blog dominique autie

 

Jeudi 24 mars 2005

05: 28

 

La ponctuation du pauvre

 

 

manuscript
blancmarge165
jacques_drillon
blancmarge6

Près d'un tiers des vingt-deux pages que Jacques Drillon consacre aux points de suspension dans son superbe, irremplaçable, précieux, génial… Traité de la ponctuation française [1] consiste en une défense et illustration de l'usage qu'en fait Céline.

J'ai déjà dit ici [je ne pose pas de lien, que l'on cherche, pour une fois ! et ce débat perdu d'avance (par moi) cesse de m'amuser] combien je tiens en aversion la langue du Voyage… Or Drillon est d'autant plus convaincant qu'il appelle à l'appui de sa démonstration d'autres usagers des points en salves, Octave Mirbeau, Colette, Labiche, qui ont inspiré ou conforté Céline dans sa pratique. Enfin, ce passage fait suite à un exposé tout en finesse implacable (à la hauteur du vaste traité dans le traité que constituent les cent dix pages dévolues à la seule virgule) des différentes nuances que les points de suspension sont susceptibles d'introduire ou de faire attendre.

Les outils de ponctuation, tels que nous en disposons, représentent un apport relativement tardif (dont l'origine correspond, dans le temps, à l'abandon de la lecture marmottante [2]). Tout technicien du texte – traducteur, rédacteur spécialisé, lecteur-correcteur – vous confirmera que le travail sur la ponctuation est tâche ardue, sévère, laissant à la fantaisie ou à l'humeur une marge exiguë. C'est la morgue des auteurs, fréquent cache-misère de leur négligence, qui a conçu le théorème péremptoire qui l'arrange, voulant que la ponctuation fût l'ADN du style.

Pour avoir passé vingt années de ma vie professionnelle à lire les manuscrits que déposaient les auteurs, mon intime conviction est faite depuis des lustres : je n'ai pas découvert un seul texte dont la ponctuation lacunaire, fantasque ou agressive évoquât un surcroît de maîtrise – ni, surtout, de délectation – dans l'usage de la langue. Et je dus toujours ma gêne la plus ordinaire à ces rafales de points de suspension tirées en direction du lecteur – appels comminatoires à mon imaginaire sommé de se substituer à celui de mon interlocuteur, sous-entendus veules, bégaiements, hoquets, rots, pets d'un texte qui fait sous lui.

Autre constante nosologique : avant d'être la tarte à la crème de l'écriture qui fait la manche, les points de suspension sont l'acné du jeune écrivain.

*

Je trouve sur la Toile ce portrait de Jacques Drillon. Outre que la tête de cet homme me revient – tout le contraire de l'aridité sulpicienne dégoulinante du linguiste ou du poète maudit –, je constate avec amusement que figurent, dans la perspective de sa bibliothèque, les œuvres (in)complètes de Sade dans l'édition Pauvert des années 1980, maquettée par Pierre Faucheux : la prouesse consistait à ce que les quatre lettres du nom de Sade vinssent s'inscrire par juxtaposition exacte des volumes sur la tranche de la série. Or, comme à Jacques Drillon, semble-t-il, me manquent les derniers volumes (comprenant le théâtre du divin marquis) sur la tranche desquels figure la lettre E – laissant ainsi apparaître sur nos rayonnages un SAD d'une gigantesque tristesse dont le visiteur non averti se demande toujours de quel dépressif opus major il peut bien s'agir. Plus insolite, les quelques fois où j'ai été pris en photo chez moi sur fond de livres, l'objectif s'est trouvé comme aimanté par ce tag étrange, qui dès lors encadre ou frôle ma tête comme un nimbe vénéneux.

 

[1] Gallimard, collection « Tel », 1991 ; pp. 418-425.
[2] Entre autres références possibles, le magnifique essai d'Ivan Illich, Du lisible au visible – sur L’Art de lire de Hugues de Saint-Victor, traduit de l’anglais par Jacques Mignon, Éditions du Cerf, 1991. Repris dans le cadre des Œuvres complètes d'Ivan Illich en cours de publication aux éditions Fayard.

Codex Lagerbringianus, ca. 1480, Suède, conservé à la bibliothèque de l'Université de Lund, f° 125 verso.
Jacques Drillon, D.R.

 

 

 

lunettes_index
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: alina reyes [Visiteur]
Il me semble que les points de suspension portent mal leur nom. Je les vois plutôt comme des cailloux de petit poucet dans un texte, nous invitant à suivre un chemin de faux silence. La suspension me semble plus justement exprimée par l'absence de point, spécialement de point final : un instant du saut éternisé, à la fois grâce et cruauté, qui me place, auteur ou lecteur, dans la main du Temps.
Là où les points de suspension indiquent "voyez ce que je veux dire", l'absence de point, dont on ne peut user aussi couramment, s'impose au moment étrange de la révélation à l'envers : "nul ne sait".
Ce "SAD" m'ennuie. Plutôt que son sens de nom commun, je veux voir la suspension dans ce nom inachevé. Et puis, dans une autre langue, ça veut peut-être dire autre chose ?
Permalien Jeudi 24 mars 2005 @ 09:04

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML