blog dominique autie

 

Mercredi 3 novembre 2004

05: 31

Minuscule caillou votif pour les alexithymiques

 

 

Des blancs

 

 

calligraphie miroir

S'il n'est pas douteux que le lecteur assidu, le lecteur linéaire, le lecteur curieux se font rares, dans nos sociétés – au point, parfois, de faire faux bond –, je veux croire qu'il n'est pas en revanche de cause univoque à cette désaffection pour l'écrit.

Je pose ici une simple hypothèse.

Devant nombre de documents imprimés émis par les outils de bureautique (administrative ou privée, voire domestique) comme devant tant de pages qui se succèdent sur mon écran d'ordinateur quand je pratique le nomadisme sur Internet, j'éprouve – j'entends : mes nerfs optiques mesurent douloureusement – quelle abnégation, quelle ascèse, exige l'acte de lire en bien des circonstances de la vie courante.

La lisibilité stricto sensu n'est pas en cause : devoir déchiffrer un billet manuscrit compte désormais parmi les expériences d'exception ; la moindre note est composée en caractères à empattements, justifiée en fin de ligne, imprimée selon des procédés qui garantissent au tirage une stabilité des encres à l'épreuve de l'éternité (de dessiccation, le papier tombera en poussière avant que ne pâlisse le toner de nos imprimantes laser).

Ce par quoi la page peut se rendre d'emblée détestable, c'est l'absence de gestion raisonnée, non du texte lui-même, mais des blancs : ce qu'on nomme les blancs circulaires (les marges sur les quatre côtés des blocs de texte), les blancs entre les lignes (l'interlignage), les blancs entre les lettres (l'interlettrage, réputé réglé par nos logiciels de traitement de texte, mais exige en permanence qu'on le corrige, qu'on le force), les blancs entre le texte et les illustrations… Les blancs !

C'est une affaire de proxémie. Je propose de redécouvrir, dans cette perspective précise, le merveilleux petit livre de Edward T. Hall, La Dimension cachée [1]. Ce qui revient à suggérer que je disposerais les blancs dans une page que je prépare (pour être lue par l'autre à qui je la destine) selon les mêmes critères que ceux qu'inconsciemment j'applique pour gérer la distance que je maintiens, physiquement, entre cet autre et moi quand nous nous trouvons face à face. Intéressant, non ?

Autrement dit, il manquerait à notre environnement visuel ce qui fait si cruellement défaut dans la plupart de nos vies : la solitude, le silence, la paix interstitiels.

 

[1] Le Seuil, 1971. Disponible en collection de poche, « Points ».

Calligraphie arabe : « Lui » reflète « Lui », exprimant l'unité soufie avec Dieu (calligraphie miroir). Emprunté à Jean-Christophe Loubet del Bayle sur le site Typographie & Civilisation : Un désir d’éternité – De la calligraphie à la typographie : étude de l’écriture arabe).

 

 

 

index_lkl
sur l'alexithymie
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
Cliquez ici


sur l'alexithymie
Lignes d'erres… (fragment) par Karim Louis Lambatten.

Permalien

Commentaires:

Cet article n'a pas de Commentaires pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML