blog dominique autie

 

Mardi 18 septembre 2007

07: 21

Minuscule caillou votif pour les alexithymiques

 

 

Lire la Bible

 

saint_jean_fleury

 

Pour Karim-Louis,
par-delà les silences du temps.

 

 

La lecture, dont j'ai rendu compte ici, du petit livre que le père Philippe Dagonet a consacré au seul chapitre quatre de l'évangile de saint Jean a opéré comme une baguette de sourcier. Informé et encouragé par un couple ami, j'ai participé mercredi dernier à la soirée de rentrée du groupe biblique qu'anime le père Lizier de Bardies, responsable de l'ensemble paroissial Saint-Sernin et Notre-Dame du Taur. Au programme, la lecture de ce même évangile, engagée en début d'année, parvenue avant l'été au terme du cinquième chapitre. De sorte qu'il y eut certainement coïncidence presque parfaite entre ma lente progression dans le récit de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine au puits de Jacob et la méditation qu'en faisait la petite quinzaine de personnes qui se retrouve, un mercredi soir chaque mois, autour du théologien.

Ces deux heures ont passé comme à peine la moitié d'une. Le chapitre sept et les premiers versets du suivant ont été lus à haute voix par le prêtre, par séquences dont le découpage, parfois inattendu [1], comme dans le travail du monteur au cinéma, induit une première indication. Dans un dosage subtil d'autorité et de questionnement, le père de Bardies met le passage en perspective – dans l'évangile de Jean, dans les autres évangiles, dans les autres livres du Nouveau comme de l'Ancien Testament. Sans qu'il soit besoin d'y inviter pesamment les participants, des remarques personnelles scandent l'exposé : ni glose à proprement parler collective, ni groupe de parole démagogique, ni incitation à s'approprier un texte qui ne l'appelle pas, un protocole tacite semble régler ce que je suis tenté de définir a minima comme une rigoureuse et sensible attention au texte.

Dès l'instant où la lecture d'une deuxième séquence fut engagée, l'évidence m'était claire : chez chacun de nous [2], le texte biblique avait restauré, sans préavis ni artifice, la souveraineté de la langue – la langue, le don de langue(s), l'Esprit [Car en quelque lieu que se trouvent deux ou trois personnes assemblées en mon nom, je m'y trouve au milieu d'elles (Matthieu, 18,20 [3])].

Le chapitre sept de Jean évoque la montée de Jésus à Jérusalem lors de la fête des Tentes. De façon pour ainsi dire sociologique, l'apôtre bien-aimé (Matthieu et lui sont les deux évangélistes qui furent témoins directs de la vie publique du Christ) rend palpable la confrontation de Jésus avec une société bloquée – pour mieux dire : l'impossibilité d'une société, dont la langue est verrouillée par le formalisme social et politique, d'accueillir le moindre mot du Nazaréen ; et de l'entendre sur le niveau de sens que ce propos exige – si ce n'est pour être compris d'emblée, du moins pour être entendu. J'ai cru devoir suggérer combien ce passage s'insère de lui-même, sans qu'il soit nécessaire d'en forcer la lecture, dans la problématique contemporaine, pour peu qu'on ressente celle-ci douloureusement : ce mur qu'opposent à toute parole singulière nos dispositifs de pensée unique, notre usage d'une langue essorée de son registre spirituel, réduite à l'efficacité servile envers la stricte immédiateté (de l'économie, du plaisir – dans les groupes de parole – de cette parole-là –, cette immédiateté est nommée le vécu, le ressenti : il est impératif d'exprimer son ressenti (quelque part) ; les cellules de soutien psychologique qu'on met en place à tout propos désignent les confins, les limites extrêmes de cette langue non plus surveillée, mais sous haute surveillance).

Le texte de Jean ne me semble pas plus difficile que celui des trois autres évangélistes. Peut-on dire que, moins anecdotique – ou mettant à distance l'anecdote au profit de dialogues auxquels il fut mêlé –, Jean accorde une plus vive participation à son lecteur ? Il faut, provisoirement au moins, oublier qu'il est aussi l'auteur de l'Apocalypse. Quel Occidental, aujourd'hui, à moins de se vautrer dans un ésotérisme de Tout à deux euros, peut s'avancer de plain-pied dans La Divine Comédie, le Bardo Thödol (le Livre des morts tibétain) ou la Bhagavad-Gîtâ ? De tels textes réduisent au silence d'une initiation passive. Les gourous imposent un tel silence à l'initié. L'Évangile est parole – la Parole, pour qui fait acte de foi. Comme les autres livres de la Bible, l'évangile de Jean ne fait pleinement sens qu'au moment (nunc) et à dans le lieu (hic) de son énonciation partagée. Voilà ce que rend d'emblée sensible le groupe biblique.

Non qu'il soit vain de procéder à la lecture solitaire a bocca chiusa. Celle-ci, cependant, n'abdique pas aisément son caractère profane. Je ne suis pas assuré que, dans les meilleures dispositions, quiconque aborderait l'Évangile pour la toute première fois s'ouvrirait aux dimensions dans lesquelles opère la Parole. Je ne parle pas de résistance intellectuelle, rationaliste, humaniste au personnage du Christ, à ses propos, aux actes d'exception que lui prêtent les auteurs du Nouveau Testament. Je songe très précisément à l'état de la langue que toute lecture courante active : c'est la langue endolorie, langue anémiée, asthénique qui, le plus souvent, fait mine de nous assister quand nous trouvons enfin le temps de nous mettre à l'écart, un livre ouvert devant nous. Et cette lecture somnolente, dans la plupart des cas, suffit ; elle a ses vertus sédatives, un juste plaisir ne lui est pas interdit. Lu ainsi, toutefois, je crois que Jean peut paraître allusif, sans consistance : le texte siffle comme la lame du sabre avec lequel on fait des moulinets. Je crois comprendre comment, dans ces conditions, on peut n'éprouver aucun intérêt pour un texte dont on connaît assez vaguement le contenu (les évangiles : quatre versions à peine démarquées de la vie de Jésus, face à quoi nous avons en tête le modèle littéraire du roman historique) ; dont la découverte, dès lors, est décevante : tant de passages sembleront plomber la chronique, tant de dialogues, notamment chez Jean, passeront pour des longueurs pour le simple amateur de biographies romancées.

En revanche, j'en pose ici l'hypothèse – que je vérifierai en préparant la soirée d'octobre –, la lecture marmottante, qui prévalut en Occident jusqu'à la fin du onzième siècle [4], est peut-être à même de stimuler la langue en ses registres de vibration les plus profonds, d'en étendre considérablement la tessiture, presque dans l'instant. Celle-ci offrirait une sorte de pratique de passage entre la surdité (ou l'assourdissement) de notre temps et le sobre et fécond exercice que propose le groupe biblique. Je n'oublie pas que, dans ce bien-lire, ce bien-être du texte, se profile pour certains d'entre nous, qu'il m'arrive d'envier souvent, la liturgie de Parole – qui se situe encore au-delà : dans la célébration.

 

 

[1] Très différent de celui auquel procéderait un commentaire universitaire.
[2] Trois couples – dont Nadine et Daniel, à qui je dois de me trouver là –, des personnes venues seules, parmi elles deux religieuses.
[3] Traduction de Lemaître de Sacy.
[4] Entre autres références possibles, le magnifique essai d'Ivan Illich, indiqué plusieurs fois déjà dans ces pages, Du lisible au visible – sur L’Art de lire de Hugues de Saint-Victor, traduit de l’anglais par Jacques Mignon, Éditions du Cerf, 1991. Repris dans le cadre des Œuvres complètes d'Ivan Illich en cours de publication aux éditions Fayard.

 

En ouverture :
intertresetroit
Saint Jean l'évangéliste, détail du tympan du portail de l'abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), XIe-XIIIe siècle.
intertresetroit
[Ouverture et zoom – Source : Wikipedia Commons]

 

index_lkl
sur l'alexithymie
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
Cliquez ici


sur l'alexithymie
Lignes d'erres… (fragment) par Karim Louis Lambatten.


PageRank Actuel

Commentaires:

Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Je ne peux que souscrire aux réflexions que vous nous proposez aujourd'hui.
Voulant apprendre l'hébreu, il y a une trentaine d'années, je me suis retrouvé, pour des questions d'horaires, dans un oulpan(cours à l'usage des candidats juifs à l'émigration vers Israël) et, finalement dans une Yeshiva. La lecture de la Bible y était telle que vous la décrivez. Je crois que l'Eglise catholique s'est ouverte, ces dernières années, au Judaïsme et s'en porte très bien. Le livre de Benoît XVI, "Jésus de Nazareth" en est une preuve formidable.
J'ajoute, à propos de votre dernière remarque, que la référence à l'oral est fondamentale. La nécessité de s'incorporer le Livre donne à l'esprit la vision immédiate des sources et des propositions nouvelles. Aimer son prochain comme soi-même, c'est le Lévitique; tendre l'autre joue, c'est ne pas se venger, c'est casser le cycle de la violence. C'est nouveau.
Permalien Mardi 18 septembre 2007 @ 13:50
"(Apocalypse 10.9) Et j'allai vers l'ange, en lui disant de me donner le petit livre. Et il me dit: Prends-le, et avale-le; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel.
(Apocalypse 10.10) Je pris le petit livre de la main de l'ange, et je l'avalai; il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mes entrailles furent remplies d'amertume."

"Apocalypse 21.15 Celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d'or, afin de mesurer la ville, ses portes et sa muraille.
Apocalypse 21.17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l'ange."
Permalien Jeudi 20 septembre 2007 @ 08:25
Commentaire de: Feuilly [Visiteur] · http://feuilly.hautetfort.com/
Une autre approche des textes bibliques, moins introspective et moins poétique, certes:

http://feuilly.hautetfort.com/archive/2007/09/19/des-contestataires-au-sein-de-l-eglise.

Permalien Jeudi 20 septembre 2007 @ 12:23
Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Feuilly, votre réplique est pertinente. Si les clercs sont à côté de leurs pompes, c'est leur problème. Pour ma part je trouve qu'il y a tout dans les Evangiles, y compris l'enseignement du partage qui répond par avance à l'assistanat et donc au mépris. Ce qui nous ramène au texte de Dominique et à la pratique d'un commentaire en propositions/confrontations: ce que nous ébauchons sur ce forum quand nous évitons les anathèmes.
Permalien Jeudi 20 septembre 2007 @ 17:21

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML