blog dominique autie

 

Mercredi 14 décembre 2005

05: 31

Célébrations

 

I

 

La gomme

 

gommes

 

[Ici même, Jacques Layani a rappelé l'existence, jadis,
de « Célébrations », une collection de petits livres de format carré
créée par l'éditeur Robert Morel.
Je lui offre donc, ainsi qu'à Martine Layani-Le Coz,
cette série de chroniques dont il m'a, sans le vouloir, donné l'idée.
Commençons sagement.]

 

 

 

Il est d'autant plus convenant de célébrer la gomme que le crayon à papier est hors d'usage. Détenir une gomme, n'est-ce pas contraindre l'ordre des choses ? prendre soin d'un mot magnifique : la plombagine ?

*

Je force le trait, on l'aura compris. J'ai, dans deux anciens pots à moutarde en grès, un grand nombre de crayons à mine grasse (pas moins de 2B, et jusqu'à 5B). Je suis équipé de taille-crayons en conséquence, dont un à manivelle. J'ai toujours dans ma poche intérieure de veste (dans le holster) deux porte-mines, d'un modèle qui n'est plus commercialisé (j'ai acquis, à temps, la dernière boîte de dix que détenait la papeterie de mon quartier) : ils sont gainés, à la base, d'un coussinet soft touch, agréable aux doigts. Sous le capuchon supérieur, une minuscule gomme, elle-même très douce, est sertie dans l'embout d'accès à la réserve de mines. Mais on ne trouve pas, que je sache, de mines de calibre 0,7 plus tendres que la référence 2B. [Il m'arrive – outre les notes que je prends lors d'entretiens professionnels et celles que je consigne sur le feuillet glissé à cet effet dans le volume en cours de lecture – d'écrire encore certains textes au crayon. Je pratique la rature comme d'autres l'eau-forte ou le tag.]

*

Entre la gomme et le papier de verre : la gomme à encre. Même neuve, elle semble pétrifiée, essorée de toute humidité (parente de la pierre ponce). Est-ce par convention, cette couleur bleu acier, dans la masse ? Si elle ne troue le papier, elle y laisse une ecchymose. Comme un nez meurtri au milieu de la figure, ça jure qu'il y a eu pâté, accent excédentaire ou mal orienté, barbarisme. [Je n'ai jamais vécu sans gomme à encre dans mon plumier ou mes tiroirs. Je n'ai pourtant pas mémoire de m'être jamais servi de cette Intouchable.]

*

Je détiens, depuis de fort nombreuses années, deux gommes de marque Staedtler. Je n'ai pas à me préoccuper qu'on les trouve encore ou non, de cette qualité, dans le commerce. Elles ne s'usent qu'imperceptiblement, de même qu'elles ne blessent pas le papier, paraissant ne s'en prendre de façon sélective qu'au graphite. Je ne les utilise que pour effacer les notes qu'un lecteur a laissées, au crayon, dans les marges – et, souvent, les soulignements dans le corps du texte – de livres de seconde main que j'achète chez les bouquinistes. Il me faut bien le concéder : les autres n'existeraient pas, je n'aurais jamais eu de gomme.

*

Il conviendrait d'avoir toujours une ou deux gommes dans ses poches. Comme autrefois les vieux – c'était un couteau à la lame étriquée, un bref morceau de ficelle, un noyau racorni contre le rhumatisme.

– Et la gomme ?

 

*interlettreinterlettre*

*

 

À suivre.

 

 

 

Commentaires:

Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Serviteur.
Permalien Mercredi 14 décembre 2005 @ 09:37
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
A présent, un commentaire plus élaboré. Je continue moi-même d'user de crayons dits "noirs" ou "à papier" (voire "de papier") ou bien encore "de cahier" comme on disait quand j'étais petit. J'use aussi de gommes Staedtler, incontestablement les meilleures ; elles ont constitué une révolution dans la technique de l'effacement ; de plus, elles sont rigoureusement inusables. Enfin, je m'aperçois que, lisant à l'écran cette chronique, je tripote nerveusement (pour ne point écrire : convulsivement) un crayon à papier dans la main gauche et... la souris dans la dextre. Ainsi s'unissent les époques et fusionnent-elles, entre gauche et droite, dans ma misérable personne.
Permalien Mercredi 14 décembre 2005 @ 09:44
Commentaire de: Philippe[s] [Visiteur]
Mais il me semble qu'il manque les habituelles références de la photo, et en particulier la mention "coll. part." !
Permalien Mercredi 14 décembre 2005 @ 11:16
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
Connaissez-vous Brodart?

Ils ont toute une gamme de produits spéciaux pour nettoyer et protéger les livres:

http://www.shopbrodart.com/shop/toc/toc.aspx?nodeid=a0836591f7e644879b8c08f7b654e1bf&toc=default

C'est un fournisseur américain d'accessoires pour bibliothèques. Ils vendent aux particuliers à l'étranger et acceptent les mails en français.
Permalien Mercredi 14 décembre 2005 @ 18:49

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML