blog dominique autie

 

Vendredi 10 juin 2005

06: 35

L'ordinaire et le propre des livresPetite philocalie

 

 

Pour parler de l'amour des livres

 

philocalie

Je fais souvent état, ici même, de mes trouvailles aux puces ou sur Internet en matière d’ouvrages de seconde main. Les familiers du blog l’auront certainement compris, ce goût pour les livres se nourrit à des sources multiples et convergentes : une tradition familiale d’ouvriers imprimeurs, mon propre métier d’éditeur, une curiosité personnelle pour les sujets diagonaux, un travail d’écriture qui a fait de moi l’auteur de plusieurs livres.

J’ai d’abord cru utile de circonstancier plus précisément quelques facettes d’une pratique de lecteur – donc de consommateur de livres – qui n’engage pas que moi. Dans ces épisodes, en effet, il aurait été question d’éditeurs, d’imprimeurs, de libraires, de ce qu’on nomme, en économie, la chaîne graphique pour l’amont, et la chaîne du livre plutôt pour l’aval, à savoir la circulation du livre une fois publié, c’est-à-dire sorti des presses.

Une pincée de minutes dévolues à ce projet, à l’établissement d’un plan, a suffi à m’en dissuader : c’était, au pire, épouser le régime de la conférence ou du cours, au mieux résumer ce que j’ai déjà écrit ici où là, récupérer, défaire, ravauder un discours sur le livre que, de surcroît, l’on trouvera tenu ailleurs, avec toute l’autorité souhaitée (si l’on juge qu’un propos normatif, une thèse officielle rassurent), tout le talent possible, toute la ferveur militante – si tant est qu’il faille militer plutôt que s’asseoir à sa table ou à même le sol, s’étendre, caler ses reins et ouvrir un livre.

Philocalie signifie amour de la beauté, de celle qui se confond avec le bien [1]. L’ordinaire et le propre désignent, en liturgie, les éléments de célébration communs et invariables pour les uns, réservés en particulier à tels saint, lieu ou temps pour les autres. Ce lexique est religieux, j’en revendique le choix, qui ne recourt à aucun prétexte métaphorique, aucune coquetterie : j’entends, je le confirme, qu’il se tisse une forme de célébration et de prière dans cette fréquentation des livres eux-mêmes, en tant qu’objets manufacturés – faits de mains d’homme –, c’est-à-dire biens mobiliers du tout-venant.

Nous sommes d’incorrigibles hérésiarques, l’hérésie nous fascine, elle nous façonne. Nous avons procédé avec le livre à d’insensibles et incessants dévoiements. J’en relèverai quelques-uns. Nous en avons fait, ces derniers temps, une sorte de luxe de pacotille sous le couvert d’une diffusion plus large des savoirs et des plaisirs dont il est supposé porteur. J’aimerais suggérer que le livre d’aujourd’hui est, le plus souvent, d’un prix exorbitant pour une qualité médiocre et qu’il décourage l’exercice – physique avant d’être intellectuel – de la lecture plus qu’il ne le rend enviable.

Que le mot philocalie renvoie à quelque recueil d’oraisons, à la prière du cœur des Pères du désert, non seulement ne me déplaît pas mais évoque assez justement un lien plus aride qu’il ne semble à la matérialité des livres, sur lequel je propose ces quelques brèves méditations. Car c’est aussi sur la terre nue de l’âme qu’il convient de prendre soin de Dieu.

 

[1] Petite Philocalie de la prière du cœur, traduite et présentée par Jean Gouillard, Cahiers du Sud, collection « Documents spirituels », 1953, p. 7 ; disponible en collection de poche « Points Sagesses », éditions du Seuil.

 

 

1 – Du papier

 

livre

Par la mutation finale qui défait une structure tissée pour l’effiler, pour la mettre en charpie, le textile retrouve sa vérité originelle de fibre, mais de fibre, désormais, en quelque sorte accomplie, que les épreuves multiples du contact, du travail, de l’usage humain, par lesquelles elle a passé depuis sa naissance végétale, ont rendu digne d’équivaloir à la fibre même de la chair [1].

Le linge c’est de la chair, or le papier c’est du linge, donc le papier c’est de la chair. Devant chaque livre : Ceci est mon corps.

*

Quand, dans le courant des années 1980, le projet de la Grande Bibliothèque de France François-Mitterrand a été arrêté, les fonctionnaires de la Bibliothèque nationale ont engagé les préparatifs d'inventaire physique des fonds qui seraient déménagés. Ils constatèrent qu'un grand nombre des ouvrages d'édition ordinaire imprimés pendant la période courant des environs de 1870 aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale présentaient un état alarmant : le papier en était devenu cassant sous l'effet de l'acidité, les pages s'effritaient aussitôt ouvertes. Une technique de désacidification en autoclave, très lourde et onéreuse, a été mise en œuvre.

Dans le même temps, le ministre de la Culture a commandé une étude sur un genre nouveau de papier, utilisé dès cette époque aux États-Unis pour les documents officiels, dont la pâte contient des réserves basiques destinées à prévenir les ravages de l'acidité. Ce papier est appelé papier permanent. Ses auteurs intitulèrent le rapport qu'ils rendirent au ministre Du papier pour l'éternité [2].

*

Au fil des années, j'ai acquis sur les marchés aux puces et chez les bouquinistes plusieurs dizaines de livres datant de ces années critiques : l'œuvre de Marcel Schwob, les premiers Claudel, des Francis Carco en rangs serrés, quelques Rémy de Gourmont, Les Foules de Lourdes de Huysmans… J'ai tiré un à un mes volumes de leur rayonnage, les ai ouverts avec mille précautions, les ai palpés. Vieux livres au papier terni, parfois finement tavelé, que la feuille de cristal dont je les recouvre dissuade d'une éventuelle tendance à l'avachissement, ils témoignent entre mes mains de leur fraîcheur d'objets touchés, déplacés, dix fois mis en caisse et dix fois replacés, dix fois lus peut-être avant que je ne m'en porte héritier et lecteur.

Il s'agit bien des mêmes volumes, dans les éditions courantes d'origine qui ont été, en son temps, adressées au service du Dépôt légal pour être entreposées dans les réserves de la Bibliothèque nationale et, le plus souvent, n'en plus bouger.

Un ami se réjouissait récemment de s'être procuré un exemplaire non découpé d'un titre assez recherché datant de plus d'un demi-siècle. Il avait eu entre les mains peu avant l'exemplaire de travail d'un écrivain aujourd'hui disparu. Celui qu'il reçut, d'apparence impeccable, se fendit à la tranche dès qu'il l'ouvrit et le papier lui en parut dangereusement fragile sous les doigts. Il eut peine à croire qu'il pût s'agir du même tirage du même livre.

On sait dans les services de gériatrie, depuis assez longtemps désormais, que certains syndromes du vieillard s'évitent au prix de soins d'une grande simplicité, qui consistent en massages, en menus exercices. En caresses.

*

L'une des raisons qui me font préférer, pour le même texte, un exemplaire imprimé jadis, est l'exécrable blancheur du papier des livres édités ces dernières années. Il n'est pas de pire torture pour le nerf optique que le contraste excessif d'une typographie noire sur une surface lisse uniment crue.

On ne trouvera pas, avant la seconde moitié du dernier siècle, un seul support de l'écrit qui partage les caractéristiques imposées à l'industrie papetière par les cadors du marketing culturel qui ont désormais leur niche dans les maisons d'édition. De la tablette sumérienne, de l'argile romaine, du parchemin en passant par le vélin et tous les tissus possibles de tous les étendards – et jusqu'au bouffant de routine qu'utilisaient les éditeurs pour leurs livres de texte [3]–, il transparaît dans l'œil de la lettre une matière, un grain, une trame qui fixe le texte, ancre l'encre.

*

 

[1] Jean-Pierre Peter, « Linges de souffrances, texture de chair, problèmes et stratégies du pansement », Ethnologie française, tome XIX, n° 1, pp. 75 sq.
[2] Bernard Pras et Luc Marmonier, Du Papier pour l’éternité – L’avenir du papier permanent en France, Cercle de la librairie, Centre national des Lettres, mars 1990.
[3] On se reportera avec profit à l’excellent petit livre de Pierre-Marc de Biasi, Le Papier, une aventure au quotidien, collection « Découvertes », Gallimard, 1999.

Le livre que je lis ces jours-ci : Louis Bertrand, Philippe II à l'Escorial, L'Artisan du Livre, Paris, 1929.
[Exemplaire en parfait état, acheté dimanche dernier au marché Saint-Sernin pour cinq euros. Vendu non massicoté par l'éditeur à parution, il a été proprement découpé par son premier lecteur. Le papier est souple, il ne semble pas avoir jauni avec le temps. Je me suis efforcé, en le scannant, d'en respecter, sinon la teinte exacte, du moins la valeur de contraste par rapport au blanc pur. L'ouvrage est imprimé en typographie au plomb ; on distingue, dans la partie haute de la page, le léger foulage produit par le texte du verso.
Louis Bertrand évoque dans ce livre l'étrange passion qui anima Philippe II – roi d'Espagne de 1555 à 1598 et du Portugal à partir de 1580 – depuis la conception jusqu'à l'achèvement de ce couvent, destiné à abriter la sépulture de son père Charles-Quint et de sa famille. Feuilletant l'ouvrage devant la table du bouquiniste, j'ai été saisi par le rapprochement possible entre le cheminement intime de Philippe (mort et enterré à l'Escorial) et celui de Shah Jahan décidant le projet du Taj. La lecture confirme bien quelques mystérieuses connivences dont, sans nul doute, je ferai mon miel.
]

À suivre.

 

Dans le cadre du Festival d'images ManifestO, deux rendez-vous pour les Toulousains :
À la Manufacture des Tabacs – Université Toulouse 1 (21, allées de Brienne)
Vendredi 10 juin, 18 h : Droits d'auteurs et nouveaux médias.
Débat organisé en partenariat avec l'UPC, médiateur Serge Regourd (enseignant à l'université Toulouse1), Jorge Alvarez (de l'UPC Paris), et Dominique Autié.
À la Bourse du travail (19, place St-Sernin)
Dimanche 12 juin, 14 h, dans le cadre du congrès des Gens d'images, débats sur le rapport texte/image sur les anciens et les nouveaux supports de diffusion de la connaissance, animé par Gaëlle Mauduit, avec la participation de Marc Combier (Numédit) qui fera une intervention sur Massin, et de Dominique Autié.

 

1 – Du papier 2 – De la typographie 3 – Du fil 4 – Du cristal
5 – De quelques exemplaires non tant rares que précieux
6 – Coups et blessures 7 – Les livres scolaires de Jean Henri Fabre
8 – Notes à l'encre 9 – De quelques feuillets glissés dans les livres
10 – Ceci n'est pas un coupe-papier 11 – Grands fonds (Payot)
12 – Un prêté n'est jamais un rendu 13 – Lignes courbes, faux carrés
14 – Chaleur des livres 15 – Les bibliophiles ont une âme
16 – Plis, remplis, replis 17 – De la serpente 18 – Nus de l'Inde
19 – Visite aux livres (Georges de Lucenay, libraire d'ancien)
20 – Livres d'angles 21 – Livres reliés
22 – Tu puer æternus par Olivier Bruley

 

livre_entrouvert_index
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc
Cliquez ici

 

Commentaires:

Commentaire de: cedric [Visiteur]
Avec méfiance, je vous soumets mon interrogation : Suivant les petits Robert et Larousse (dernières éditions), un trait unit "TOUT" à "VENANT", l'avez-vous omis par faute ou en connaissance de cause vous référant à d'autres sources d'information orthographique?

Interrogativement :-).
Permalien Samedi 11 juin 2005 @ 09:56
Commentaire de: admin [Membre]
Merci de nouveau, Cédric, de votre vigilance. Vous avez parfaitement raison. Et je m'explique mal comment, dans un premier temps, lisant votre remarque, ma réaction a été de me dire : les deux sont possibles, j'ai vérifié. Or, je ne retrouve nulle part trace d'une tolérance. Le trait d'union s'impose. J'ai cru vérifier !
Il s'impose également que j'honore mon engagement : votre carte de fidélité est pleine (cinq coquilles ou fautes signalées). Vous avez gagné un livre ! Que ce soit à l'occasion de cette chronique-ci me paraît emblématique !
Bien à vous.
D.A.
Permalien Samedi 11 juin 2005 @ 10:18
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
"L'exécrable blancheur du papier des livres édités ces dernières années" : ah, à qui le dites-vous ! Je viens d'acheter six cents pages de ce papier trop blanc qui hurle sous la typographie noire et va me brûler les yeux si je veux lire le livre (ce qui est quand même le but, non, quand on l'achète ?). Si j'avais encore mes yeux de vingt ans, mais ce n'est plus le cas. Je ne comprends pas pourquoi on cherche à ce point à mal faire.
Permalien Samedi 11 juin 2005 @ 11:55
Commentaire de: Alice [Visiteur]
Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi je préférais les livres imprimés avec des caractères en plomb. Est-ce uniquement sentimental, est-ce pour le toucher, le relief des lignes imprimées, est-ce pour le confort de lecture, ou serait-ce finalement, je m'en avise, à cause du papier plus épais?
Permalien Mardi 14 juin 2005 @ 16:37
Commentaire de: Yves Cambefort [Visiteur]
Un petit commentaire provocateur, pour vous montrer que j'ai visité votre blog...
"Exécrabe blancheur", dites-vous. Critique trop facile, de lecteur gâté, repu et blasé. Pendant des siècles, on a recherché la peau des veaux morts-nés, au besoin en faisant avorter les vaches; on l'a poncée, lissée, lavée aux acides ou aux bases, pour obtenir une surface la plus lisse et la plus blanche possible: l'authentique "vélin", dont nos papiers modernes du même nom ne sont que d'imparfaites imitations. Quant à l'encre, elle était naturellement aussi noire que le permettaient les techniques du temps. Si, aujourd'hui, ces textes anciens nous semblent écrits en bistre sur un support jauni, ce n'est assurément pas cela qu'avaient voulu leurs scripteurs!
Permalien Vendredi 9 septembre 2005 @ 11:39
Commentaire de: admin [Membre]
Yves Cambefort est entomologiste de réputation internationale, auteur notamment de travaux sur Jean Henri Fabre. Voir la septième chronique de cet ensemble, qui rend hommage à son œuvre.
Dominique Autié.
Permalien Vendredi 9 septembre 2005 @ 14:22
Commentaire de: feuilllle [Visiteur] · http://feuilllle.canalblog.com/
Je n'ai pas terminé toute cette lecture! Je suis constamment dans les définitions pour comprendre tous vos mots ;
Mais une question tout de même; j'ai comme la sensation que vous associez, dans le contenu comme dans le contenant, le savoir, la religion et leur histoire.
Est-ce le cas?
Permalien Samedi 24 juin 2006 @ 07:16

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML