme [1]

 

cranes_reliquaires_p_notice

 

Illustrations 166 et 167 du catalogue.

 

 

137. Ving-sept CRÂNES RELIQUAIRES
(ill. 166, 167 – tous ne sont pas reproduits)
Anonyme, 12e-18e siècle
Kermt, Kert van Onze-Lieve-Vrouw-Onbevlekte-Ontvangenis,
inv. n° 1-18, 20, 22, 24, 26-27, 36, 38, 40, 43

 

crane_reliquaire_vignette
……
………………………Zoom

À partir du douzième siècle, le culte de Sainte Ursule et des Onze mille Vierges joua un rôle important chez les religieuses de Cologne et des environs. La visionnaire Elisabeth de Schönau (ca. 1129-ll64) remplit un rôle important dans la propagation de cette dévotion. Elle écrivit un livre des révélations sur la sainte foule des vierges de Cologne. En 1156, on se bousculait dans un cimetière datant de l'antiquité, situé devant les murs de Cologne. Immédiatement les squelettes trouvés en quantité innombrable furent considérés comme des reliques des Onze mille Vierges. Par ses visions, Elisabeth tentait d'en savoir davantage sur les martyres et de prouver l'authenticité de ces reliques par une information surnaturelle et inébranlable. Un siècle plus tard, ce fut au tour de la mystique Elisabeth van Spalhbeck († ca. 1280) d'être associée au rassemblage de reliques. Le 9 juillet 1272, l'abbé Willem van Rijckel lui envoya le crâne de sainte Uda. L'abbé tenait d'ailleurs un inventaire des reliques provenant de Cologne où il était installé. Grâce à cela, il s'avère que l'on envoya à plusieurs reprises des crânes à Spalbeek.

La bienheureuse Elisabeth mourut à Herkenrode. Là sont actuellement conservés quarante-huit chefs reliquaires. Il n'est pas exclu que ces exemplaires appartiennent à ceux qui formaient la collection d'Elisabeth. Seule une recherche technologique peut donner une réponse définitive sur l'âge de ces objets. Nous pouvons provisoirement constater que l'habillage des chefs reliquaires provient de diverses périodes. De minuscules inscriptions gothiques indiquent le quinzième-seizième siècle, d'autres en capitales romaines datent du dix-septième-dix-huitième siècle. Cela ne dit naturellement rien à propos de l'âge de l'objet lui-même. Une parure usée était en effet habituellement remplacée par une nouvelle. Quoi qu'il en soit, cette collection est (pour l'instant ?) le dernier grand trésor de reliques dans le Limbourg. Dans les Pays-Bas méridionaux, d'autres trésors de reliques exceptionnels sont encore conservés : ainsi, entre autre, les fameux petits jardins clos (cat. 99, 114, 115, 166 et 175), dont celui du béguinage de Diest, daté de 1613, dans lequel cinq chefs reliquaires semblables sont également intégrés.

Les moniales et les béguines étaient essentiellement impliquées dans l'habillage des reliques. Puisque l'art de coudre et de broder n'était pas l'apanage du clergé masculin, ces derniers confiaient la décoration textile des restes des saintes aux religieuses. Les vingt-sept reliques crâniennes sélectionnées sont pratiquement toutes habillées et décorées selon le même procédé.

La tête est toujours complètement emballée, si ce n'est une partie du front laissée en réserve afin de rendre la relique littéralement touchable. Sur l'occiput, un morceau d'étoffe peint en rouge, référence au sang des martyrs, a généralement été déposé. La mentonnière qui recouvre une grande partie du visage, forme la base de l'identification et présente les principales différences quant au choix du tissu de la décoration et de la finition. Un certain nombre d'éléments décoratifs se retrouve sur presque toutes les reliques crâniennes, comme les petites figures de cuivre doré et frappé représentant une sorte de tête de lion ou de monstre et datant probablement du treizième-quatorzième siècle. Le dessous de la plupart des têtes reliquaires est renforcé par un morceau de parchemin ovale qui a été découpé dans un manuscrit, un psautier de la région mosane. Sur toutes les têtes sont cousues des petites perles de verre bleues. Onze chefs reliquaires sont parés d'une couronne de fleurs faites de fils de métal, de soie et de rinceaux multicolores. Il est frappant que toutes les petites couronnes comptent précisément six fleurs. Les inscriptions annexes sont probablement sorties de leur contexte mais sont mentionnées dans cette notice afin d'être exhaustif.

Des recherches ultérieures sont prévues par Christina Ceulemans et Vera Vereecken, de l'Institut royal du patrimoine artistique de Bruxelles. Un rapport provisoire sera publié dans les Annales du Troisième congrès international pour le textile ancien, et plus particulièrement pour le textile médiéval dans la région du Rhin et de la Meuse (12-15 mai 1992, Aix-la-Chapelle).

(Nous remercions de tout cœur Sœur Zita des Chanoinesses régulières du Saint Sépulcre, Herkenrode, qui nous a permis de prendre connaissance de ces reliques en 1991.)

A. (inv. n° 1), diamètre 12,5 cm, hauteur 14 cm.
Fragment crânien emballé. La mentonnière consiste en une bande de velours avec un motif floral stylisé brodé de fil de métal, datant prollahlement du 15°-16° siècle. Inscription sur papier : 'de S. Ledegario-ep. et mart'.

B. (inv. n° 2), diamètre 17,5 cm, hauteur 13,5 cm.
Crâne complet, mentonnière en satin avec des bandes surcousues en fil d'argent et portant le monogramme IHS en tissu rouge. Sur la tête une couronne de fleurs avec du fil en métal, de la soie multicolore et des rinceaux en métal, qui était portée par les religieuses lors de la prise de voile, de la célébration d'un jubilé et sur leur lit de mort. Inscription sur papier : 'de S(an)cto pancration'.

C. (inv. n° 3), diamètre 10 cm, hauteur 13 cm.
Fragment de crâne, mentonnière en satin avec le monogramme A(N)NA brodé avec du fil d'or sur un fond de velours jaune. Inscription sur papier : 'de S. Gregorio. papa'.

D. (inv. n} 4) diamètre 11 cm, hauteur 13 cm.
Fragment crânien, mentonnière en taffetas avec du fil de métal tiré et enroulé selon un modèle géométrique. Monogramme IHS brodé. Inscription sur papier : 'de S. Gregorio mart'.

E. (inv. n° 5), diamètre 11 cm, hauteur 15 cm.
Fragments crâniens, mentonnière en soie avec du tissu velouté en dessous, broderie en fil de métal : 'M(ARI)A'. Petite couronne de fleurs en fil de métal avec passementerie. Inscription sur papier : 'de S. Pancratio mart.'

F. (inv. n° 6), diamètre 10 cm, hauteur 13 cm.
Fragments de crâne avec mentonnière en soie et en dessous du taffetas. Monogramme de Marie brodé.
G. (inv. n° 7), diamètre 11 cm, hauteur 16 cm.
Fragment de crâne, mentonnière en soie avec tissu velouté sur lequel se trouve le monogramme IHS en soie jaune. Bord en fausse fourrure. Inscription sur papier : 'de Costa S(anc)ti'.

H. (inv. n° 8), diamètre 10,5 cm, hauteur 13,5 cm.
Fragments de crâne avec le monogramme AN(N)A en soie jaune, fleurs en fil d'argent fixées sur le front. Inscription sur papier : 'de SS. Sergio. et Baccho'.

I. (inv. n° 9), diamètre 11,5 cm, hauteur 14,5 cm.
Fragment de crâne, emballé dans une mentonnière en soie et pourvu du monogramme de AN(N)A en soie rouge. Inscription sur papier: 'de S. Zacharia. papa'.

J. (inv. n° 10), diamètre 10,5 cm, hauteur 17,5 cm.
Fragments de crâne, emballés dans une mentonnière en soie et pourvus d'un habillage de satin avec des bandes surcousues en fil d'argent. Monogramme de M(ARI)A en velours rouge. Petite couronne de fleurs en passementerie.

K. (inv. n° 11), diamètre 10,5 em, hauteur 18 cm.
Fragment de crâne, emballé dans une mentonnière en soie avec un tissu, monogramme IHS. Couronne de fleur avec perles et passementerie.

L. (inv. n° 12), diamètre 11 cm, hauteur 17,5 cm.
Fragments de crâne, double bord en fil de métal argenté, restes de motifs de verdures et de feuilles garnis d'or véritable. Tissu gothique tardif. Couronne de fleurs en fil de métal avec des rinceaux.

M. (inv. n" 13), diamètre 17 cm, hauteur 14,5 cm.
Crâne complet, habillage en soie et en damas avec le monogramme IHS.

N. (inv. n° 14), diamètre 10,5 cm, hauteur 14,5 cm.
Fragments crâniens, soie et satin avec bandes surcousues en fil d'argent sur lesquels est apposé le monogramme IHS en métal doré.

O. (inv. n° 15), diamètre 11 cm, hauteur 14,5 cm.
Fragments crâniens, soie et tissu avec le monogramme AN(N)A sur du velours vert.

P. (inv. n° 16), diamètre 11 cm, hauteur 15 cm.
Fragments de crâne, mentonnière avec des motifs de verdure et de feuilles, comprenant une sorte de galette, fixé par endroits sur du velours noir, alternant avec des bandes surcousues en fil de métal. Tissu gothique tardif. Couronne de fleurs en fil de métal avec des rinceaux.

Q. (inv. n° 17), diamètre 10 cm, hauteur 15,5 cm.
Fragments de crâne, mentonnière en satin et soie avec le monogramme de M(ARI)A en velours jaune. Inscription sur papier : 'de S(an)cto Chr(isto)foro'.

R.(inv.n° 18), diamètre 9 cm, hauteur 11 cm.
Fragment de crâne avec satin du 18°
siècle, entouré d'un motif floral. À l'avant un tissu côtelé dont une partie des fils est en soie, pourvu de lettres brodées en gothique tardif.

S. (inv. n° 20), diamètre 10 cm, hauteur 13,5 cm.
Fragment de crâne avec une mentonnière en tissu bleu gothique tardif sur lequel sont cousues des perles bleues formant les lettres 'P' et 'A'. Au milieu du ruban une fleur brodée. Au-dessus, un ruban de tissu du 18° siècle avec un motif floral.

T. (inv. n° 22), diamètre 15 cm, hauteur 14,5 cm.
Crâne complet avec une mentonnière en tissu gothique tardif sur lequel les lettres 'G' et 'P' ont été brodées.

U. (inv. n0 24), diamètre 16 cm, hauteur 12,5 cm.
Crâne complet, revêtu de satin et de damas rouge, monogramme AN(N)A sur l'avant. Ruban frontal en fil d'argent.

V. (inv. n° 26), diamètre 17 cm, hauteur 14,5 cm.
Crâne complet, emballé dans du tissu gothique tardif aver les lettres 'E' et 'P' brodées autour d'un motif floral central.

W. (inv. n° 27), diamètre 13 cm, hauteur 14 cm.
Crâne complet, mentonnière eu tissus velouté rouge avec des motifs de fil de métal stylisés, probablement du 15°-16° siècle ; des bandes de tissu décorent l'arrière de la tête.

X. (inv. n° 36), diamètre 10 cm, hauteur 13,5 cm.
Fragment de crâne aver une mentonnière sur laquelle sont brodées en minuscules gothiques blanches du 15°-ló° siècle les lettres 'VM KAT' formant probablement 'Virgo Martyr Katarina'.

Y. (inv. n° 38), diamètre 11 cm, hauteur 14,5 cm.
Fragment de crâne, entouré de soie et en dessous de tissu velouté, monogramme de M(ARI)A eu soie jaune sur du velours rouge. Bordure en imitation de fourrure et petite couronne de fleurs avec passementerie et rinceaux.

Z. (inv. n° 40), diamètre 11 cm, hauteur 17,5 cm.
Fragment de crâne, entouré avec une bande de velours rouge avec un motif floral brodé et stylisé de fil de métal datant du 15° ou 16° siècle.

Z'. (inv. n° 43), diamètre 13 cm, hauteur 16,5 cm.
Fragment de crâne avec une mentonnière en velours vert et un motif floral en fil de métal brodé datant du 15° ou 16° siècle.

BIBLIOGRAPHIE : Die Visionen der hl. Elisabeth und die Srhriften dee Abte Ekbert und Emecho von Schönau, éd. F. Roth, Wenen-Wurzburg, 1886 ; P. George, De reiiekenschat van de Benedictijnerabdij van St. Truiden. Historische benadeeing. Nieuwe documenten, in [Cat. exp.] Stof uit de kist. De middeleeuwse textielschat uit de abdij van St. Tcuideu, Sint-Truiden, 1991, pp. 11-37.

 

138. BUSTE RELIQUAIRE
(ill. 165)
Anonyme, 17e siècle
Leuven, Stedelijk Museum Vanderkelen-Mertens
Buste eu bois, vêtu de velours rouge, point de piqûre et passementerie en or,
petites perles et cristal de roche, 34 x 30 cm.

 

buste_reliquaire_vignette
……
…………………………Zoom

Ce buste forme un ensemble avec le panneau reliquaire de l’église du béguinage à Louvain (cat. 130). Des bustes semblables sont connus depuis le dixième siècle et s’ils étaient originellement fabriqués en métal noble sur un noyau en bois, plus tard, ils le furent également en bois polychromé. Ce type persista au cours des siècles et cet exemple du dix-septième en est un des derniers représentants bien que réalisé en des matériaux succédanés. L’emploi visible d’un véritable crâne est typiquement baroque et donne à l’ensemble un aspect quelque peu lugubre.

Au centre du crâne, le monogramme du Christ, une croix et un cœur en passementerie d’or sur du velours. Sur la tête une petite couronne de fiancée ou de prononciation des vœux, des cheveux en étoffe et en fil d’or et voile de fiancée. Sur le buste lui-même, du velours et des fleurs en fil d’or. Le crâne appartenait sans doute aussi à une béguine qui est morte en odeur de sainteté.

BIBLIOGRAPHIE : P.V. Maes & J. Vandegaer, [Cat. exp.] Schatten der armen. Het artistiek en historisch bezit van het OCMW Leuven, Leuven, 1988, n° 255, p. 317-318.

 

 

jardin_clos_couv


[1] Illustrations et notices reproduites de l'ouvrage :
intertresetroit
Le Jardin clos de l'âme – L'imaginaire des religieuses dans les Pays-Bas du Sud,
depuis le treizième siècle
,

intertresetroit
sous la direction de Paul Vandenbroeck, avec des contributions de Luce Irigaray, Julia Kristeva, Birgit Pelzer et al., catalogue de l'exposition organisée par la Société des expositions, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, 25 février - 22 mai 1994, éditions Martial et Snoeck, pp. 244-245.
intertresetroit
[Attention ! Ces documents et les textes qui les accompagnent ne sont pas dans le domaine public. De sorte que cette page ne saurait rentrer dans le cadre du contrat Creative Commons (mentionné dans la barre de menu, ci-contre, partie haute de la page), qui autorise sous certaines conditions de reproduire les contenus du présent site.]

 

Permalien

Commentaires:

Cet article n'a pas de Commentaires pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

décembre 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML