blog dominique autie

 

Jeudi 13 janvier 2005

05: 36

 

De l'indélicatesse sociale

qu'engendre l'alcool


[ Wara' – II ]

 

 

Whisky

 

La consultation rapide de quelques sources [1] ne tarde pas à le confirmer : le wara’ n’est pas d’une tonalité univoque. Il désignerait tout à la fois une qualité du cœur (la piété scrupuleuse), certain trait qui la manifeste (l’abstinence) et ce qui la suscite (la crainte, ailleurs traduite par la peur d’Allah). Mais que valent le scrupule sous la contrainte, l’aménité dictée par l’effroi ?

L’abstinence sollicite un rapprochement. Le dipsomane abstinent, qui sait qu’on ne guérit pas de l’alcool, ne s’est écarté de la mort qu’en faisant de cet autre lui-même, qu’il entendait sauver, l’objet d’une forme de piété scrupuleuse scellée par la peur de la rechute [2]. À l’épreuve des faits, une cure de désintoxication alcoolique ne saurait instaurer une règle d’abstinence susceptible d’être consentie sur la durée par la seule maîtrise de la volonté, et moins encore par quelques bons sentiments. Une véritable charte d’économie libidinale est négociée entre l’alcoolique et lui-même, qui repose sur la restauration préalable, massive et pour ainsi tyrannique à l’égard de l’entourage, d’un amour de soi dont le défaut dramatique avait conduit le sujet à boire pour se détruire [3].

L’alcoolique que l’on dit mondain s’expose à la chaleur indifférenciée de la fête (la chaleur ambiante), dans des circonstances où la règle – s’il en existe une – est que la ferveur commune néglige la singularité de chacun. Il est hâtif d’attribuer au laisser-aller de l’alcool l’apparente sociabilité d’une assemblée de buveurs. Il n’est pas de plaisir plus solitaire que l’ébriété festive, c’est pourquoi l’onanisme éthylique est, de loin, le plus honteux.

L’indélicatesse sociale que l’alcool attise ne préjuge pas de tendances addictives plus virulentes chez tel membre du groupe agrégé pour la fête que chez tel autre. Je pressens toutefois que cette indélicatesse est souvent première dans l’étiologie de l’alcoolisme. Quant au buveur isolé, absorbé dans son programme d’autodestruction, l’indifférence générale (confortée par celle de son médecin traitant) constitue un terrible passif que l’abstinence, quand elle est engagée, traîne comme un douloureux motif de colère dans le meilleur des cas, plus spontanément de mépris du monde.

Les alcoologues eux-mêmes souscrivent à ce lieu commun qui accrédite que l’alcool est un désinhibiteur. Sa première cible n’est pas l’angoisse, la timidité, la peur de l’autre. C’est le scrupule. On tient peut-être ici l’un des attendus qui décida les premiers compagnons de Muhammad – sur lui la prière et la paix ! – à prohiber toute consommation d’alcool chez les sectateurs de l’Islam naissant.

Le dipsomane solitaire comme l’alcoolique tribal n’échappe à l’indélicatesse qu’en délimitant, par un soudain coup de force, une zone de délicatesse, de scrupule et d’observance dont il est le centre.

J’aime cette idée – sans doute étrangère à l’orthodoxie musulmane, encore qu’il conviendrait de le vérifier – d’une piété scrupuleuse dont on puisse être, en boucle, l’émetteur et le destinataire.

*

 

[1] Notamment les logia et hadiths rassemblés dans la quatrième partie de L’Anthologie du renoncement de Bayaqi, mais aussi les deux seules mentions du wara’ que l’on trouve dans la volumineuse étude de Annemarie Schimmel, Le Soufisme ou les dimensions mystiques de l’Islam, Le Cerf, 1966 : dans son glossaire, l’auteur donne abstinence pour seule transcription du concept de wara’ et l’une des deux mentions dans le texte est explicite : « Dans les étapes initiales de la Voie, l’adepte devait faire des progrès en abstinence (wara’) provoquée par la crainte du Seigneur, et en renoncement (zuhd).» Op. cit., p. 146. En quatre occurrences, dans son Essai sur l’origine du lexique technique de la mystique musulmane, Louis Massignon mêle à propos du wara’ les notions d’abstention scrupuleuse (p. 191), d’entière abstinence (p. 212), de pudeur intime (pour wara’ khafî, p. 228) et d’observance scrupuleuse (p. 246) ; réimpression Le Cerf, 1999. Dans un autre de ses livres, Émile Dermenghem retient, lui aussi, la dimension d’abstinence : « L'itinéraire vers Dieu est marqué par divers “états” (ahwâl) donnés, généralement passagers et hors du contrôle humain, venant et partant “comme Dieu veut”, et “stations” (maqâmât) acquises et durables : perdre et trouver, expansion et contraction, présence et absence, fana’ et baqa’, – sobriété, scrupule (wara’), ascétisme (zohd), patience (çabr), abandon (tawakkoul), quiétude (ridhâ’)… » L’Éloge du vin (Al Khamriya), éditions Véga, 1931.
[2] Le crin de cheval qui maintient cette épée de Damoclès au-dessus de la tête de l’alcoolique abstinent n’est pas seulement de nature psychologique. « Chez un consommateur modéré, l’alcool est métabolisé en majeure partie par le foie (oxydation) en deux étapes : Première étape – l'oxydation de l'éthanol en acétaldéhyde est assurée par trois systèmes d’importance décroissant : 1) alcool-deshydrogénase (coenzyme NAD), localisation cytosolique ; 2) Système microsomial d’oxydation de l’éthanol (MEOS) : cytochrome inductible par l’alcool ; 3) catalase: oxyde l'alcool à partir de l’eau oxygénée. Chez le consommateur excessif, c’est le système MEOS qui prédomine. Seconde étape – l’acétaldéhyde formé, produit toxique, est immédiatement oxydé en acétate. Cette étape est limitante et fait intervenir l'aldéhyde-deshydrogénase, enzyme NAD-dépendante. Chez le buveur excessif, l’acétadéhyde produit en quantité excessive ne peut être métabolisé et se fixe sur les membranes cellulaires, les détruisant par des mécanismes toxiques, puis inflammatoires et immunologiques, avec constitution d’une fibrose séquellaire. » [Source : article publié en ligne sur le site Internet de la Société nationale française de gastroentérologie]. Cette fibrose persisterait dans le temps, de sorte que, malgré des années d’abstinence, une seule prise d’alcool suffirait à « réamorcer » immédiatement et massivement le manque alcoolique sur un strict registre neurologique.
[3] Dominique Autié, Le Bec dans l’eau, Phébus, 1998.

 

 

livre_index
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc

Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: mère [Visiteur]
Bonjour à vous,
j'aimerais comprendre ce qu'est le ou la MEOS
est-ce-que l'alcoolisme est génétique ?
merci de votre réponse, pour toutes les informations que vous pourrez m'apporter quant à cette maladie.
bonne journée
une mère
Permalien Jeudi 16 février 2006 @ 07:16
Commentaire de: Adrien [Visiteur]
Madame, Pour répondre a votre question... La voie microsomial d'oxydation ( MEOS ) est une voie qui est activée par un gène de notre ADN Il est donc transmis de génération en génération. Seulement, certaines populations, certaines ethnies, ne disposent pas de ce gènes. Ce n'est donc pas l'alcoolisme qui est génétique mais la prédisposition a tenir face a l'alcool ( en sachant que plus on boit,plus cette voie se dévellope Un fils
Permalien Lundi 6 mars 2006 @ 13:28
Commentaire de: de vallier guy [Visiteur]
très bon blog. Merci de la relation faite entre Lawrtence Block et AA. Super analyse. Merci de votre intlligence.
Guy AAbstinent pour ce jour.
Permalien Mercredi 8 mars 2006 @ 10:49

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML