blog dominique autie

 

Mardi 3 avril 2007

06: 07

 

 

Des dents

 

 

Oui, tu es belle, mon amie ! oui, tu es belle !
Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues
qui sortent du bain :
chacune d'elle porte deux jumeaux,
aucune d'elles n'est stérile.
intertresetroit
Le Cantique des cantiques, IV, 2.
Traduction Ernest Renan, 1886.

 

 

dentition_brebisdentition_frise

De quel désastre révolu la perte des dents est-elle annonciatrice ?

Celui pour qui la mort n'est pas encore avancée, qui s'en estime porteur sain, éprouve une étrange honte face à ce démantèlement.

Sans doute, ce sentiment tient-il à la situation d'interface de la bouche, entre les ténèbres viscérales et la panscopie sociale. Le sourire, qu'on dit éclatant, de la star, du sportif, du vendeur, donnent le change sur le ronge incessant que fait la mort sur les organes et la charpente osseuse qui les conjoint. La mort rumine en nous. Bossuet, en le proférant, en en pratiquant l'implant dans la langue, a ruiné toute dimension concrète à ce travail de la mort. C'est trop se laisser surprendre aux vaines descriptions des peintres et des poètes, que de croire la vie et la mort autant dissemblables que les uns et les autres nous les figurent. Il leur faut donner les mêmes traits [1]. Nous avons pris l'exact contre-pied de cette injonction. Un matin pourtant, à rebours de l'air et des icônes du temps, c'est le miroir de la salle de bain qui a fait sienne la leçon. Plus aucun art n'est dès lors praticable. Tant le bruit que fait la mort qui nous mâche est soudain redevenu assourdissant.

À l'aube de ce que les historiens s'entendent pour nommer la période contemporaine, Casanova semble encore congédier les objurgations de Bossuet. Devant une petite qui l'embrase (j'ai mémoire d'un passage où la seule contemplation du fruit promis lui vaut une soudaine hémorragie nasale), le chevalier de Seingalt retarde le moment de nous entretenir des délicatesses à venir du corps qu'il convoite pour louer la blanche perfection de sa denture. Les aventures et les événements qui constituent la matière d'Histoire de ma vie [2] lancent un précieux pont entre les complaisances macabres du baroque – leçons de ténèbres, vanités… – et la révolution scientifique, industrielle et sociale qui accompagne et prolonge la fin de l'Ancien Régime. La mort va changer de statut, Casanova y contribue à sa façon. Viendra le jour où nous ne respirerons plus l'haleine de la mort, au prix de dispositifs artificieux de plus en plus sophistiqués, d'artefacts, et d'un congé donné à la langue. Casanova appartient à un monde en passe d'être récusé, où c'est encore à la langue qu'échoit de traiter avec la Camarde.

En conséquence, il est bien moins arbitraire qu'il ne paraît d'associer le diagnostic du dentiste à la pratique du mensonge. On connaît mieux son foie, les muscles de ses membres, voire les lobes de son cerveau qu'on ne se représente l'intérieur de sa bouche. Il suffit d'une carie qui tourne mal, pratique le chantage à l'abcès, pour prendre la mesure de notre aveuglement – et des effets du reflux de la langue, que nous avons nous-même voulu et orchestré. Le premier fakir lance sa corde, qui s'arrime aux nuages ; à son ordre, nous voilà grimpé : un mot du saltimbanque, et la corde retombe. Lucy a disparu in the sky. Elle retombe édentée.

On sourit d'apprendre qu'il fallut inventer une science des rêves pour publier que perdre ses dents en songe est de sinistre présage. La Mort est la Grande Arracheuse de dents. Et l'art dentaire une des applications régionales de la thanatopraxie.

 

 

 

[1] Sermon du mauvais Riche, prononcé le 22 mars 1662.
[2] En 1991, j'ai mis à profit deux semaines de convalescence après une opération chirurgicale pour lire d'une traite les Mémoires de Casanova. Je disposais de l'édition de Robert Abirached et Elio Zorzi, que que proposait à l'époque, en trois volumes, la « Bibliothèque de la Pléiade » de Gallimard. Deux ans plus tard, paraissait l'édition de Francis Lacassin qui, désormais, fait seule autorité (collection « Bouquins », Robert Laffont, 1993 (également en trois volumes). Mes notes de 1991 ne portent pas mention de ces allusions assez nombreuses – et, dans mon souvenir, presque systématiques – aux dents de ses conquêtes : les casanovistes en décomptent cent vingt-deux dans l'ouvrage, chacune donnant lieu à un portrait… Relire Casanova (comme d'autres relisent Proust) : il se peut que j'exige, le moment venu, qu'une clarisse (en habit) me fasse lecture d'Histoire de ma vie, assise au chevet de mon lit d'agonie.

 

……vignette_dentition
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…

Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: P.D et W.C Fields [Visiteur]
Je ne vous savais pas si sentimental ...
Permalien Mardi 3 avril 2007 @ 11:15
Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://www.alinareyes.com
..."perdre ses dents en songe est de sinistre présage"... Dominique, n'en croyez rien, c'est le contraire. J'ai fait ce rêve chaque fois que j'étais en train de renaître, c'est-à-dire très souvent. C'est un peu le même signe que se couper les cheveux. Il suffit de ne pas perdre le goût de croire à la petite souris !
Permalien Mercredi 4 avril 2007 @ 00:38
Commentaire de: Claude [Visiteur] · http://leseauxvives.blogspirit.com
Celles du devant dit on, sont celles des proches et plus on s'en éloigne, moins "elle" nous touche...

Dès la conception "ELle" est déjà là pregnante, dans la sélection des cellules qui vont modeler le futur foetus, un équilibre permanent programmé au travers de l'apoptose (suicide cellulaire) sculpture du vivant, elle donne la forme aux organes, et protège la forme anarchique des cellules anormales.
C'est dans sa forme de sénescence qu'elle prend alors chez tout être la formule de non retour. Fécondation, maturation, division, dégradation,nécrose, élimination; destruction. Un mal pour un bien, comme le clair et l'obscur. Tendre vers l'équilibre.

Présage de lune à lune.

Je serai de l'avis d'Alina, n'y pensez pas. Entre le regard bienveillant de cette personne l'autre fois qui croisait votre chemin, le vôtre évitant de justesse un véhicule. Je dirai que vous pensez trop.

Belle journée Dominique
Permalien Jeudi 5 avril 2007 @ 07:16
Commentaire de: Kate [Visiteur]
Jeune, on mord dans la vie à pleine dents. Avec l'âge, l'édenté n'a plus que les gencives pour écraser plus ou moins bien les aliments et les mots. La prononciation est à jamais changée de la perte d'une dent, alors toute la bouche... Il y a une certaine et grotesque ironie dans l'ouverture de la bouche d'un batracien, d'une tortue, d'une jeune veau; on ne voit que la langue engluée, sorte de mollusque inoffensif. Sans la barrière acérée et esthétique des dents, la bouche est toute en chairs tendres et repoussantes.
Permalien Jeudi 5 avril 2007 @ 15:53

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML