blog dominique autie

 

Lundi 9 janvier 2006

07: 11

 

Mais qu'on fasse donc fouetter ce vent fou !

 

marilyn

 

 

Il ne faut pas suggérer devant un natif (on disait, jadis, un naturel) de Toulouse que sa ville souffre d'un des pires climats de l'hexagone. Le vent d'autan, qui m'a fait rebrousser chemin en ce matin d'Épiphanie, en fournit pourtant une preuve irréfutable, parmi bien d'autres (après avoir traversé la rue pour acheter ma première galette des Rois à la frangipane [1], je prétendais faire le tour de Saint-Sernin et présenter mes vœux à quelques bouquinistes ; plusieurs fois bousculé, sur ces quelques mètres, par des passants que le vent hystérise, je me suis engouffré ici, pouvant enfin mettre un nom sur la pénible sensation d'impuissance et d'angoisse que j'éprouvais depuis l'aube).

Vous n'échappez pas à l'autan : même calfeutré à demeure, vous le sentez vous balayer l'intérieur de la boîte crânienne. Dans l'un de mes précédents domiciles toulousains, plusieurs mètres séparaient ma table de travail de la fenêtre ; un jour que celle-ci était entrebâillée à l'espagnolette, j'ai vu fuir soudain, halluciné, la feuille de papier posée devant moi ; à peine avais-je senti courir la langue de vent – telles, je l'imagine, les langues de feu de la Pentecôte, mais avec l'autan c'est le Mal, la folie, non l'esprit de Dieu, qui vous visitent.

Je ne force pas le trait en évoquant la folie : j'ai bien connu le Pr Louis Gayral, psychiatre toulousain pétri d'une culture de l'ancien temps, un diagonal, un ami de l'Homme. Il avait consacré un imposant travail clinique aux effets du vent d'autan sur ses patients de l'hôpital de la Grave. Il souriait de ma hantise de l'autan – c'est pour cela, me confirma-t-il, qu'un Parisien, vivrait-il sa vie entière ici, ne sera jamais l'un des nôtres. Qu'ils restent donc, avec leur vent !

[J'ai sous les yeux, à l'instant, pour mieux conspuer l'autan par ces quelques lignes, l'attachant petit livre de Christian Delfau [2] que j'ai eu plaisir à éditer il y a vingt ans. Il fourmille de dictons, d'anecdotes, de références vétérinaires qui font état, le plus scientifiquement du monde, des effets délétères de ce foehn occitan. Même le chapitre platement météorologique est effrayant.]

Le plus exaspérant pour celui qui, comme moi [3], n'a aucune bonne raison d'intégrer cette calamité dans sa panoplie de chauvinisme local, c'est que ce vent ne sert à rien. Il est l'arbitraire même. Une humiliation. Hérodote raconte comment Xerxès, roi de Perse, en 480 avant J.-C., fit fouetter les eaux de l'Hellespont pour punir la mer d'une tempête qui avait ruiné le dispositif construit par ses troupes pour franchir le détroit. Xerxès indigné ordonna d'infliger à l'Hellespont trois cents coups de fouet et de jeter dans ses eaux une paire d'entraves. J'ai entendu dire aussi qu'il avait envoyé d'autres gens pour marquer l'Hellespont au fer rouge. En tout cas, il enjoignit à ses gens de dire, en frappant de verges l'Hellespont, ces mots pleins de l'orgueil insensé d'un Barbare : Onde amère, notre maître te châtie parce que tu l'as offensé quand il ne t'a jamais fait de tort. Le roi Xerxès te franchira, que tu le veuilles ou non ; et c'est justice que personne ne t'offre de sacrifices, car tu n'es qu'un courant d'eau trouble et saumâtre. Ainsi fit-il châtier la mer. Hérodote a tort de hurler avec les loups et de voir dans cette juste colère un symptôme de barbarie (d'autres en ont tiré argument du dérangement d'esprit du Roi des Rois).

Xerxès eût-il dû ce matin franchir la Garonne, il aurait fait fouetter le vent. Et je lui aurais prêté main forte.

[Comme la pâte des cachous Lajaunie – invention d'un pharmacien toulousain –, qu'il était impossible de faire lever les jours de vent d'autan, cette chronique a refusé de lever. Écrite contre vent et torpeur débilitante due au vent, elle m'échappe, une salve de vent fou est venue la cliquer, en enregistrer le brouillon avant même que je lui programme ce statut, de sorte qu'elle a figuré sur le blog, ce dimanche, inachevée, échevelée, les jupes relevées, pendant une petite heure avant que je m'aperçoive de ce mauvais coup du vent.]

 

vent d'autan toulouse

 

[1] Vers le 15 décembre, je suis parvenu à faire enlever l'étiquette Galettes des rois [sans r majuscule, évidemment] que ma boulangère avait disposée devant des gâteaux individuels feuilletés à la frangipane qu'elle commercialisait depuis le matin. Maltraité par la vendeuse à qui je faisais part de mon indignation, j'ai demandé à voir la patronne, à qui j'ai expliqué qu'il était désormais inutile d'enseigner l'Histoire sainte à un enfant qui, dès la mi-décembre, pourra tirer sa mère par la manche pour qu'elle lui achète une galette des Rois. Insulte d'un client qui attendait son tour, soutien émouvant d'une vieille dame intrépide. Toujours est-il que, le lendemain, il n'était plus mentionné que la frangipane. Petite croisade dérisoire (sans excuse, l'autan ne soufflant même pas ce jour-là), je l'accorde afin qu'on s'épargne la peine de me le faire observer dans les commentaires.
[2] Christian Delfau, L'Autan, vent fou, Privat, 1986. La photographie de couverture est de Jean Dieuzaide. Je n'ai pas retiré, pour scanner le livre, le papier cristal qui recouvre mon exemplaire : il a magnifiquement vieilli, je crains de ne pouvoir le replacer, ou de le déchirer en cherchant à le dissocier de la couverture. Il donne au cliché un côté laiteux et flou qui protège de l'étrange crudité de l'air, les jours où souffle l'autan.
[3] Né à Bourg-la-Reine – je le revendique, à cause de Péguy.

Marilyn Monroe, D.R.

 

 

image_index_da10
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…

Cliquez ici

Sternutation d'origine allergique un jour de vent d'autan (D.R.)

Commentaires:

Commentaire de: Alina [Visiteur] · http://amainsnues.hautetfort.com
Ah, Dominique, vous me faites éternuer, non d'allergie mais de rire ! À vos amours ! Et pour ce vent, munissez-vous de lanières de soie !
Permalien Lundi 9 janvier 2006 @ 09:04
Commentaire de: Marc Briand [Visiteur] · http://catherine.briand.club.fr/index.html
Personne ne l'aime ce vent d'autan, à part Mireille Sorgue qui écrit dans "L'Amant":
"Je sors à sa rencontre pour voir le vent couler en crue dans la rue, pour l'entendre venir d'autres rues, et toute une géographie en creux, relief inverse de la ville, m'est alors révélée.
La ville, qu'on croyait compacte et close, est ouverte, proie des chevaux sauvages, des eaux.
Ville bien irriguée,
Ville inondée, lavée,
Ville nue,
surprise dans sa nuit par les souffles étrangers,
Ville proche soudain de la mer,
Ville qui ne dissimule plus la terre,
Ville prise, ville pillée,
Ville habitable enfin.
Le vent, plus que la Garonne, me plaît à Toulouse. Il dure trois jours et trois nuits, et c'est chaque fois un temps d'allégresse.
Je suis sortie parfois.

Mais, le plus souvent, j'habite le silence de ma chambre."
Permalien Lundi 9 janvier 2006 @ 10:26
Commentaire de: Feuilly [Visiteur]
N'oublions pas que le vent peut devenir thème littéraire, tel celui des hauts plateaux décrit par Giono dans ses romans. Ce vent qui s'infiltre partout et fait trembler les vieilles maisons.
Permalien Lundi 9 janvier 2006 @ 12:49
Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Plus exactement, Feuilly, le vent est, chez Giono, un personnage plutôt qu'un thème.
Permalien Lundi 9 janvier 2006 @ 16:20
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
A cette occasion, on découvre que Marilyn Monroe se faisait soulever les jupes devant la Fleurette Jewelry. Cette info en vaut bien une autre.
Permalien Lundi 9 janvier 2006 @ 20:46
Commentaire de: Sébastien [Visiteur]
Un roman de James Ballard s'intitule 'Le Vent de nulle part'. Dans ce livre, le vent en furie détruit tout sur son passage, laissant les humains désemparés. Fort heureusement, le vent d'Autan, que je subis moi aussi lorsque je vais à Toulouse, est plus clément.
Permalien Mardi 10 janvier 2006 @ 09:29
Commentaire de: Lambert Saint-Paul [Visiteur] · http://lambertsaintpaul.hautetfort.com/
Et si vous songiez à inviter Éole à manger une part de tarte à la frangipane accompagnée une infusion de ciguë au miel ?
Permalien Mardi 10 janvier 2006 @ 11:21
Commentaire de: Jean-François [Visiteur] · http://www.canaldumidi.com
Personne ne l'aime ce vent d'autan, à part Mireille Sorgue...
... et moi !

Pourquoi me donne-t-il envie de sortir, d'aller à sa rencontre alors que tout le monde le maudit ? Je ne sais l'expliquer.

Souvent, lorsque j'étais gamin, je m'amusais à lui faire face jusqu'à ce qu'il m'empêche de respirer tellement il était fort.
Parfois, j'essayais de me laisser transporter en lui tournant le dos, mais il n'était pas fidèle, ses rafales, toujours imprévisibles me laissaient parfois tomber lorsqu'elles cessaient brutalement.
Qu'importe, je l'aime toujours !

Il est vrai qu'à Mazamet, il souffle bien plus qu'à Toulouse
Permalien Mardi 26 septembre 2006 @ 12:14

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML