blog dominique autie

 

Vendredi 20 mai 2005

06: 24

 

Le goût de l'abricot

 

La Maison du milieu du monde (détail)

 

Dans le dossier qui contient les bribes d'un projet de roman, abandonné depuis, dont j'ai donné à lire ici le seul premier chapitre rédigé, je relis ce morceau de bravoure. Je prends le parti de l'offrir sans trop rougir aux lecteurs assidus du blog, qui n'ont pas démérité. apricot

 

Je trouve, ce matin, sur le plateau du petit déjeuner, une coupelle en opale dans laquelle Cyclamen a placé quelques abricots. Ce sont les premiers, je n’ose dire de la saison tant nous fait défaut cette amplitude qui qualifie les climats, tant pèse ici une météorologie dépourvue de toute humeur. Plus que le mouvement apparent du soleil, le retour d’un fruit dans les corbeilles ou d’un plat de légumes dont nous avions oublié la saveur suffit à scander la fuite des jours.

Au contraire de certains assortiments que les filles des cuisines agencent en laissant cours à leurs velléités de symétrie, à leur fantaisie ornementale, le récipient dans lequel ils ont été recueillis sans ordonnance les offre à ma vue dans toute leur impudeur. Ils forment un amas étroit que la main pourrait rafler d’un geste. Trois fruits sont juchés, calés entre les renflements et les interstices de ceux déposés dans le fond de la coupelle. Ils bombent leurs opulences duveteuses, leurs péricarpes d’organes clos sur le secret de leurs sucs. Comme la trace d’une fontanelle à peine refermée, l’esquisse de la fente affiche leur indéhiscence — le soleil seul ne saurait achever d’épanouir les drupes charnues et timides, dont il faut disjoindre les lèvres, aux abords desquelles les doigts, les dents et la langue doivent conjuguer leur désir.

J’ai souvent regretté qu’il ne soit pas possible de composer sur le mot abricot, ainsi que Bach l’a fait sur les notes correspondant aux lettres de son nom. J’éprouverais pourtant le plaisir le plus rare à improviser une fugue dont je saurais que la ligne mélodique entretient avec le fruit convoité une identité de structure, celle-ci passât-elle par l’apparente abstraction de la langue. Car, plus encore, s’il se peut, que la vue du fruit, en prononcer le nom rappelle aussitôt l’émoi contemplatif de l’entrevue avec quelque porte entrebâillée. Il m’arrive de le répéter plusieurs fois à lèvres muettes en croisant telle ou telle qui n’a émergé de l’enfance que depuis quelques mois, dont la rougeur aux joues dit assez que le fruit pubescent a pris cette teinte du ciel au couchant, qu’il se pigmente, se gorge, mime qu’il est prêt à s’entrouvrir à l’approche des dents.

 

abricot

 

Commentaires:

Commentaire de: cedric [Visiteur]
Bonjour,

Ici cedric, le détecteur de coquille !

"Je prends le parti de l'offir sans trop rougir"

Offrez moins deux 'r'.

Le livre offert après cinq coquilles signalées, cela tient toujours?? ;-)...

Amicalement.
Permalien Vendredi 20 mai 2005 @ 09:37
Commentaire de: admin [Membre]
Oui, bien entendu, je n'ai qu'une parole. Vous en êtes à combien ?
Merci, en tout cas, de votre vigilance.
D.A.
Permalien Vendredi 20 mai 2005 @ 09:54
Commentaire de: cedric [Visiteur]

Quand on aime, on ne compte pas.

Epargnez-vous la contraite d'envoyer un livre à un chasseur de coquille débutant. Je ne fais pas les choses par intérêt. Les concours, les lots à la clé m'ont toujours été étrangers.

Je vous remercie de votre merci. Mais au mot "vigilance" j'utiliserai plutôt celui de "réflexe", si bien que je n'ai en fait aucun mérite.

A vous lire...


Permalien Vendredi 20 mai 2005 @ 14:19
Commentaire de: cedric [Visiteur]
oups...

contraiNte !

Où était passé le réflexe? Aurais-je manqué de vigilance?...

Permalien Samedi 21 mai 2005 @ 11:11
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
M'est avis, tout de même, qu'il faudrait reprendre ce travail abandonné. Car si tout est à la mesure de ce fragment, c'est du pur sucre. Du pur jus, d'abricot naturellement.
Permalien Samedi 21 mai 2005 @ 19:53
Commentaire de: Louis-Ferrand de Montclerc [Visiteur]
Arrrrh, lovely ! Les abricots !
Mais attention Autié, au jour d'aujourd'hui, surtout sur la Grand'Toile, même les abricots sont passibles de poursuites... En plus, les abricots après Lolita, le cas est aggravé !
Il me souvient d'un soir, avec le Camarade JHM, ayant pris la commune mesure de notre état d'avariement – et dans la mesure où les femmes nous avaient ignominieusement abandonnés – nous organisâmes un concours de culs de brugnons...
Le gagnant fut solennellemnt partagé selon ses deux hémisphères et nous en communiâmes.
Montclerc.
Permalien Dimanche 22 mai 2005 @ 11:41
Commentaire de: Marie Pierre DAUGÉ [Visiteur]
Merci de ce texte succulent
si bien à la mesure de mon fruit préféré.
Vous avez trouvé les mots
pour accompagner ma gourmandise,
cadeau dont je vous remercie.
Et je reprendrai les mots
d'un de vos interlocuteurs d'aujourd'hui,
« à vous lire... »
dans l'attente de découvrir d'autres cadeaux de la vie.
Marie Pierre
Permalien Dimanche 22 mai 2005 @ 12:07
Commentaire de: Alina [Visiteur]
Un jour j'ai rêvé que Montclerc et son ami JHM s'embrassaient sur la bouche. Sur le brugnon, je n'aurais pas osé. (Pardon, Dominique).
Permalien Lundi 23 mai 2005 @ 16:42

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML