blog dominique autie

 

Mercredi 19 octobre 2005

07: 29

Minuscule caillou votif pour les alexithymiques

 

Le don de langue

 

st_sernin

 

Noté, sans date :
«
blanc_margeDeux passants, le visage radieux. La cinquantaine.
Un homme, une femme. Amis plutôt qu’amants
– ou peut-être des amants sublimes, alors.
À portée de voix, il se révèle qu’ils s’entretiennent
avec douceur dans une langue qui ne ressemble
à aucune de celles qu’emprunte
l’acoustique mondialiste de nos mégapoles.
Charme et grâce absolus.

»

 

Les lieux, en revanche, sont à ce point scellés que je ne peux depuis lors emprunter cette rue, qui transite le marcheur de la raideur des boulevards à la rotondité des absidioles de Saint-Sernin, sans guetter leur silhouette et leur voix. Une seule silhouette, une voix mêlée.

Ce qui s'est passé est étrange, mystérieux – pour une part, inquiétant.

Il arrive souvent que nous côtoyions un instant des langues étrangères. Nous nous retournons, et c'est bien le diable si une physiognomonie empirique ne nous désigne un continent, un rivage, un massif, une Patagonie. Il n'en faut pas plus pour nous rassurer, ne pas nous faire perdre de vue que l'on descend à la prochaine.

Or, cet après-midi-là, rue Saint-Raymond, c'est exactement le doute inverse qui m'a saisi à la tignasse, m'a insensiblement tiré l'asphalte sous les pieds : c'était moi soudain qui n'identifiais plus les sonorités les plus familières, les mots de la plus simple évidence – la voix de ces deux êtres ne devait pas, ne pouvait pas ne pas m'être mienne. [Sentiment que la direction flotte, quand il y a soupçon qu'un pneu a crevé et que l'on va rouler sur la jante.] Et s'ils s'étaient adressés à moi pour me demander leur chemin ? S'il m'avait fallu articuler le moindre mot ?

[Et cela n'arrive jamais au bon endroit, pas un pouce de terre-plein qui autorise à immobiliser le véhicule au plus vite.] Déroute.

Comme si entendre notre langue était un don qui pouvait, d'un instant à l'autre, nous être retiré.

 

 

Basilique Saint-Sernin, Toulouse, crypte inférieure.
Photographie de Mosé Biagio Moliterni.

 

 

index_lkl
sur l'alexithymie
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
Cliquez ici


sur l'alexithymie
Lignes d'erres… (fragment) par Karim Louis Lambatten.

Commentaires:

Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://www.alinareyes.com
Belle illumination, Dominique.
Tout est dans la relativité du "notre" . Les "amants sublimes" parlent, oui, une langue que nul autre qu'eux n'entend.
Permalien Mercredi 19 octobre 2005 @ 09:08
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Vous avez dû éprouver sur le plan auditif ce qu'éprouvent visuellement (du moins, je l'imagine) les personnes qui ne savent pas lire. Le mystère, les repères envolés, la solitude des sens dans un univers de fusion. Bah, sans doute parlaient-ils amour fou, tout simplement.
Permalien Mercredi 19 octobre 2005 @ 09:42
Commentaire de: Feuilly [Visiteur]
Vertige qui saisit le lecteur d'un dictionnaire quand il découvre qu'un terme banal, qu'il connaît bien, peut avoir d'autres sens, inconnus de lui. L'impression alors que tout vacille, les certitudes de la langue, la compréhension des textes déjà lus, les paroles entendues. Et si ma langue m'était finalement inconnue? Ce serait le drame le plus absolu, le désespoir existentiel le plus fondamental. Ah, cette impression d'un instant d'être un étranger dans sa propre langue!

On se rend compte alors que la langue existe en elle-même, indépendamment de ses locuteurs. Je ne suis plus qu'un être de passage qui navigue sur l'immense océan des mots. Après moi cet océan continuera à vivre à son rythme, selon sa logique propre. Mais il conviendrait plutôt de parler de mer s'agissant de la langue maternelle.
Permalien Jeudi 20 octobre 2005 @ 10:11
Commentaire de: ira [Visiteur]
Évidemment le don de langage peut être élargi. Vous avez eu la chance à entendre
la musicalité de la langue des amants.
À ce moment-là avez-vous continué à penser dans votre langue familière?
Permalien Jeudi 20 octobre 2005 @ 22:35

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

août 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML