blog dominique autie

 

Mardi 24 janvier 2006

07: 06

 

Les cantates d'El Gato

 

el_gato

 

Je vous remercie de m'avoir posé cette question (le Général à Michel Droit).

chapters_gato

Que sont donc les cantates de Gato Barbieri ?

Rien de moins, rien de plus que les deux premiers chapters, dont voici les pochettes originales.

Dans l'ensemble, El Gato a opéré sur trois registres : un assez pénible copier-coller latino de Ray Conniff (et Dieu sait pourtant…) [1] ; de brèves incursions dans un free-jazz inaudible par moi ; et quelques sessions véritablement inspirées, dont Chapter One et Chapter Two, enregistrés en 1973 [2], un an après que le Gato composa la musique du Dernier Tango à Paris.

Il existe un Chapter Three, dont je viens par probité de vérifier qu'il s'agit bien d'une vague musique de patio sans commune mesure avec les deux précédents titres. Et même un Chapter Four, dont je découvre à l'instant l'existence, réédité en CD cet automne, qui consisterait en un live new-yorkais de 1975 ; why not ?

Venons-en au fait. Les deux premiers chapitres sont tout bonnement à classer dans le genre cantate pour la raison que G.B. compte parmi ces musiciens qui parviennent à hausser leur instrument sur le registre de la voix.

Cela advient par accès, par flux extatique. C'est la anche qui, d'abord, se fond avec les lèvres – la transmutation n'est remarquée que de l'instrumentiste seul –, puis tout y passe : le bocal, le corps, la culasse et le pavillon. Les cordes vocales se coulent dans le laiton.

Toutefois, nous sommes assez loin de la performance de la basse de viole, dont Pascal Quignard, dans des pages nécessairement admirables, a longuement exposé l'aptitude à restituer la voix humaine. Ici, c'est le cri de la truie qu'on égorge que parvient à proférer El Gato, et force est de reconnaître que l'effet peut bouleverser. Chapter One et Two constituent donc deux cantates porcines auxquelles je recours lorsqu'une fin de journée a couleur, odeur et goût d'abattoir. Ces deux disques sont ma dernière musique, celle que j'écoute quand aucune autre n'est plus susceptible de me réparer.

[J'avais commencé à préparer cette chronique pour répondre à l'interrogation – teintée de perplexité – de Philippe[s], et je reçois aujourd'hui la réédition de ces deux albums, qui date déjà de 1997. J'avais péniblement mis la main sur le seul Chapter One en CD, reprise du vinyle d'origine restitué sans couleur, sans étoffe, privé surtout de toutes basses, qui faisait amèrement regretter ma vieille platine Thorens disparue dans un déménagement. Cette fois, c'est chirurgical : rien ne vous est épargné de l'extravagante quincaillerie des percussions latinos, et mon caisson de basses m'a demandé si j'avais pété un plomb, ou quoi ? Réponse : tout ce beau monde, en studio, devait fonctionner au peyotl, impossible autrement. Y compris – vingt ans après, encore sous l'effet de la grâce efficiente – les gens d'Impulse, en 1997, qui en ont perdu le sens commun, puisqu'ils ont tout simplement pressé l'étiquette du CD1 sur le CD2 et vice versa – j'ai mis quelque temps à comprendre ce qui avait bien pu se passer, ni le nombre des plages, ni leur durée, ni les inédits (connaissant l'opus par cœur, jusqu'en ses moindres convulsions) ne correspondant aux indications du livret.]

Une fois que le Gato a fait son œuvre, je souhaite bonne nuit aux équarrisseurs et je vais respirer ma bolée de dioxyde de carbone dans la Private City de John Surman.

 

 

[1] Heureuse circonstance : ici, les points-virgules en salve s'imposent.
[2] Ces deux albums sont réédités en double CD sous le titre Latino America – Impulse Master Sessions [troisième vignette, ci-dessus], Impulse (Universal), ASIN : B000024VFO. Disponible à un prix abordable sur le site d'Amazon Allemagne, cette réédition bénéficie d'un remixage digital impeccable et comprend des prises inédites de ces sessions.

Gato Barbieri, d'après cliché Philip Melnick, Chapter One, Impulse Records, 1973.

saxo

 

CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…

blanc
Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: Jean François Dézier [Visiteur]
Hélas oui, les éjaculations stridentes des années 70 de Gato ont depuis bien longtemps déserté son jeu. L'urgence du souffle des chapters I & II s'est trop vite noyée dans un lyrisme qui bien que roboratif est devenu au fil du temps la clef d'une musique clichée d'elle même.
Dans ces années là, nous étions quelques uns à rêver d'une transmutation du Chat en un Super félin rugissant à la vie, à la mort et pour toujours. Aveugles étions-nous, le chat miaule aujourd'hui gentiment dans nos ascenseurs.
Il faut réanimer le Gato avant qu'il ne meurre !

Permalien Vendredi 21 avril 2006 @ 22:17

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML