blog dominique autie

 

Dimanche 17 février 2008

14: 12

Lire la Bible – 4

cadratin_blog
D'un déhanchement
intertresetroit
dans la langue

 

weisbuch

 

 

cadratin_blogcadratin_blog

Il s’est levé en pleine nuit, il a pris ses deux femmes, ses deux servantes, ses onze enfants et il a passé le gué du Jaboc. Il leur a fait passer le torrent et il a fait passer tout ce qu’il avait. Jacob restait seul. Alors quelqu’un a lutté contre lui jusqu’au point du jour. Et quand il a vu qu’il n’aurait pas le dessus il a frappé Jacob au joint de la hanche. Il lui a démis la hanche pendant la lutte et il a dit : Lâche-moi maintenant que le jour vient. Mais Jacob lui a dit : Je ne vais pas te lâcher sans que tu m’aies béni. L’autre a dit : Comment t’appelles-tu ? Il lui a dit : Jacob. L’autre a dit : Tu ne t’appelleras plus Jacob mais Israël, car tu as lutté contre Dieu comme contre des hommes et tu as eu le dessus. Jacob lui a demandé : Oh, dis-moi ton nom. L’autre a dit. Pourquoi me demander mon nom ? Et là, il l’a béni. Jacob a appelé cet endroit Pénuël, car il disait : J’ai vu Dieu face à face et j’ai eu la vie sauve. Au lever du soleil Jacob dépassait Pénuël mais il boitait de la hanche [1].

 

Il est insolite, parfois, de parvenir à reconstituer le phylum d'une image à laquelle on a eu recours en se contentant, dans l'instant où elle s'est présentée à l'esprit, d'acquiescer à ce qu'elle semblait offrir de rigoureux au propos qu'on entendait tenir. Car les coupes transversales auxquelles procède la langue à l'intérieur de séries apparemment disjointes présentent alors un caractère d'évidence qui force l'admiration : non seulement l'image est légitime, son patrimoine génétique dit d'elle tout ce que nous voulions savoir, mais encore a-t-elle emprunté le plus court trajet, le plus économe, pour venir se mettre à notre service.

Pour une raison très technique, étrangère à tout exercice résolu de lecture de la Bible, j'ai dû me reporter à l'épisode de la Genèse le plus souvent désigné comme « La lutte avec l'ange » – alors que d'ange il n'est nullement question dans les trois ou quatre traductions contemporaines de référence auxquelles je me suis reporté (c'est bel et bien avec Dieu que Jacob se mesure, dans la nuit). Quelques jours plus tôt, j'avais acquis L'Ironie christique – Commentaire de l'Évangile selon Jean de Jean Grosjean, afin de prolonger le travail réalisé dans le cadre du cercle de lecture biblique. J'y trouve ces quelques lignes. Elles concernent le récit que l'évangéliste donne de la présence de Jean le Baptiste sur la rive du Jourdain, occupé à annoncer la venue du Messie. Jean Grosjean envisage le texte – la langue – de saint Jean :
cadratin_blog
cadratin_blogLe style de Jean n'est ni discursif ni pittoresque. Il a le naturel discret des mouvements vitaux, leur imbrication, leur ordre profond qui est une démarche de symbiose. C'est une de ces écritures apparemment simples et, par endroits, légèrement gauches qui doivent leur déhanchement au fait qu'elles portent la vie, et leur effacement au fait qu'elles servent la lumière. Aussi Jean, après avoir situé la naissance divine des humains, se met à nous dire la naissance humaine du langage. Car, oui, justement, le langage de Dieu s'est fait homme. Le langage a dressé sa tente de nomade parmi nous, dans notre campement de nomades [2].

Dernier chaînon, l'image jusqu'alors innocente : je reproduis ici un passage d'une chronique ancienne consacrée, non directement à la langue, mais à la mise en page des livres :
cadratin_blog
cadratin_blogJ'aime nommer déhanchement cette rupture féconde d'un rythme qui, sinon, se perdrait dans une coda soporifique, d'une phrase qui, sans un tel accroc, aurait l'insipidité d'un lieu commun. Caillois suggère que cette entropie inverse – que la dissymétrie oppose au deuxième principe de la thermodynamique – agit aussi dans les sociétés humaines : Comme toute symétrie, la stabilité triomphante se révèle à la longue paralysie et verrou. Le respect, la règle se dégradent. Le vertige les remplace. La sollicitation du paroxysme, de la frénésie, le goût du gaspillage ostentatoire, de la destruction en pure perte, l'ivresse de la puissance, les investitures chèrement acquises, les exploits et les défis appellent un autre ordre, fondé sur le blasphème et sur la démesure, c'est-à-dire sur la rupture délibérée, provocante, de la symétrie [3].

Jusqu'alors, il m'avait semblé que mon recours à ce discret déportement du corps dans la marche avait pour seul propos d'ajouter l'évocation du rythme singulier que présentent, pour l'oreille et la pensée, une séquence de langue – ou, pour l'œil et l'esprit, des masses dans une page – libérées d'équilibres reçus (ainsi qu'on le dit des idées). Alors que l'insensible claudication authentifie le Verbe à l'œuvre dans la langue, témoigne qu'il a fallu en payer le prix – que cette présence syntaxique de Dieu n'est pas de tout repos.

 

 

Lire la Bible 1 – Le cercle de lecture biblique
[Cliquez ici]


Lire la Bible 2 – Une leçon de poétique de saint Jean
[Cliquez ici]


Lire la Bible 3 – La réanimation de Lazare – Un signe
[Cliquez ici]

 

 

[1] La Genèse, version de Jean Grosjean, Gallimard, 1987, pp. 103-104 (chapitre XXXII, versets 23 à 32, passage connu comme “La lutte avec l’ange”).
[2] Jean Grosjean, L'Ironie christique – Commentaire de l'Évangile selon Jean, Gallimard, 1991, p. 19.
[3] Roger Caillois, La Dissymétrie, Gallimard, 1973, p. 86.
cadratin_blog
Claude Weisbuch, Lutte avec l'ange, huile sur toile. D.R.

 

 

…………ichtus_indexxxx
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…


Cliquez ici

 

Commentaires:

Commentaire de: Victor Cova [Visiteur]
Contre qui lutte Jacob? "Un homme", d'après Rachi un esprit fait de cendres envoyé par le père de la femme avec laquelle il fuit pour le poursuivre. Mais quelque soit "l'homme" avec lequel il lutte, cette lutte le transforme, en une nuit, de Jacob ("le puîné") à Israel, "parce qu'il a lutté avec/contre Dieu et avec/contre les hommes et qu'il a vaincu". Il n'est plus le fils et le frère, il est l'adversaire et l'allié de Dieu et des hommes, de l'un contre les autre, des autres contre l'un: Il est devenu prophète.
Permalien Dimanche 17 février 2008 @ 22:52
Commentaire de: Victor Cova [Visiteur]
Le double sens de l'"avec" est aussi repris dans le double sens de "lutter", qui en hébreu est très proche d'"embrasser": Rembrandt, dans son "Jakobs Kampf mit dem Engel", fait de l'ange une figure féminine, et de la lutte une embrassade (http://en.wikipedia.org/wiki/Image:Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_063.jpg)
Il y aurait aussi beaucoup à dire, pour revenir à la question du langage, sur cet être qui nomme et échappe au nom, que l'on reconnait indirectement comme étant Dieu, ou plutôt que l'on nomme Dieu faute de mieux; et peut-être faire un lien entre l'infirmité du prophète qui vient de contempler la face de Dieu et celle du philosophe de Platon qui retourne dans la caverne pour lutter avec et, encore une fois, aussi contre les hommes, jusqu'à la mise à mort.

Salutations, Monsieur Autié!
Permalien Dimanche 17 février 2008 @ 23:03
Commentaire de: iPidiblue attaché de communication du divin [Visiteur]
Nous luttons tous avec notre Dieu et nous appelons cela nos passions et cela fait nous fait boiter dans la vie ce qui nous rend intéressant ... on ne le couche pas toujours sur le papier simplement !
Permalien Lundi 18 février 2008 @ 12:55
Commentaire de: marinachili [Visiteur] · http://ecrimaniaetpeinture.over-blog.com/
Juste un petit passage rapide, je reviendrai demain matin car je n'ai fait que survoler votre blog et il mérite davantage d'attention. Cordialement, Violette.
Permalien Mercredi 20 février 2008 @ 02:04

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML