blog dominique autie

 

Vendredi 24 juin 2005

07: 16

 

Joies de l'indexation

 

alphabet_jesus

 

J'ai mis à profit les premières journées de grosse chaleur pour me lancer dans la besogne la plus sombre, apparemment la plus fastidieuse, le plan pour l'addictif type : réaliser un index pour le blog.

Je ne vais pas produire une théorie à la clé de ce travail de Romain, mais rappeler tout de même que, comme la tablette sumérienne, une page électronique est essentiellement constituée de tableaux et de listes, c'est-à-dire d'index. L'hypertexte, c'est de l'index à couper au couteau. Pas de listes, pas de liens, pas de thésaurus au-delà de l'écran auquel j'accède au laser d'un coup de souris… autant dire pas de Toile – et mieux vaut alors se laisser enterrer vivant au milieu de sa bibliothèque (ou se faire empailler, histoire de tenir la dragée haute aux crématistes et à leurs théories sinistres).

Je n'ai donc fait que prendre le support au sérieux, répondre à son injonction. Le support, mais aussi – et d'abord – les visiteurs du blog. Combien de fois, découvrant un blog, j'aurais aimé, d'un regard, me faire une idée des sujets de prédilection, des lubies, des compétences de son auteur. Tout comme, devant un livre d'érudition que je découvre sur l'étal, je me reporte à l'index pour situer rapidement la démarche de l'auteur. On glane dans la seule consultation d'un index souvent plus d'informations sur l'ouvrage que dans la table des matières.

L'exercice n'est pas sans joies compensatoires : on trouvera trace, ici et là, de quelques partis pris, de mouvements d'humeur dont je m'acquitte par une entrée spécifique, par une définition malicieuse, voire par la simple omission de l'occurrence concernée.

Inutile, en conséquence, de me faire observer qu'il est tendance, aujourd'hui, d'utiliser l'odieux quoique impossible féminin du mot écrivain pour qualifier la femme qui écrit, qui est l'auteur d'un ou de plusieurs livres. J'ai constaté avec joie qu'elles sont nombreuses dans l'index, et il faudra que, vivantes ou trépassées, elles s'accommodent de mon légalisme : il n'appartient de modeler une langue qu'aux peuples, qui en sont les usagers (et parmi eux les écrivains, en constituent de simples sous-ensembles) ainsi qu'aux grammairiens d'en formaliser les règles. Que le politique se mêle de ce qui le regarde, il aura déjà bien à faire comme cela.

Je forme le vœu que seul un lecteur inattentif ou le visiteur fourvoyé se méprenne sur de rares entrées où le sérieux le plus grave simule la pirouette : ce n'est surtout pas par humour – dont j'aime dire que je suis dépourvu – que l'entrée porcelaine renvoie à éléphant, et vice versa.

Reste, sans nul doute, à peaufiner l'outil – et à le mettre à jour au fil des nouvelles chroniques. Je renonce à le relire pour la nième fois (je sens que Cédric va gagner son deuxième livre, car je lui promets de débusquer les cinq coquilles ou liens défectueux qui vont remplir d'un seul coup d'un seul sa carte de fidélité).

Enfin, je me risque à formuler l'hypothèse qu'un index, dans le cas d'un document mis en ligne, est un véritable outil interactif. Non d'une interactivité d'esbroufe ou de langue de bois, mais bien l'un de ces objets qui peuvent se façonner par et pour plusieurs, en utilisant les ressources que l'informatique met aujourd'hui à notre disposition. J'ai confectionné cet index dans une démarche qui m'est chère de piété scrupuleuse, une forme encore de wara' à l'égard de mes lecteurs. C'est leur instrument de navigation. Ils peuvent demander qu'on en perfectionne les organes, qu'on en améliore l'ergonomie à leur main.

Qu'on n'hésite plus à me bassiner à loisir, désormais, à coup de communication interactive et conviviale, d'interfaçage friendly : au lieu de tourner les talons, je proposerai une petite randonnée dans l'index (sacs à dos et rollers s'abstenir). Tant je suis persuadé – plus que jamais au terme de ces quelques heures de travail – que la mise en œuvre conséquente de tels concepts implique l'immersion dans ce que les experts des systèmes embarqués nomment les environnements sévères.

 

Alphabet de l'Enfant Jésus, Maison Alfred Mame & Fils, éditeurs à Tours, s.d. (ca 1914). Collection Dominique Autié.

 

Commentaires:

C'est en effet une excellente initiative.
Permalien Vendredi 24 juin 2005 @ 09:33
Commentaire de: ben [Visiteur]
Je suis surpris par une de vos phrases de votre dernière contribution : "il n'appartient de modeler une langue qu'aux peuples, qui en sont les usagers (et parmi eux les écrivains, en constituent de simples sous-ensembles)". Surpris car elle me remet en mémoire une autre de vos phrases : "On ne fait pas cela avec la langue !", qui ne m'a pas échappée pour au moins deux raisons : la première parce qu'elle concerne Céline (qui est - ne vous en offusquez pas - un auteur que j'apprécie), la seconde parce qu'elle est italisée (étiez-vous à ce point satisfait de cette sentence littéraire que vous avez éprouvé le besoin de me la faire sauter aux yeux ?). Vous avez donc compris mon étonnement, car s'il y a un bien un écrivain qui s'est permis de modeler la langue, c'est lui, en prenant en compte le langage argotique du peuple.
Le manque d'humour dont vous vous targuez ensuite m'a aussi renvoyé à cette page sur Céline. Et c'est vrai que c'est ce qui fait cruellement défaut à votre écriture : l'humour, et la base de celui-ci : la légereté. Bien sûr, manié avec peu d'attention et systématiquement, l'humour n'est que vulgarité ce qui le rend détestable. Mais songez à ce qu'un Romain Gary, un Albert Cohen par exemple, ont fait avec ce matériau.
L'ironie de tout ça (cette foutue ironie), c'est que je me rends compte qu'en vous faisant la leçon, je manque moi-même singulièrement d'humour.
Alors sans rancunes.
Permalien Vendredi 24 juin 2005 @ 10:59
Commentaire de: cedric [Visiteur]

Voguant sur ce nouvel index, clair et pratique, au gré des mots fixant mon regard, me forçant alors à étudier la chronique y étant liée, j'ai, si je ne m'abuse, débusqué deux coquilles qui ne demandaient qu'à être découvertes.

"Alain" renvoya à "De la roue, avec la langue". Lecture attentive habituelle et contact avec un mot étrange dans la deuxième note de bas de page : "uninanimiste". Vérification : en effet, le premier "ni" est de trop. A mon sens.

"Wara'" renvoya à "Wara'[I]". 'Le saint soufi des premier siècles'. L'avez-vous remarqué également, le 's' manquant? A mon sens.

Quel jeu amusant, cet esprit de vérification/correction. Encore une fois, c'est quand il faut bien chercher, car rare, que c'est amusant!

Humblement et cordialement.
Permalien Vendredi 24 juin 2005 @ 11:53
Commentaire de: Lambert Saint-paul [Visiteur] · http://lambertsaintpaul.hautetfort.com/
Une belle initiative pour vous (re)découvrir davantage. Bravo !
Permalien Vendredi 24 juin 2005 @ 20:02
Commentaire de: cedric [Visiteur]
Nouvel arrivage de coquilles. (Serait-ce la saison?)

"Par la bande" Premier paragraphe : "...,par ce que c'est Apollinaire.". L'espace entre 'par' et 'ce' n'est-il pas de trop?

"La Passion de Hallâj" Dernier paragraphe : "Ma peur de l'autre n'est pas sortie pas intacte...". C'est ce qui s'appelle 'faire un pas de trop', n'est-ce pas?

"Cékoa?" Troisième paragraphe : "campagne prédidentielle...". Inutile de préciser.

Je tiens à ajouter ici que je ne me réserve le droit de recevoir un deuxième livre qu'une fois la lecture du premier entièrement achevée, dans l'hypothèse évidemment où vous projetiez de m'en renvoyer un. Autre possibilité, monter le nombre de coquille à signaler à 10 ou 15, histoire de corser le défi, de monter la barre, de relever le niveau. Vous êtes le maître des lieux, j'attends votre vision de la chose.

Toujours aussi ludiquement.
Permalien Samedi 25 juin 2005 @ 11:37
Commentaire de: Stalker [Visiteur] · http://stalker.hautetfort.com
Superbe boulot cher Dominique.
Quel travail cela a dû représenter, pour faire taire les cons.
Ouf, par quel miracle avez-vous réussi à ne pas me faire souffrir la présence de Pierrot Assou(p)line, cela, les dieux du verbe sauront vous le compter...
Mes amitiés.
Permalien Samedi 25 juin 2005 @ 19:18
Commentaire de: cedric [Visiteur]

Dans "Amoureuse cristallisation", vous utilisez l'expression "défendre bec et ongles" en mettant un 's' à "bec".

J'ai fait une petite recherche, il me semble qu'il n'y a pas de 's' à "bec" dans cette locution.

A vérifier et à confirmer.

Cordialement.
Permalien Dimanche 26 juin 2005 @ 16:50
Commentaire de: Marie Pierre DAUGÉ [Visiteur]
Je mets dès à présent cette page de votre blog
en tête de mes lieux intellectuels favoris.
Cet index est pour moi une promesse
de découvertes de relectures
au gré de mon cheminement,
au gré de mes réflexions.
Merci pour cet outil dont je connaissais
les parcours autorisés par le papier,
merci pour votre patience à l'élaborer,
merci d'accompagner ainsi vos lecteurs.
Je vais en découvrir les usages à l'écran
et c'est une joie sans mélange.
En toute amitié,
Marie Pierre.
(Commentaire un peu tardif dû à un voyage à Paris qui s'est déroulé sous d'heureux auspices pour moi)
Permalien Jeudi 30 juin 2005 @ 18:25
Commentaire de: frédéric [Visiteur]
Bonjour,

Je viens récemment de découvrir votre site via Roger Caillois. Cet index me promet de très belles découvertes.
Aussi, puisque vous faites de la chasse aux coquilles un amusant jeu, je me joins à Cédric sans complexe et vous signale aujourd'hui que :
-Furtwängler est un chef d'orchestre et non un cher d'orchestre
-à l'entrée "passoire", il y a une inversion entre le e et le i de soleil (ce qui donne "soliel")
(Ces remarques concernent l'index)

Cordialement
Permalien Jeudi 1 décembre 2005 @ 18:21

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML