blog dominique autie

 

Dimanche 13 mars 2005

07: 50

 

Du non-sens

 

 

pub_girbaud_cene

 

Aux espèces inclassables.

blanc

L'association Croyances et libertés, représentant l'épiscopat français, a obtenu gain de cause en référé : le jeudi 10 mars, le tribunal de grande instance de Paris a interdit l'affichage sur tous supports de la publicité conçue pour la marque Marithé et François Girbaud par l'agence Air Paris. Les magistrats ont jugé que ce visuel constitue un acte d'intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds des croyances intimes. […] L'injure ainsi faite aux catholiques apparaît disproportionnée au but mercantile recherché [1].

Voilà l'exemple parfait du fait divers (classé dans la rubrique « Société » par Le Monde, mais en « Médias » par Libération et Le Nouvel Observateur) qui, une fois relaté par la presse, doit vous éviter de réfléchir longuement avant de vous faire votre propre jugement. Dans Libération [2], une notule signée Christophe Forcari vous rappelle que l'association du député FN Bernard Antony, Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif), est familière de ce genre de recours en justice. J'ai eu beau chercher sur divers sites de la presse française, ladite association ne s'est pas, à ma connaissance, jointe aux évêques de France dans cette action en référé. Mais, sans nul doute, aurait-elle pu le faire, c'est ce qu'entend nous faire comprendre M. Forcari, je suppose. En revanche, la Ligue des droits de l'homme (LDH) a dénoncé le retour de l'ordre religieux et a indiqué qu'elle interviendra en appel aux côtés des publicitaires [3].

Donc, si en mon for intérieur je donnais raison aux magistrats qui en ont décidé ainsi, et si j'envisageais de surcroît de l'expliquer ici, mon cas serait entendu : je suis un chrétien intégriste, avec tout ce que cela suppose d'autres convictions réactionnaires peu ragoûtantes. Qu'on se rassure (ou qu'on le déplore, peu me chaut), je vais me soustraire à toute bien-pensance et envisager le litige sous un angle qui semble curieusement inédit – si j'en crois la revue de presse assez large que je viens de mener sur la Toile – alors qu'il devrait, sinon s'imposer, du moins susciter quelques doutes.

Nul n'a relevé, en effet, que le visuel publicitaire incriminé est vide de sens.

Je m'explique : la Cène, représentée par Léonard de Vinci, est décrite dans les quatre Évangiles comme le dernier repas que le Christ prit avec ses apôtres, au cours duquel il instaura le sacrement de l'Eucharistie en changeant en son corps et son sang le pain et le vin. Depuis la Renaissance, l'Église catholique nomme transsubstantiation l'effet de la consécration du pain et du vin qui, tout en gardant leur apparence matérielle, deviennent substantiellement corps et sang du Fils de Dieu. Qu'on veuille me dire où et comment, dans le visuel du commerçant, le contenu et le sens de cet épisode évangélique majeur sont évoqués.

J'aurais, n'en doutez pas, tenu un tout autre propos si une grande surface spécialisée dans le bricolage avait démarqué, pour une campagne promotionnelle, la station du Chemin de Croix où l'art chrétien montre un soldat romain en train de marteler les clous de la Croix sur les poignets de Jésus. Si un lessivier s'en était pris au Saint Suaire.

Ce qui est choquant, c'est la contradiction entre l'intégrisme que le journaliste de service prête par principe au plaignant, face à un supposé blasphème, ainsi qu'au juge qui lui donne raison, et l'inculture généralisée sur le fait religieux qui caractérise la plupart d'entre nous – y compris bon nombre de ceux qui, sans hésiter, se déclarent catholiques de religion, voire pratiquants. Cette inculture, j'y mets ma main au feu, est partagée par le publicitaire qui a créé ce visuel et par ses commanditaires. De sorte que j'incline à penser que cette affaire ne concerne à peu près que l'épiscopat français ; et que le parquet aurait dû se déclarer incompétent, ou prononcer un non-lieu, faute d'un sens explicite susceptible d'être compris par le plus grand nombre comme une insulte à la doctrine catholique de l'Eucharistie.

Ce que Le Monde restitue du jugement fait état, non d'un blasphème, mais d'un acte d'intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds des croyances intimes ; reconnaissons aux magistrats une certaine sagesse dans le choix des mots. Nous sommes bien désormais, avec l'Eucharistie, dans les tréfonds de la culture religieuse moyenne de nos sociétés.

En clair, il n'est pas question de la Cène mais d'une peinture de Léonard sur cette publicité. Et seuls quelques initiés (à la peinture de la Renaissance) auraient fait le rapprochement entre cette image et son modèle. Quant à y voir un dénigrement, j'aurais payé cher le sondage devant une quatre par trois, un lundi matin à l'heure de pointe sur le quai de la station Filles du Calvaire.

Bien involontairement, semble-t-il, Gérard Dupuy, dans Libération, met en évidence ce hiatus, mais aussi le niveau (moral, spirituel…, qualifions-le comme on l'entend) des enjeux d'un tel référé : Le directeur de l'agence de publicité s'étonne en conséquence [de l'interdiction d'affichage], car il n'avait pas pensé que sa création pouvait être blasphématoire. Et l'éditorialiste de Libération de conclure (tenez bien votre souris) : Là n'est pourtant pas la question : jusqu'à nouvel ordre, on est libre de blasphémer en France et il n'y a pas à se défendre de le faire.

La messe est dite.

 

[1] Le Monde, édition datée du 12 mars 2005, article de Xavier Ternisien, La Cène détournée de Marithé et François Girbaud est interdite d'affichage.
[2] Libération, édition du 12 mars 2005.
[3] Le Nouvel Observateur (nouvelobs.com), 11 mars 2005.

La Cène (fragment), Léonard de Vinci, 1498, réfectoire du couvent de Santa Maria delle Grazie, Milan.
Publicité (visuel seul) réalisée par l'agence Air Paris pour les stylistes Marithé et François Girbaud.

 

Commentaires:

Commentaire de: Alice [Visiteur]
Effectivement, c'est supposer chez les voyageurs de métro un niveau de culture et de sensibilté religieuses étonnant. L'Eglise se berce de douces illusions en supposant que cette affiche aurait choqué qui que ce soit. C'est peut-être sa façon de se rassurer?
Permalien Dimanche 13 mars 2005 @ 08:47
Commentaire de: Alarc'h [Visiteur]
Pour aller plus loin, il est évident que la référence est picturale. Nos bons créatifs de pub ont tout de même du faire un peu d'histoire de l'art et éventuellement un petit voyage à Milan où, s'ils ont eu beaucoup de chance, ils ont pu voir la scène de Léonard entre deux phases de son éternelle restauration.

Car cette image de Léonard a une particularité : elle est sur un mur mais n'est pas une fresque. Léonard a fait des essais techniques pour la réalisation de cette oeuvre, il a voulu innover, mais voilà... ça n'a pas marché. Depuis des siècles l'image s'efface doucement, et il faut tout le talent des meilleurs restaurateurs d'oeuvres d'art pour le maintenir artificiellement, une sorte d'acharnement thérapeuthique si l'on veut...

Alors voilà qui pourrait faire scandale auprès des Catholiques. Avoir représenté le saint mystère de l'eucharistie sur un support aussi peu pérenne. Ne serait-ce pas une attaque vicieuse de ce sacré Léonard ? Allez savoir, on lui prête tellement de nos jours (Da VINCI code).

Par contre quelle est la démarche de nos "pubeux" ? Espèrent-ils que le spectateur fera ce raisonnement, aura la connaissance de la peinture adéquat pour la voir ? Non simplement ils utilisent une recette terriblement efficace : le démarquage.

Qui n'a, dans sa jeunesse latiniste, pris la première Catilinaire pour la démarquer, remplaçant habilement le nom de Catilina voué aux gémonies par Cicéron, par celui de la prof de sciences-nat si prompte à filer des colles ? Et ça faisait rire nos camarades, et le professeur de latin se souvenait avec un sourire intérieur avoir fait bien pire dans sa jeunesse.

Donc nos pubeux partent d'une image "de légende", qui a passionné les historiens d'art depuis des siècles. Et il font une farce, un peu comme la Mona Lisa (tiens du même peintre au fait ?) affublée de Moustache par les surréalistes et portant ces lettres LHOOQ. Ils le font je suppose parce que la composition en est extrêmement efficace et est toujours citée en modèle. Et pour faire "moderne" ils remplacent tous nos barbus par de jolies filles.

Mais voilà, on peut rire de tout, mais pas sur des 4x3... car de nos jours comme toujours, il faut respecter l'inculture, la superstition, l'hypocrisie, la paresse intellectuelle et le manque d'humour de nos concitoyens. Les évêques savent ça, qui utilisent professionnellement toutes ces recommandations depuis des siècles.

Donc mesdames et messieurs de la pub, avant de vous improviser manipulateurs et petits malins, consultez le Vatican. Voici justement la publicité de cette société :

Faites confiance à vatican.com :

En matière de manipulations iconographique et idéologique nous disposons de deux mille ans d'expérience.

Nos succursales sont nombreuses et couvrent le monde entier.

Le correspondant local du Vatican (que vous trouverez dans toutes les bonnes églises) sera votre contact pour mettre en place avec vous votre plan de manipulation des esprits.

Nos personnels sont formés dans nos propres institutions, vatican.com peut se venter d'avoir mis au point des procédures métier les plus avancées dans son domaine.

Nos références sont nombreuses, nos réalisations pérennes, contrairement à celles de notre concurrent communisme.com.

Besoin de pénétrer les esprits ? De manipuler ? Ayez le réflexe vatican.com
Permalien Dimanche 13 mars 2005 @ 18:22
Commentaire de: Alessandra [Visiteur] · http://alessandrab.blogspot.com
Mon commentaire ici:
http://alessandrab.blogspot.com/2005/03/visual-representation-of-entire.html
(en anglais)
Permalien Jeudi 17 mars 2005 @ 04:00
Commentaire de: uaecram kcinnay [Visiteur]
parfois la verité est cachée, il faut savoir voir la ou il est impossible. Dieu est la.............voyé le ds chaques vies.
Permalien Lundi 1 août 2005 @ 20:59
Commentaire de: hergeuth [Visiteur] · http://free
je ne perd pas mon temps a répondre aux allumés.
(je n'ai pas lu ce qu'il y a plus haut,je le devine,des fois moi aussi je fais ce genre de blague mais a tout e petite échelle.)
Permalien Mercredi 26 juillet 2006 @ 17:11
Commentaire de: Belshazzar Azza [Visiteur]
Salut a tous.
Et a Dominique.

Et oui pas d'injure !
Ça casse la cassation !
Néanmoins, cette très belle photo rapporte, mercantile, plus que sans procès intégriste...
Joli coup de pub...

Et dans le fond...j'aurais aimer que Jésus fut une femme et, L'antéchrist ne peut qu'en être une...Ils sont égaux l'une et l'un...juste un timing...la prochaine ère auras peut être un mythe fondateur mixte...c'est maintenant ?
Les deux scènes : le début et la fin d'un mythe qui appelle le suivant...

Beltzahara
Baltaz JCR
Permalien Mercredi 15 novembre 2006 @ 11:59
La Cène : un exemple de mauvais goût / La Cena un ejemplo de mal gusto y de falta de imaginacion!
La Cène de Marithé et François Girbaud : un exemple de mauvais goût consumériste et de marasme sociétal ambiant où la femme est considérée comme une marchandise. Cette image est une insulte fait à toutes les femmes!
Dans certains pays riches, aujourd’hui, il nous est impossible de nous exprimer en libre penseur et impensable de donner une opinion contraire à la pensée unique ambiante, mais il est possible de se moquer de tout! Le respect et la tolérance sont les otages de la loi bobo à la Française (droite et gauche confondue) de la médiocrité! Il y a un art qui ne se remarquent que par la décomposition qui l’entoure. Cela me rappelle certaines écrivain(e)s à la mode…
Oui, je suis choqué de voir une thématique de la femme utilisée à des fins publicitaires et mercantiles. Oui, Dieu peut être envisagé et se manifester sous la forme de la femme, mais avec le respect qui l’est dû.
Par ailleurs, comparer les écrits d'une sainte Thérèse d'Avila ou d'un saint Jean de la Croix au manque d'imagination de cette image me semble le comble de l’ignorance !
Je ne suis pas évêque et surtout je ne voudrais pas l’être, je ne demanderais pas à interdire cette image, mais je la condamne car il me semble relever d’un acte d'intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds de la condition femenine et une injure faite aux femmes.
Non, nous ne sommes ni putes ni soumises!
Permalien Mardi 21 novembre 2006 @ 21:49
Commentaire de: Pascal [Visiteur]
Féministe, extrémiste et surout hors sujet.
Permalien Samedi 25 novembre 2006 @ 22:08
Commentaire de: Pascal [Visiteur]
laura garcia vitoria = Féministe, extrémiste et surout hors sujet.
Permalien Samedi 25 novembre 2006 @ 22:09
Commentaire de: laura garcia vitoria [Visiteur] · http://laura-garcia-vitoria.blogspot.com/
Pascal,
Il ne s'agit ici ni de feminisme, ni de rhethorique globalisante...
Mon objectif - a travers ces lignes - etait de mettre en evidence non seulement un manque total de respect a l'egard de tous ceux pour qui cette image est porteuse de valeurs transcendantes, mais egalement (et encore bien davantage) la fabuleuse ignorance iconographique dont le debat autour de cette representation constitue un quasi-paradigme.
Je suis prete, si le coeur vous en dit, a entamer avec vous une "disputatio" - en toute egalite, rassurez-vous... - sur ce que nous apprend sur notre propre epoque ce que pensaient de cette fresque les moines de Sainte Marie des Grâces. Souhaitez-vous que nous entamions ensemble un voyage symbolique dans la Lombardie de la fin du Quattrocento, sur les pas de Leonard et de ses conteñmporains ? C'est un defi que je vous lance pour aborder 2007 et ses enjeux. L'acceptez-vous ?
Permalien Jeudi 28 décembre 2006 @ 23:03

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML