blog dominique autie

 

Lundi 24 décembre 2007

18: 24

Pierre Emmanuel
4 – Évangéliaire

 

Les Jours de la Nativité

 

ange_mirouer_blog

 

 

Pour KarimLouis,
à joindre à ce que je tiens pour notre commune prière,
et pour Éric B.,
à cause de Pierre Emmanuel et de l'héliogravure.

 

 

Quand je dis qu'une bibliothèque privée est une personne, dans le sens où l'entendent les naturalistes ! Encore mal remis du double attentat bactérien dont je reste l'innocente victime, je cherche comment honorer la Nativité dans le peu de temps que me laisse l'adversité. Comme aimanté, je tire de son rayon Les Jours de la Nativité, paru en 1960 dans la collection  Les Points cardinaux  de Zodiaque. Sans me souvenir que, l'an passé, pratiquement à la même date et pour la même circonstance, j'avais évoqué cet ouvrage – acquis mais non encore reçu. Relisant cette page, j'y trouve mon intention, en forme de promesse, d'évoquer Pierre Emmanuel, ce que j'ai fait par trois fois, seul un florilège de sa poésie manquant à ce jour pour que sa présence ici ne soit pas trop gravement lacunaire.

En quoi la bibliothèque a-t-elle, cette fois, démontré sa nature d'organisme vivant ? Cette façon d'accomplir ce qu'on a soi-même prévu, sans recours à quelque pense-bête et sans même avoir conscience de se conformer à cette nécessité, n'est-ce pas la moindre suite dans les idées dont doit faire preuve celle ou celui qui tente de n'être pas le jouet des circonstances, de l'air du temps ni de ses caprices ? Assurément, et l'analyse vaudrait s'il n'y avait ici ce dispositif souverain des livres mystérieusement acquis selon la double injonction d'un faux hasard qui les place sur votre route et du manque jusqu'alors insoupçonné qu'enfin ils étanchent. La dizaine de recueils poétiques de Pierre Emmanuel acquis cette année n'est pas sans lien vital, stricto sensu organique avec l'acquisition décidée le 23 décembre de l'an dernier d'un volume que j'offre aujourd'hui de feuilleter aux familiers et aux hôtes impromptus de ce blog. J'en veux pour preuve une simple remarque, qui ne manque pas de me frapper à l'instant : c'est son Évangéliaire que, spontanément (croyais-je) j'évoque dans mon billet de 2006 quand je constate que Pierre Emmanuel a contribué aux Jours de la Nativité. Or, c'est bien à Évangéliaire, paru à l'automne de 1961, qu'appartiennent les poèmes qui scandent la superbe méditation proposée par Zodiaque un an plus tôt. Dans notre métier, cela s'appelle une prépublication.

Il y a plus. Un dimanche matin de l'automne, j'ai sauvé d'un monceau de vieux livres dont on demandait deux euros l'exemplaire La Grande et Belle Bible des noëls anciens, du douzième au seizième siècle, un volume publié en 1942 par Albin Michel. Six cent vingt pages en in-quarto – l'absence de tout luxe, on le suppose, mais un art du livre inentamé par l'hostilité ambiante : grandes marges, typographie d'une lisibilité superbe, humble papier de fière tenue – que ce cher André, qui reçut l'ouvrage d'Yvette le 4 novembre 1945 en souvenir de quelques heures trop courtes (ainsi que l'indique, en page de garde, l'ex-dono que celle-ci calligraphia à l'encre bleue d'une écriture d'institutrice), prit soin de découper sans provoquer la moindre barbe.

Je me souviens être rentré ravi de tenir mon billet de Noël. J'étais en train de photographier quelques pages ouvertes de Zodiaque, samedi dernier, quand m'est revenu en mémoire le gros bon livre restauré sans peine, qui venait de passer tout l'Avent sur ma table de travail. Je m'y suis plongé, assez de temps pour comprendre, deux mois plus tard, l'intérêt de ma trouvaille : l'auteur, dès les premières pages de son introduction, s'appuie sur les travaux du folkloriste Pierre Saintyves et sur Le Latin mystique de Rémy de Gourmont ; je me précipite pour retrouver le cadre d'une référence chez l'un et l'autre : je bénis l'ami qui, il y a quinze ans, m'a fait acquérir toutes affaires cessantes la nouvelle édition que Charles Dantzig a donnée aux éditions du Rocher du Latin mystique, dont l'extravagante richesse saute aux yeux dès qu'un tel recours s'impose ; et, dans le gros florilège que « Bouquins » propose de l'œuvre immense de Saintyves, je constate que je dispose là d'une vingtaine de pages sur les sanctuaires à répit – un thème parmi d'autres sur lesquels j'engrange, dans la perspective de nourrir enfin mes Mirabilia imprudemment inaugurés le premier jour de l'année (dont j'ai vite constaté l'autodévoration de la curiosité à laquelle qu'un tel projet accule celui qui s'y consacre).

Et, surtout, je découvre tardivement que La Grande et Belle Bible des noëls anciens est certainement l'œuvre la plus insolite d'un auteur dont le nom m'était assez peu inconnu pour que j'aie la négligence de ne pas chercher, sur le moment, à en savoir plus son compte : Henry Poulaille. Lisez ce qu'il est dit de cet homme sur la Toile, vous n'y trouverez pas mention de son travail sur ces noëls médiévaux, que lui-même tenait pour des joyaux de littérature populaire ! Étrange, non ? cette incapacité de notre époque à concevoir qu'un pionnier de la littérature prolétarienne, éditeur de profession, pût apporter une contribution – que je pressens majeure, aux pages que j'ai lues ces jours-ci – à la compréhension de l'imaginaire religieux de son prochain…

Vous savez désormais quelle chronique vous lirez le 24 décembre 2008, ici même.

À celles et ceux qui m'accordent le bénéfice enviable de leur présence aux abords de ces pages je souhaite que ces livres – entrouverts pour eux – apportent un supplément de sérénité en cette nuit sainte et douce.

 

 

Les Jours de la Nativité (Galerie)
cadratin_blog
Cliquez ici.

 

 

En ouverture : Gravure (détail) extraite du Mirouër de la Rédemption de l'humain lignage, Lyon, 1478. Ce volume est tenu pour le premier livre illustré imprimé en France.
Exemplaire conservé à la bibliothèque de Troyes. Cliché depuis Les Jours de la Nativité,
collection « Les Points cardinaux » (volume 2), éditions Zodiaque, 1960.

 

…………ichtus_indexxxx
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…


Cliquez ici

 

Commentaires:

Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Joyeux Noël à vous Dominique.
Permalien Mardi 25 décembre 2007 @ 11:59
Commentaire de: iPidiblue couché sur beau blog [Visiteur]
Vous pourriez nous parler du poète Patrice de La Tour du Pin, catholique lui aussi, et qui vaut bien des académiciens consacrés !
Permalien Mardi 25 décembre 2007 @ 16:47
Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Oui, c'est vrai, on en parle trop peu. Surtout, prendre en compte les trente années de travail que représente l' édition définitive en trois volumes(Gallimard).
Permalien Mardi 25 décembre 2007 @ 23:41

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML