blog dominique autie

 

Mercredi 10 novembre 2004

04: 49

 

Longtemps, Omar m'a assassinée de bonne heure

 

Carre magique Pompei

L’affaire Omar Raddad a été relancée par une expertise [1] qui tendrait à confirmer la thèse de Jacques Vergès, avocat de la défense, à savoir que Ghislaine Marchal, la victime, n’est pas l’auteur du tristement célèbre graffiti, lu en lettre de sang sur les lieux du crime : Omar m’a tuer. L’écriture ne correspondrait pas à celle des dernières grilles de mots croisés auxquelles la blonde Mme Marchal consacrait, la veille encore, son désœuvrement (je la suppose blonde et sans œuvre, n’ayant pas suivi la chronique en son temps et ne prenant qu’un risque mesuré sur le premier point, négligeable sur le second).

Il suffisait de poser la question à un écrivain, avant d’engager des équipes puis des sous-équipes de graphologues pour expertiser et contre-expertiser cet aspect du dossier. Tout navigateur solitaire de la langue et de l’écrit aurait pu témoigner de son intime conviction sur les points suivants :

– Même un professionnel de l’écriture n’est pas assuré d’avoir, blessé à mort, le réflexe d’écrire ; pourquoi l’attendre d’une cruciverbiste ?

– Même peu cultivée par ailleurs, une cruciverbiste présente cette singularité par rapport à la plupart de ses contemporains : elle a affaire, volontairement, à sa langue ; dès lors, il devient encore plus surprenant (car cela le serait déjà d’un illettré dyslexique) qu’une écriture panique produise une telle impropriété au regard des règles de la conjugaison – impropriété qui, telle qu’elle figure ici, escamote de surcroît l’identité sexuelle de la victime, c’est-à-dire la marque du féminin. Je pourrais épiloguer longuement sur cette faute de syntaxe, qui me semble la preuve la plus absolue, en deçà comme au-delà de toute démonstration, que ce n’est pas un être à l'agonie, stressé par l’agression et le sentiment de la fin inéluctable, qui a graffité ainsi les portes de la villa.

– Insolite enfin le caractère romanesque (éminemment littéraire) de la formule : quelqu’un, que je désigne par son nom, a commis un crime, dont il découle que je suis morte. Je suis déjà morte en traçant ces mots, je suis déjà la narratrice, quasi proustienne, de ma propre fin. Longtemps, Omar m’a assassinée de bonne heure.

Il convient donc de déduire logiquement de ce qui précède que, dans le cas où Mme Marchal aurait outrepassé tous les obstacles – j'écris bien obstacles, car la langue peut poser des verrous plus difficiles à crocheter que la serrure d'un coffre – qui s’opposent à un geste susceptible, il y a encore à peine plus de vingt ans, d'envoyer Omar Raddad à l’échafaud, elle ne l’aurait fait justement qu'avec une sorte de préméditation, pour se venger d’un homme en l’accusant d’un crime qu’il n’a pas commis. Elle aurait alors mentalement opéré de façon très précise comme l’a fait celui qui a pris le temps de tracer ces lettres, qui a même laissé inachevée l’une des deux inscriptions, sans doute pour plus de réalisme. Tant de cynisme quand on en est à son avant-dernier souffle nous ramène, de nouveau, dans les nébuleuses de l’improbable.

Ce qui reviendrait également à presque supposer, en pareil cas, que c’est Ghislaine, la blonde Ghislaine, qui a commis le crime.

Il se peut que Jacques Vergès, qui n’a besoin d’aucun plumitif pour lui souffler de telles évidences, ait déroulé cette même démonstration dans sa plaidoirie. En condamnant Omar Raddad à dix-huit ans de réclusion criminelle, le jury populaire a en tout cas fait la preuve que la dimension exclusivement littéraire de ce chapitre-là du dossier d’accusation lui a totalement échappé. Or, pour ce que j’en sais, ce graffiti revêt quelque chose de crucial dans l’affaire – pour ne pas dire que l’affaire repose entièrement sur lui.

 

[1] 20 novembre 1997 : une nouvelle expertise graphologique demandée par Maître Jacques Vergès infirme la première en estimant que Ghislaine Marchal n'est pas l'auteur du message Omar m'a tuer. J'extrais la présente note de mes carnets de l'époque.

 

[Palindrome . Le « carré magique », SATOR AREPO TENET OPERA ROTAS, dans l'une des ses très nombreuses graphies (ici à Pompéi) : message d'autres mondes ou ancêtre des mots croisés ? Le nombre de sites Internet qui propose des interprétations de cette inscription se compte par milliers dans toutes les langues de la planète.]

 

Commentaires:

Commentaire de: luis [Visiteur] · http://savoirgagner.com
merci de ces moments d'évasion quand la lassitude du labeur apparaît.
Permalien Mercredi 10 novembre 2004 @ 15:47
Commentaire de: eric [Visiteur]

pas mal assez marrant

beau style à la desprosges en plus

respectueux,ravi d'avoir fais ta

connaissance
Permalien Jeudi 14 juillet 2005 @ 21:54
Commentaire de: esko [Visiteur] · http://www.fotolog.net/esko1978
pas mal le texte.
Permalien Mardi 3 janvier 2006 @ 08:15
Commentaire de: chopette [Visiteur]
trop naze le texte .
aucun style .
omar forever
Permalien Mercredi 29 mars 2006 @ 11:58
Commentaire de: moi et rien ke moa [Visiteur]
c clair ke c pas la patronne de Omar ki a ecrit ; car moi et je pense n importe ki aurait juste ecris OMAR surtout kan on est entrain de mourrir ; ce sont ces heritiers tous simplement
Permalien Mercredi 27 septembre 2006 @ 05:38
Commentaire de: Colère [Visiteur]
racisme et bêtise. il faut juste reconnaitre aujourd'hui, c'est tout ce qu'il vous reste bande de sales ...! condamner un homme sans examiner les preuves qui l'accablent, c'est juste une attitude déloyale. Au pays des droits de l'homme, je dis BRAVO. Omar lui aussi est un Homme.
Permalien Mercredi 1 novembre 2006 @ 14:26
Commentaire de: De lili [Visiteur]
Cela est évident que ce n'est pas omar qui la tué! il fallait bien trouvé la cible parfaite tel qu'un arabe ne possédant rien pour se défendre.
Permalien Mardi 19 décembre 2006 @ 19:25

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML