blog dominique autie

 

Lundi 6 décembre 2004

05: 22

 

 

De la signature des choses

 

Petit Bateau
Zoom

 

Je date cette publicité, réalisée par l'agence Publicis, de la seconde moitié des années 1980. J'ai toujours affirmé à qui voulait bien l'entendre avoir, dès l'instant où il a été inséré dans les sucettes et les abribus, rêvé de tenir un séminaire de deux heures sur ce visuel. Tant il m'apparut évident que ce message représentait l'aboutissement d'un genre et préfigurait la fin d'un monde.

Par quelque entrée qu'on l'aborde, la synthèse est à ce point parfaite qu'il n'est pas possible de gloser sur l'image puis sur l'accroche. Il y a là un tout, clos sur lui-même, tautologique – un kérygme. Nul doute que le rédacteur-concepteur qui a élaboré ce message disposait dans son bagage personnel des fragments d'Héraclite l'Obscur, des traités de Jacob Boehme et de tout l'œuvre poétique de Francis Ponge. Le point, qui ferme cette phrase sans sujet autre qu'universel, a lui-même une histoire qu'un second séminaire dans le séminaire aurait mérite à conter : à la même époque, la même agence (de mémoire, tout cela imposera des recherches rigoureuses) avait publié une campagne pour le Club Méditerranée, déclinant une accroche constituée d'un seul verbe à l'infinitif, flanqué d'un point qui dotait le message de toute sa force kérygmatique – Respirer. – Nager. – Dormir.

Plus intuitive, mais non moins ferme, était ma conviction que plus jamais on ne communiquerait sur un tel registre. Je ne me suis pas trompé de beaucoup. Comme par repentance d'être allé si loin, les publicitaires ont convaincu les annonceurs de donner les clés du message à leurs cibles bien-aimées. Le consommateur veut désormais savoir pourquoi et comment il rêve : la publicité dont vous êtes le héros – on pouvait dès lors s'attendre au pire, et le pire vint (l'image veule, le texte rachitique, la métaphore à la dérive privée de toute assise épistémologique et spirituelle… se souvenir de l'inexorable plongée dans l'odieux des campagnes d'United Colors of Beneton).

Je déplore qu'encore une fois les bons sentiments se trompent de champ de bataille : les associations « antipub » s'honoreraient d'avoir recours à l'histoire de la publicité pour comprendre et démontrer que l'agression réside moins dans l'omniprésence de la publicité que dans la servitude volontaire de toute communication de masse à l'égard de l'inculture du consommateur moyen, qu'il convient de flatter, et de l'atrophie de tout imaginaire spirituel, qui fait l'affaire des princes de ce monde.

 

 

lunettes_index
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici
Permalien

Commentaires:

Cet article n'a pas de Commentaires pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML