blog dominique autie

 

Mercredi 14 septembre 2005

07: 09

 

L'œuvre en ligne
de Karim Louis Lambatten

 

enoch

llkkll.blogspot.com

 

 

«
En voyage en Égypte, un architecte allemand remarque sur les bords du Nil un maçon arabe en train de construire une maison de pisé. S'approchant, étonné par l'ampleur et la qualité de l'ouvrage, il lui demande : Elle est bien belle ta maison, tu peux me montrer ton plan, que je voie ce que ton travail va donner une fois qu'elle sera achevée ? Et l'Arabe de lui répondre en souriant :
Comment veux-tu que je te montre un plan de ma maison, alors que je n'ai même pas fini de la construire ?
Cette anecdote, que je tiens du maître qui m'enseigna la construction à l'école d'architecture, m'a toujours semblé riche de sens et représentative de l'abîme qui existe entre l'Orient et l'Occident, comme celui qui se creusa entre les maçons de l'époque romane et les tailleurs de pierre du gothique.
En ce sens, je pense que toute la littérature prophétique, sacrée, ancienne doit impérativement s'aborder comme une plongée charnelle dans le monde, comme le lieu de la méditation et la médiation avec les forces qui nous façonnèrent. Ces textes sont véritablement le dernier rempart de l'âme dans ce monde désincarné et transparent, ils sont un véritable refuge pour qui cherche la main consolatrice.

Voilà ce que répond Karim Louis Lambatten quand nous lui demandons pourquoi cette prière intérieure et ce mouvement méditatif – ces termes sont encore les siens pour tenter de qualifier sa démarche – qui suivra scrupuleusement le texte du Livre d'Enoch.

Je me répète souvent, ici même : l'Écriture appelle l'écriture – nous ne pouvons faire mieux que prêter notre effort à une langue qui nous est immémoriale. Mais nous ne pouvons rêver mieux que cette tâche qui nous est assignée : sans relâche, comme d'autres veillent tandis que nous dormons, écrire – c'est-à-dire malaxer, pétrir encore la chair de textes en quoi le Verbe s'est investi… Le Cantique des cantiques, l'histoire de Joseph ainsi que Thomas Mann, telle épopée de l'Inde antique… Écrire hors les mots, comme le fait Karim Louis Lambatten, peut être une ascèse plus grande encore – l'anachorète loge hors les murs.

Les livre d'Enoch (ou Hénoch) comptent parmi les pseudépigraphes de l'Ancien Testament, ces écrits intertestamentaires dont la découverte des manuscrits de la mer Morte dans la grotte de Qoumrân en 1947 a permis, pour nombre d'entre eux, de préciser sinon l'origine, du moins le cheminement mystérieux. Des fragments araméens des première, troisième et quatrième sections du Livre d'Hénoch (il existe deux autres textes qui font référence au patriarche biblique, dont un Livre des secrets d'Hénoch) ont ainsi été retrouvés à Qoumrân [1]. La version complète, connue seulement depuis le dix-huitième siècle, est éthiopienne.

Hénoch a transmis à son fils Mathusalem les secrets de la Création qui lui furent révélés lors de son enlèvement au ciel. On reconnut en lui, dit le texte du Livre au chapitre LXXI, le Fils d'homme qui vécut sur terre. Certains ont vu dans cette expression la clé d'une tradition selon laquelle le Christ aurait connu par cœur le Livre d'Hénoch et, sans que les Évangiles en mentionnent explicitement la référence, l'aurait cité plus que tout autre tout au long de sa vie publique.

C'est ce texte antédiluvien que Karim Louis Lambatten se fixe de maçonner au jour le jour, dans la stricte suite de ses cent huit chapitres. « LKL », ainsi qu'il se signe, avait annoncé son chantier, sa maison de pisé :
Avec le temps, je vais me mettre en ordre de bataille. Comprenez-moi. Il y a trop de parleurs, trop d'intelligences désincarnées. L'art n'est pas intellectuel, l'art est un pur don, l'art est une terreur sacrée qui vient du grand « dedans ». L'art est l'expression de la joie sauvage. Seule la beauté éternelle me touche, là où il n'y pas de sentiments, là où se trouvent les Nombres et les Formes et les Corps, et la certitude minérale de l'affirmation par la Mandragore (la « Main de Gloire »). Les substances vont sortir de la nuit. Et l'ordre secret et nocturne par l'énigme. En silence. Seul l'acte libère par la matière.

Je retrouve encore ce passage d'un des messages électroniques de LKL :
«
Je crois, éperdument, à la beauté, terrible et souveraine.
À Celle qui est assise dans le noir attendant le retour de son Époux.
Je crois à votre amitié.
Je crois.

»

Le Livre d'Enoch
Le site

 

[1] Sous la direction d'André Dupont-Sommer et Marc Philonenko, La Bible – Écrits intertestamentaires, collection « La Pléiade », Gallimard, 1987, pp. LIX sq.

 

 

Permalien

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML