blog dominique autie

 

Samedi 21 juillet 2007

20: 06

L'ordinaire et le propre des livresPetite philocalie

 

36 – Le livre d'une vie

L'Ensemble conventuel des Jacobins de Toulouse
intertresetroit
par Maurice Prin et Jean Dieuzaide

 

 

jacobins_blog_gdtitre
intertresetroit
[Zoom]

 

 

Toulouse et ceux qui se réfèrent au Languedoc historique aiment invoquer l'épopée cathare dès lors qu'il s'agit de donner quelque assise à un vieux fond de résistance aux pouvoirs centralisateurs, teintée d'un doigt d'anticléricalisme que l'on sent pointer, aujourd'hui encore, en Midi toulousain. Une autre perspective, d'une nécessaire symétrie, invite à considérer le bénéfice des missions que l'Église multiplia pour réduire l'hérésie des Parfaits – jusqu'au bûcher du dernier d'entre eux, Guilhem Bélibaste, en 1321. La fondation de l'Ordre des Prêcheurs par saint Dominique n'est pas la moindre part de cet héritage.

En décembre 1216, Rome officialise l'autonomie des « frères de la Prédication de Toulouse » ; dès 1230, ceux qu'on nommera plus tard les Dominicains bâtissent leur propre église dans la cité des capitouls. Quatre grandes campagnes de construction aboutiront à l'actuel ensemble conventuel, que la Révolution puis l'Empire (qui y installe l'armée) manquent de détruire à jamais.

Un homme a voué sa vie entière à la reconstruction et la restauration de ce joyau de l'art gothique languedocien. Pendant plus d'un demi-siècle, Maurice Prin s'est consacré sans relâche à une double tâche : animer la renaissance du bâtiment dans sa matérialité – allant lui-même, parfois loin de Toulouse, retrouver des éléments architecturaux dispersés ; et mener des recherches en paléographie, en histoire de l'art, en architecture afin d'éclairer et d'orienter cet impressionnant chantier par la connaissance rigoureuse de son histoire.

Au fil de ces décennies, Jean Dieuzaide a fait des Jacobins et du travail de Maurice Prin, devenu son ami, l'un de ses sujets de prédilection : nombre de clichés de ce fonds n'ont jamais été publiés.

Un petit groupe d'érudits, passionnés par l'histoire et le patrimoine toulousains, épaulés par les professionnels et les spécialistes de la conservation et de l'histoire de l'art – notamment Daniel Cazes, conservateur en chef du musée Saint-Raymond –, ont convaincu Maurice Prin de livrer une part de sa mémoire et de ses connaissances. C'est ainsi que l'association Les Amis des Archives de la Haute-Garonne a coordonné et formalisé un projet éditorial dont l'intérêt excède les seules limites de Toulouse : on vient découvrir les Jacobins de l'autre bout du monde.

Quand il m'accueillit à Toulouse en 1979, Pierre Privat m'indiqua d'emblée qu'il me faudrait prendre l'initiative d'un livre qui retrace l'étonnante aventure conduite par Maurice Prin. Ce dernier était toujours à l'œuvre – et l'œuvre n'était pas de mots et de papier, mais de pierres ! Ce n'est donc pas en publisher (Les Amis des Archives publient le livre à leurs risques et périls, selon la belle formule qui figurait jadis sur les contrats d'édition) mais en éditeur conseiller et en typographe que j'accompagne aujourd'hui les maîtres d'œuvre jusqu'à la parution prévue pour cet automne.

Dès que j'ai présenté la candidature d'InTexte pour préparer techniquement cette publication, pour en assurer la mise en forme typographique, harmoniser la présentation des œuvres de Jean Dieuzaide et des textes de Maurice Prin, j'ai su que j'avais devant moi bien plus qu'un marché professionnel : la chance de restituer dans un livre – dont l'enjeu m'était connu, pour ne pas dire familier, bien avant que l'honneur de me soit fait d'y être associé de la sorte – le meilleur de ce que les livres eux-mêmes m'ont enseigné. Quand les textes m'ont été remis, quand m'ont été confiés les tirages originaux de Jean Dieuzaide, une sorte d'étrange métamorphose s'est faite dans mon regard : c'est en typographe, en fils et petit-fils d'ouvriers imprimeurs que j'ai abordé ce travail ; de n'avoir pas à diriger la publication, de n'en pas prendre moi-même le risque financier, d'y être convié en artisan rémunéré à la tâche m'a investi d'un bonheur inattendu, imprévisible. M'usant les yeux à l'écran certains soirs, réveillé avant l'heure par l'appel des pages à construire, il m'a semblé partager la tension du copiste et de l'enlumineur médiévaux penchés sur un livre d'heures.

L'ensemble du livre a trouvé son assise et reçu l'agrément des maîtres d'œuvre. Je suis parvenu à n'utiliser qu'un seul caractère, un Garamond, dans sa seule fonte maigre, en romain et italique. Aucun cliché n'est reproduit à fond perdu (à l'exception des pages d'un livre de 1610, scannées sur un original de l'époque issu de la collection de Maurice Prin) et je n'ai pas recadré d'un millimètre une seule des photographies de Jean Dieuzaide. Avec sérénité, l'agencement des pages a comme naturellement tourné le dos à toutes les complaisances que le livre, depuis trop de lustres, a cru devoir manifester au magazine. J'ai laissé l'œil exercer sa science et contraint l'informatique à tenir son rang.

Il reste, d'ici les premiers jours de septembre, un minutieux travail de lecture, de correction typographique, de sculpture du texte courant – la chasse au veuves et aux orphelines [1]; ainsi que la préparation numérique des clichés, pour laquelle un appui précieux entre tous m'est assuré, que j'évoquerai en son temps. L'ouvrage paraîtra fin octobre. Huit semaines ont été prévues pour que ni l'imprimeur, ni le relieur n'aient à travailler dans la hâte.

Je guettais l'été pour disposer de quelques heures de loisir. Des tâches urgentes m'attendaient – classer la bibliothèque indienne, mettre à jour le site de l'entreprise, écrire… L'appartement de mon père imposerait que je m'absente plusieurs jours. Les circonstances en ont décidé autrement, et je n'ai le sentiment que de me conformer à un lien résolument immémorial – de nature organique, par l'hérédité – qui a fait de moi un homme du Livre. Imprimé, à l'automne, mon labeur de l'été prendra place dans la petite vitrine votive qui préside, ici, au quotidien de la bibliothèque : pour chacune des séances de travail avec l'homme qui dirige la publication de l'ouvrage au sein de l'association éditrice, j'en allume le minuscule plafonnier.

 

 

[1] En typographie, orpheline est la dernière ligne d'un paragraphe rejetée seule en tête de la colonne ou de la page qui suit ; veuve la première ligne d'un paragraphe qui figure isolée en pied d'une colonne ou d'une page, tandis que le corps du paragraphe est rejeté en colonne ou en page suivante.

 

 

Découvrir la mise en page du livre
(Galerie avec simulations en volume) – cliquez ici.

intertresetroit
Voir le sommaire abrégé
qui figure dans les premières pages – cliquez ici.

intertresetroit
Télécharger au format pdf
le dépliant de présentation et de souscription :
cliquez ici.

 

 

L'ensemble L'ordinaire et le propre des livres
bénéficie désormais d'un
sommaire électronique [cliquez ici]
également accessible depuis le menu figurant dans la partie droite de l'écran,
en haut de page.

 

index_garamond
intertresetroit
PageRank Actuel

Commentaires:

Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Vers 1964 ou 65 je pris conscience des merveilles qui nous servaient de décor, à commencer par les Jacobins. Je lançais une revue et Maurice Prin m'écrivit le premier article. Un ami peintre, Jacques Joos, alors élève aux Beaux Arts, en fit l'illustration. A cette époque Venise travaillait au lustre de la chapelle St Antonin et leur commanditaire, Maurice Prin, taillait, tel un Lacroix ou un Castelbajac, des chasubles pour de futures solennités. Le cloître était encore un terrain vague et nous rêvions de fastes renouveaux.
Nous avons vu revenir les restes de saint Thomas d'Aquin, vu s'égrener les badauds dubitatifs et les pèlerins enthousiastes; nous avons vu la Culture annexer de si belles choses mais nous attendions toujours quelque livre digne de ce nom.
Tout arrive et je suis heureux, Dominique, que vous ayiez part à ce monument.
Quant aux néo-cathares, qu'ils considèrent la géo-politique contemporaine et qu'ils en tirent les conséquences, s'ils en sont capables.
Permalien Samedi 21 juillet 2007 @ 23:07

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML