blog dominique autie

 

Jeudi 28 octobre 2004

07: 57

Minuscule caillou votif pour les alexithymiques

 

 

Souffrance de notre temps

 

string

 

Il n'y a pas plus étrange que ce corps jeune qui vous croise. Le temps ne l’a pas encore insulté. Son visage – et jusqu’à une certaine raideur dans la démarche – semblent pourtant un cinglant reproche à toute une société. Dans la grisaille même de cette journée d’automne, les lunettes noires indiquent un refus. Retournez-vous : le string est fraise écrasée, l’élastique mentionne dans une typographie bâtons la marque du sous-vêtement.

L’alexithymie se signale par quatre familles de symptômes : l’incapacité du sujet à exprimer ses sentiments et ses émotions par les mots (un défaut de langue, non une insensibilité au monde, a priori) ; une vie imaginaire indigente ; une tendance à se projeter dans la première activité fébrile venue dès qu’une échéance conflictuelle appellerait la négociation ; la propension à s’en tenir, à la façon des auteurs du Nouveau roman, à la description aride d’objets ou de brèves séquences, en réponse à des questions ouvrant sur le champ affectif (ou encore à déplacer ce champ sur une symptomatologie strictement somatique : Vous paraissez bien triste ? – J’ai terriblement mal aux dents).

L’auteur de l’unique petit livre accessible au non-spécialiste [1] qui, à ma connaissance, traite de l’alexithymie utilise, dès les premières pages de son exposé, deux images saisissantes. Évoquant les liens qui retenaient les premiers observateurs entre « malades psychosomatiques » et les traits constitutifs de ce qui sera isolé plus tard comme syndrome de l’alexithymie, il est fait allusion à ces patients « généralement décrits comme présentant une limitation de l’activité imaginaire induisant une relation qui semble ignorer l’interlocuteur ». Et de mentionner, entre parenthèse, la notion de relation blanche. Avant que Peter E. Sifneos ne forge en 1972 le terme d’alexithymie après en avoir formulé le concept au cours des huit années précédentes, deux cliniciens américains avaient décrit « des patients psychosomatiques incapables de verbaliser leurs affects », qu’ils avaient, faute de mieux, qualifiés d’illettrés émotionnels.

Le Pr Sifneos lui-même a qualifié le profil alexithymique de « personnalité de notre temps ». Une épidémiologie encore rudimentaire situe le taux d’alexithymie dans la population générale des sociétés occidentales aux environs de 8 %. Il se peut que l’impossibilité de procéder à une nosographie de cette pathologie sans venir buter frontalement sur les zones aveugles de notre civilisation mondialisante rebute ou effarouche une majorité d’experts des sciences humaines, qui rechigne devant l’alexithymie. Pourtant, quel réalisme cruel dans cet illettrisme émotionnel à qui nous devons tant de relations blanches chaque jour que Big Brother fait ! (Mais l’Amérique a bon dos, nous avons été bons élèves, susceptibles de dépasser le maître dans le non-dit et l’abjection.)

« […] l'alexithymie, conclut mon petit traité, est une forme particulière de fermeture au sens [je souligne] des événements internes (émotionnels) comme externes, fermeture dont le mécanisme et les effets sont totalement différents de ceux de la névrose et de la psychose. Cette privation de sens liée au style particulier de communication fait de l'alexithymie l'un des paradigmes de l'analyse de l'élaboration psychique du somatique, aux côtés de l'hystérie, de l'hypocondrie et du langage d'organe. »

Il n’existerait pas de corrélation significative entre compétences intellectuelles, la culture, les acquis sociaux et l’alexithymie.

« L’homme parfait est celui chez qui la lumière de la connaissance n'éteint pas la lumière de la piété scrupuleuse [2]. » (Pourquoi ce rapprochement, à l'instant ? Je ne songe pas, soudain, à plus belle connivence de la langue et de la vie réelle que cette sensation du linge à peine sec que je dépend, ce soir, de l’étendoir et de la voix de ma grand-mère maternelle murmurant pour elle-même qu’il est encore frais.)

 

[1] Jean-Louis Pedinelli, Psychosomatique et alexithymie, collection « Nodules », Presses Universitaires de France, 1992.
[2] Ghazâlî, Le Tabernacle des Lumières (Michkat Al-Anwar), traduction de l'arabe et introduction par Roger Deladrière, Le Seuil, 1981.

 

 

index_lkl
sur l'alexithymie
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
Cliquez ici


sur l'alexithymie
Lignes d'erres… (fragment) par Karim Louis Lambatten.

Commentaires:

Commentaire de: mélusine [Visiteur] · http://leblogd-unenevrosee.hautetfort.com/
Est-ce que l'alexithymie ne serait pas plutôt le mal des "trop" émotifs? Incapables de donner des mots a des ressentis foudroyants, ils les ignorent. Les voies de communication linguistique ne seraient être suffisantes pour exprimer de telles sensations. Pour rester en contrôle dans un monde de communications froides, quelle place reste-t-il à la corporéité qui consiste avant tout en une expérience vécue et non pensée? L'hypercontrôle?
Est-ce que les artistes par leur moyen d'expression variés sont alexithymiques?
Permalien Lundi 30 mai 2005 @ 23:41
Commentaire de: renaud [Visiteur]
merci pourle texte, trouvé au hasard d'une recherche coogle dans le cadre d'une recherche plus étendue en vue de la "fabrication" d'un memoire pour l'obtention de la capacité médicale de gériatrie.
L'alexithymie de la personne agée ( hors terrain démentiel ou état prédementiel), pour l'instant je suis en quète d'un sujet qui tienne debout et ait un rapport avec l'alexithymie, si vous aviez quelques idées....
merci.
Permalien Mercredi 14 décembre 2005 @ 11:57
Commentaire de: Stéphanie [Visiteur]
Je suis aussi dans le cas de la redaction d'un memoire de maitrise de psychologie sur l'alexithymie du sujet agé et hors mis psychopathologie de l'alexithymie j'ai du mal a trouver des ouvrages sur ce sujet (et encore il n'y est pas fait reference à la personne agée).Il faut éplucher les revues de psycho et de geriatrie pour avoir qq chose à se mettre sous la dent.
Permalien Mardi 10 janvier 2006 @ 17:21
Commentaire de: gitenet irène [Visiteur]
jeudi 28 septembre 2006
je suis sophro relaxologue et je reçois une femme qui présente les caractériqtiques d'alexithymie. Je travaille avec elle avec la méthode VITTOZ en relaxation qui ramène aux 5 sens, à la visualisation et aussi à la mise en mot des émotions, des sensations ressenties... je trouve quelle s'exprime davantage...
je pense que ce style de technique psychocorporelle aide bien les personnes à se reconnecter à leur corps, à leur ressenti, à à la vie, au présent et donc à la réalité.
je serai contente d'échanger avec des spécialistes sur ce sujet
merci
Permalien Jeudi 28 septembre 2006 @ 09:18
Commentaire de: karine [Visiteur]
alexithymie et sida:
site intéressant et j'aimerai savoir s'il vous serez possible de me donner quelques pistes complémentaires de recherches pour mon mémoire.
Merci
Permalien Jeudi 9 novembre 2006 @ 13:25

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML