blog dominique autie

 

Mercredi 1 août 2007

08: 00

 

Felis silvestris catus sapiens

 

oscar_blog
intertresetroit
Oscar.
Cliché : Stew Milne, La Presse Canadienne.

 

 

Un soir du printemps 1991, je fus cloué au lit par la désagrégation partielle, soudaine, d'un disque vertébral. Sujet à de terribles lumbagos depuis plus de quinze ans, je passais d'un kinésithérapeute à l'autre : ce soir-là, la projection sur les reins d'un jet d'eau tiède au moyen d'une sorte de lance à incendie avait provoqué ce que le neurochirurgien décrivit comme le syndrome du noyau d'olive : il lui fallut deux jours pour diagnostiquer qu'un minuscule morceau de disque, pointu comme un poignard, quasi invisible sur l'IRM, était allé se ficher dans je ne sais quel nerf.

Je me trouvai seul durant toute cette nuit, qui fut épouvantable. J'attendis toutefois l'heure canonique pour joindre, au matin, mon médecin traitant afin qu'il vînt procéder à un état des lieux. Je compris aussitôt que mes jambes ne m'obéissaient plus (le neurochirurgien qui m'opéra confirma que, non traité à temps, un tel incident – plus grave que la classique hernie discale – peut tourner à la paralysie irréversible).

Le téléphone était à l'extrémité opposée du salon, qu'il me fallait donc entièrement traverser. Je me mis en devoir de ramper. La moquette bas de gamme qui recouvrait la pièce fit râpe à fromage sur ma peau ; l'infirmière qui m'accueillit aux urgences s'inquiéta de me voir ainsi éraflé de l'épaule à la cuisse droites, ce dont je n'avais pas eu le loisir de m'aviser tant le moindre centimètre franchi par reptation me coûtait de douleur dans le bassin et les membres inférieurs.

Freud ne m'avait pas quitté de la nuit. Mi-gouttière, mi-siamois, il avait l'humeur imprévisible des chats de race abâtardis et l'intelligence aiguë des apatrides. Il me vit me glisser du matelas (heureusement posé à même le sol) et dut comprendre qu'à l'insomnie inhabituelle allait succéder un exercice non prévu dans nos habitudes domestiques réglées au quart de millimètre (j'adoptai Freud encore chaton très peu de temps après ma cure de désintoxication, alors que nous étions l'un comme l'autre tout juste sevrés). Quand je débouchai enfin dans le salon, je dus me résoudre à l'évidence : Freud savait que le but de l'interminable itinéraire était le combiné du téléphone, déposé ce matin-là au pied du canapé où j'avais dû m'asseoir ou m'allonger la dernière fois que j'en avais eu l'usage. Dès lors, il ne cessa pas d'aller de l'un à l'autre : du poste téléphonique gris souris à son maître, à qui chaque mètre franchi rendait tout mouvement un peu plus difficile. Il me donna le sentiment de mesurer lui-même la distance qu'il me restait à franchir, vérifier que celle-ci diminuait en comptant ses propres pas comme on le fait quand on mesure à l'enjambée la dimension d'une pièce vide, si l'on a omis de se munir d'un mètre à ruban.

J'étais au milieu du salon, à mi-calvaire, lorsque je vis – sans le moindre doute possible quant à l'intention – Freud donner plusieurs coups de pattes dans le téléphone, dans la position exacte susceptible de déplacer l'appareil dans ma direction. Les patins en caoutchouc s'accrochaient aux boucles rêches de la moquette, l'objet résista, Freud reprit ses allers et retours. Sur les derniers décimètres, à deux reprises, je sentis sa langue sur ma peau.

intertresetroit

Je ne suis guère étonné par le comportement d'Oscar, qu'on voit partout sur la Toile ces temps-ci [1]. À la fin d'un entretien mené pour l'une des revues de santé dont je suis prestataire, le Pr Bruno Vellas m'a demandé de l'accompagner dans son service de gérontologie clinique du CHU de Toulouse – il veille à ce que la maladie d'Alzheimer ne reste pas une abstraction pour qui doit en parler de l'extérieur de l'institution. J'imagine sans trop de peine que les récepteurs sensoriels, sensitifs, subliminaux – appelons cela comme on peut – d'un chat, connus pour être infiniment plus subtils que les nôtres, ne sont pas insensibles à ce qui provoque l'indicible malaise de l'homme dans un tel lieu où, aux symptômes les plus apparents de la démence, s'ajoute l'effet du nombre : quelque chose fait masse, comme dans un dispositif électrique, un effet que la présence isolée d'un patient ne provoque sans doute pas avec la même intensité. Si l'on est si peu que ce soit attentif aux forces non matérielles que produit et réceptionne un cerveau – animal, humain –, on pressent que le dysfonctionnement neurologique par dégénérescence qui caractérise l'Alzheimer, ainsi démultiplié dans un même lieu confiné, peut n'être pas sans conséquence sur les « ondes » qui y circulent, qu'éprouvent (ou non) un chat ou un être humain.

Il est frappant que la plupart des articles de presse, français comme étrangers, qui rendent comptent du comportement d'Oscar titrent sur le caractère prédictif de celui-ci, qui s'est avéré très fiable au fil des mois [2]. La capacité de certains animaux, dont le chat, à percevoir des signes indicatifs d'un changement de temps ou d'un tremblement de terre, a été observée depuis des siècles. Ce qui peut intéresser l'éthologiste dans l'agissement d'Oscar, c'est ce sur quoi nul ne semble très empressé d'apporter le moindre commentaire : le chat vient se blottir à proximité immédiate du mourant, entre deux et quatre heures avant qu'il ne rende son dernier souffle ; il ne quittera le lit qu'après la mort clinique. Il se joue là quelque chose d'assez mystérieux, me semble-t-il. Je n'en suis toutefois pas surpris – et demeure sceptique sur les capacités de la science à l'éclairer de façon univoque, voire sur l'intérêt de le tenter. Des professionnels sont, aujourd'hui, spécialement formés pour accompagner les patients en phase terminale au sein d'unités de soins palliatifs ; d'autres services, de postréanimation, sont dédiés aux techniques d'éveil face aux comas jugés réversibles : on s'y efforce de tirer parti du peu que nous savons sur les performances réelles du système nerveux en état de coma (traumatique ou provoqué par un accident vasculaire cérébral). Les confins de la mort sont, pour une très large part, terra incognita.

Force est de constater que le comportement d'Oscar concerne un champ médical et social qui n'a cessé de connaître, ces dernières décennies, de profondes mutations : à mesure qu'elle fait l'objet d'une occultation de plus en plus radicale dans l'espace social, la mort est intégrée aux protocoles de continuité des soins mis en place dans les établissements hospitaliers publics et privés [3]. Qu'un chat trouve à se glisser dans l'un de ces dispositifs glaciaires où la fin de vie est codifiée [4], mérite sans doute qu'on en observe aussi finement que possible les effets, plus encore que les causes – qui ne nous sont peut-être pas immédiatement accessibles. Il se pourrait qu'une expérience assez simple, qui consisterait à doter quelques unités pilotes d'un tout jeune chat, mette en évidence, après quelques semaines d'acclimatation de l'animal, qu'un tel comportement constitue, chez Felis silvestris catus, la réponse la plus commune aux sollicitations spécifiques d'un environnement aussi spécifique. Si l'on envisage, en effet, le « degré zéro » de la fièvre médiatique dont bénéficie Oscar, c'est bien la présence d'un chat domestique dans une unité de long séjour et d'accompagnement de fin de vie qui constitue l'exception, non les capacités toujours quelque peu déroutantes de ce mammifère à gérer ses relations avec le milieu qui lui échoit.

En bonus track à ma méditation, Oscar me suggère qu'on pourrait mettre l'accès du chat européen au grade de Felis silvestris catus sapiens à l'ordre du jour du congrès mondial qui ne manquera pas, d'ici deux à cinq ans, de procéder au sacre du bonobo en tant qu'Homo paniscus (grand thème médiatique de l'été 2006, rappelez-vous). Je trouverais réconfortant que le Pan paniscus à peine dégrossi que je suis lorsque je quitte la salle de bain chaque matin – descendant l'escalier derrière Mumtaz, la queue en trompette, qui me conduit impérieusement à sa gamelle – se voie rappeler, par la grâce du félin psychopompe, qu'il est doté d'une âme.

 

 

[1] Je ne donne pas ici de lien renvoyant à l'un des innombrables articles et sites qui, en cette fin de mois de juillet, relatent les performances de ce chat, recueilli dans une unité de prise en charge de patients atteints de la maladie d'Alzheimer dans le Steere House Nursing and Rehabilitation Center de Providence, État de Rhode Island (USA). Il y a toutes chances pour que ce lien devienne caduc assez rapidement. On accèdera sans peine à ces articles (et d'autres à venir, peut-être, plus complets) en entrant sur Google la séquence de mots clés Oscar / chat / mort, en y adjoignant éventuellement "David Dosa" (expression exacte), nom du gériatre responsable de l'unité.
[2] Oscar, un [le petit] chat qui pressent la mort (TF1-LCI, Le Figaro), Oscar le chat qui annonce les décès (Yahoo! Actualités), Le chat qui prédit l'heure de votre mort (La Poste-LCI), etc.
[3] Cette même tendance fait considérer désormais, dans plusieurs CHU, le dépositoire comme inscrit dans cette stratégie de continuité, les personnels traditionnels (techniciens spécialisés dans la prise en charge des corps et l'accueil des familles) se voyant remplacés par des aides-soignants.
[4] Nul mauvais procès,ici, aux équipes médicales et paramédicales qui œuvrent dans ces unités. Outre ma fréquentation professionnelle du milieu hospitalier, le décès de ma mère puis celui de mon père, survenus tous deux dans ce contexte, m'ont conforté dans le profond respect qu'inspirent les femmes et les hommes qui, presque toujours, on fait choix de travailler dans de tels services. Ce que je pointe ici n'est que l'inévitable hiatus auquel aboutit une normalisation de la mort (fût-ce pour d'excellents motifs d'efficacité médicale, notamment en matière de lutte contre la douleur) et l'irréductible singularité de son échéance pour chacun de nous, qu'il s'agisse de notre propre fin – tant que nous sommes en mesure d'en prendre conscience – ou de celle de nos proches. La non-solubilité de la dimension spirituelle dans aucun protocole fondé sur des données et des critères nécessairement rationnels, comme c'est le cas dans un environnement hospitalier, ne peut être évidemment reprochée à personne.

 

 

……
……………………………singe

CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc

Cliquez ici

 

PageRank Actuel
intertresetroit

Les Commentaires de cette page sont fermés en raison des spams incessants dont les sites
indépendants sont la cible. Adressez commentaires et questions par courrier électronique.
Si vous le souhaitez, votre texte sera intégré dans les meilleurs délais. Merci d'avance.
Cliquez ici [sur l'adresse qui s'affiche, remplacer l'euro par l'arobas.]

Commentaires:

Commentaire de: cedric [Visiteur] · http://rienquemonmonde.hautetfort.com/
Intéressant éclairage, pour moi qui n'ai jamais eu d'animaux domestiques !

( 1er para: 'provoqué ce le neurochirurgien'
4ème : 'se munir un mètre en ruban' j'aurais écrit : 'se munir d'un mètre à ruban' mais p-t 'se munir quelque chose' est-il valable? tout comme 'en' ruban ? )
Permalien Mercredi 1 août 2007 @ 11:43
Commentaire de: Édouard Puginier [Visiteur] · http://www.tazintosh.com
Quitte à faire une remarque, je ne la dirigerai qu'à celui, qui comme tant d'autres, partout sur les blogs et autres sites de "news", semble prendre une certaine jouissance à faire remarquer par un commentaire, qu'il a détecté une ou plusieurs fautes — de frappe ou non — dans l'article qu'il vient de lire, au lieu de simplement en informer l'auteur par e-mail, sans en faire profiter tout le monde. Forcément, il y a moins de mérite... On imagine tant cette impression de passer pour un inculte !

Une chance pour vous Cedric, il n'y a pas sur ce magnifique blog d'indications incitant à faire les remarques de ce genre par e-mail... Mais Généralement, il est vrai que l'on trouve : « Pour toute erreur dans une news, merci de nous le signaler par mail. » Mais quand bien même, j'ai tendance à croire, que pour certains, cela n'aurait rien changé (sans vous mettre en cause bien entendu, avec tout le respect que je vous dois).

Quelques petits détails :
- pas d'espace après l'ouverte d'une parenthèse ou avant sa fermeture ;
- il se raconte dans certains milieux de l'édition que l'on utilise le guillemet et non l'apostrophe pour faire une citation, le fin du fin étant le guillemet typographique : - « -. Mais là, ça se complique, surtout sur Windaube ;
- il est de rigueur de mettre une espace avant toute double ponctuation ;
- les phrases ont tendance à commencer par une majuscule pour se terminer par un point ;
- « p-t » s'écrit « peut-être » ;
- « para » s'abrège en « paragr. » ;
- et puis pour terminer car je suis las, « 1er » s'écrit « 1er » et « 4éme » « 4e »

Intéressant non ? Malheureusement, je déteste d'avoir eu à le faire ! [...] Là est la nuance.
Permalien Mercredi 1 août 2007 @ 22:39
Commentaire de: cedric [Visiteur] · http://rienquemonmonde.hautetfort.com/
Si jamais j'avais eu à être remis à une place que par fierté mal placée j'aurais quitté, sachez que vous l'auriez fait avec beaucoup de talent, j'ai souri tout du long à la lecture de votre message car, en effet, si j'étais du style à me vexer, je n'aurais pas su quoi répondre à ces 'quelques petits détails' que vous me signalez, sinon un 'merci', contrit.

Or je ne prétends pas être celui devant qui les fautes, coquilles et autres erreurs fuient tel Bip Bip devant Vil Coyote, surtout dans les commentaires; mais évidemment, je comprends votre réaction. Il s'avère qu'une sorte de jeu s'est instauré entre moi et les notes de Dominique Autié et je pourrai très bien lui signaler par mail, mais comme ça ne le dérange pas, je lui fais part en commentaire, par facilité, des rares coquilles que je parviens à débusquer, ayant noté que pour l'auteur de ce blog leur chasse est sans pitié; sinon, croyez-moi, depuis longtemps j'aurais abandonné, laissant vierge de mes remarques de gamin prétentieux les commentaires de ce blog délicieux.

Un conseil : ne pas faire ce qu'on déteste faire! En espérant tout de même qu'à m'écrire votre remarque, vous y ayez pris un certain plaisir, ce serait dommage de s'en priver... ;-).
Permalien Jeudi 2 août 2007 @ 10:49
Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Cedric, je crois que l'anecdote vous mine. Laissez les Bandes Dessinées aux enfants; lisez de vrais auteurs: votre style n'en sera que meilleur et votre coeur plus léger.
Permalien Jeudi 2 août 2007 @ 13:41
Commentaire de: Édouard Puginier [Visiteur] · http://www.tazintosh.com
Je crois que Cédric n'est en rien miné.
Nous avons, je pense, compris tout deux qu'il n'y avait finalement nul procès entre nous, puisque j'imaginais bien qu'en écrivant cela, je puisse faire une erreur.
Je n'aurais par ailleurs et dans ce cas, jamais posté un commentaire sur son blog afin de l'en remercier au sujet d'un magnifique écrit.
Je retourne à ma Bande Dessinée.
Permalien Jeudi 2 août 2007 @ 13:53
Commentaire de: admin [Membre]
Euh… Je suis un peu gêné que vous en veniez sur le terrain de la BD.
Vous êtes sorciers, tous, ou quoi ?
(Vous comprendez demain matin…)
Je précise cependant que Cédric a mon accord explicite (et ma reconnaissance), depuis de longs mois, pour ses interventions. Qu'il les fasse en ligne ne me gêne guère : chacun sait ainsi que le texte initial était lacunaire, qu'un lecteur s'est appliqué à le signaler et que l'auteur du site s'est empressé d'y remédier.
Contribuer à la qualité technique, typographique, orthographique, voire esthétique de ce qui se publie sur Internet est œuvre de salut public (et j'insiste sur le caractère pronominal et la forme réfléchie de l'acte éditorial sur la Toile : je me publie, je m'auto-édite, ce qui n'est pas sans risque. Nous avons simplement là une preuve, subtile et pour cela précieuse, du rôle que l'éditeur aurait dû assumer – en autres –, si la Toile était soumise aux mêmes processus éditoriaux que le livre. L'auto-édition n'est éventuellement choquante qu'à mesure du déficit qualitatif évident, le plus souvent, que révêle l'absence d'une instance professionnelle dans la préparation de la publication. S'y ajoute la notion de risque, pour l'éditeur de métier : publier, c'est prendre un risque, financier autant qu'intellectuel. C'est tout cela qui fait défaut sur Internet, que compense toutefois l'extrême souplesse du support, sa disponibilité à chacun et sa prodigieuse puissance de rayonnement. Le jeu en vaut donc largement la chandelle. Ici, le lecteur est co-responsable de la publication de ce qu'il lit. Il se substitue, virtuellement, à l'éditeur. Je trouve que cette idée se tient.
Et je remercie de nouveau, publiquement, Cédric de son assiduité à fréquenter mes pages et des risques – tiens donc…, une confirmation de mon hypothèse ! – auxquels il s'expose en me corrigeant. Je crois n'avoir jamais manqué de lui répondre (par courrier électronique, il est vrai) pour l'avertir que j'avais tenu compte de ses observations. Et c'est de la fonction ordinaire d'un service éditorial de vérifier que mètre à ruban est la seul formulation recevable pour l'objet que l'auteur entendait nommer. L'auteur en question fût-il prix Nobel de littérature, ce qui n'est pas mon cas (vous le sauriez).
Merci à tous, quoi qu'il en soit, de votre présence sur la Toile.
Dominique Autié.
(À vous, Cédric… j'ai certainement fauté dans ce commentaire presque aussi long qu'une chronique.)
Permalien Jeudi 2 août 2007 @ 14:45
Commentaire de: cedric [Visiteur] · http://rienquemonmonde.hautetfort.com/
@ Édouard Puginier > Nous nous sommes en effet parfaitement compris. Terminons donc ainsi notre bref échange pour éviter de faire de ce blog trois étoiles un forum trivial. Tiens! Et si je relisais Tintin au Tibet ! ;-)

@ Dominique Autié > Merci. Tant que vous aurez cette position, je prendrai plaisir à chasser la coquille des chroniques ce blog. Mais libre à vous de changer d'avis, je ne suis pas opposé à faire cela plus discrètement. Longue vie à ce site :-).
Permalien Vendredi 3 août 2007 @ 10:56
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
L'histoire d'Oscar a suscité de nombreux commentaires de lecteurs qui rapportent des expériences similaires avec des chats.

Un chat va se coucher auprès d'une poule; il n'a jamais fait cela auparavant; la poule meurt peu après.

Un chat a été élevé avec un chien; le chien part avec ses maîtres dans une maison distante; un jour, le chat s'échappe et va rejoindre le chien; il le flaire puis s'en va; le chien meurt peu après.

Une femme possède un chat très indépendant et pas particulièrement affectueux; mais quand elle est malade ou déprimée, le chat se couche contre elle, recherche les caresses et se met à ronronner.

Plusieurs témoignages rapportent des cas similaires de chats consolateurs, qui semblent se diriger instinctivement vers les personnes déprimées pour leur prodiguer leur affection.
Permalien Dimanche 5 août 2007 @ 15:40
Commentaire de: Patrice Beray [Visiteur]
Magnifiquement communicative, votre anima, cher Dominique...
Permalien Jeudi 9 août 2007 @ 20:23

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML