blog dominique autie

 

Mardi 7 février 2006

05: 16

Célébrations

 

V

 

La pistache
pistache

 

Contrairement à la poire ou la cerise, dont l'essence gustative subit le martyre du formatage auquel l'industrie agroalimentaire soumet le parc humain, la pistache semble ne figurer parmi les fruits du Jardin que pour stimuler la réactivité, la flexibilité, l'excellence des Sup' de Co – sorte de hochet que le Créateur, dans Sa plus grande Sagesse, aurait concédé à ses enfants dévoyés, le tas de sable où il escomptait qu'ils fassent sagement des pâtés.

[Cette idée n'est qu'à demi rebutante. Un rhumatologue chrétien m'avait expliqué jadis, alors que je le consultais courbé par une méchante sciatique, que Dieu avait placé un maillon faible en L4-L5 pour que l'Homme disposât d'un accès à la souffrance qui active la Rédemption dans le corps (à la façon des exhausteurs de goût dans les entremets industriels). Chaque spécialiste, affirmait-il, peut ainsi désigner – pour le système digestif, les voies respiratoires, la circulation sanguine… – le point névralgique du Salut qui ressortit à sa compétence. Quoi qu'il m'en coûte, les Sup' de Co sont à compter dans la Communion des Saints. Dieu leur a prévu la pistache.]

*

Péniblement décortiquée, au risque parfois de vos dents, la pistache servie à l'apéritif s'avère sans goût, honteusement salée par le Sup' de Co de Bénénuts. Oubliez le sachet entamé, le fruit malmené ne tarde pas à perdre sa saveur normée. Retrouve-t-il son goût originaire (le sentiment de mordre de la poussière qu'on aurait compactée pour en faire une friandise) ? ou la pistache, comme la mandragore, recèlerait-elle quelque génome diagonal ? Chimère mi-légume, mi-sapiens dont les fruits nécrosés, petites couilles verdâtres d'Homme à tête de chou, muriraient une aberrante métamorphose, il se peut que la pistache soit notre prochain petit singe vert. Le dernier.

De là son avant-goût de cadavre.

*

Deux lacunes dans la discographie de L'Art de la Fugue : la version sur verres à moutarde par l'ensemble contemporain de l'Orchestre national de Dijon ; et la transcription pour cornet à pistache, que Satie a peut-être écrite.

*

Enfant, j'ouvrais à la lettre K tout dictionnaire qui me passait entre les mains. J'étais certain d'y retrouver en vignette mon oiseau pointu. Aujourd'hui, le kiwi est un nutriment qui, s'il n'est pas le fruit d'une étude de marché, a été conçu à l'instigation des services secrets soviétiques. Faute d'obtenir les effets toxiques recherchés dans les territoires occupés par l'armée US, il s'est révélé un produit déclinable à toutes les sauces, dont la culture sous licence a contribué au redressement économique de pays anciennement situés au-delà du rideau de fer.

Bill Gates l'a bien dit : pour survivre dans la société mondialiste, la paranoïa seule est un viatique fiable. Derrière le kiwi, les fruits de la passion, le lait de soja, la pistache et le yaourt light – toutes choses ignorées du monde en mon enfance –, se tiennent un Sup' de Co, un communiste, un Chinois (n'oublions pas les litchis, qui sont des yeux d'espions occidentaux, victimes du supplice des Cent Morceaux, baignant dans leurs dernières larmes).

kiwi

Pistache :
une gomme (qu'un Sup' de Co pourrait même innover dans l'excellence et la flexibilité avec la promotion d'une gomme À saveur pistache, afin de mieux prémunir l'usager contre tout rapprochement intempestif entre l'objet et la sphère, désuète, de l'écrit).

Pistache :
un fond de robe, dans les pages ad hoc du catalogue de La Redoute.

Pistache :
une gamme collector en combinaison fruitée Volvic Magic Pistache (Les monts d'Auvergne ont la saveur des boules de glace de votre enfance [j'aurais pu être chanteur de rock anglais mais aussi un Sup' de Co présentable].

Pistache :
ma prochaine monture de lunettes ?

*

Jadis, le pape disposait dans sa suite d'un Grand Moutardier, homme lige, officier des condiments et des sicaires, chargé du sous-main quand il s'agissait de soulager le pontife d'une toux rebelle ou d'un soudain accès de colère. Il se prend pour le Premier Moutardier du pape. Mes proches connaissent cette expression, qui m'est familière. Toujours, elle porte.

Si j'étais pape, ou très riche, j'aurais mon Grand Pistachier, dont la première mission officieuse serait de veiller à ce qu'aucun Sup' de Co ne lorgne dans le contenu de mon assiette.

*

De tendres plafonds pistache relevés de stuc blanc.
Ce sont les plafonds de Paul Morand, cités pour exemple de l'emploi (invariable) de pistache comme adjectif par le Petit Robert.

On en mangerait, disait ma mère.

 

*interlettreinterlettre*

*

 

 

Célébration de la gomme
Célébration du fond de robe
Célébration de l'eau minérale
Célébration des myopes

 

À suivre.

 

 

cornet
CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX
Retrouvez une chronique ancienne
Naviguez par thèmes…
blanc

Cliquez ici

Commentaires:

Commentaire de: Jacques Layani [Visiteur]
Ah, quel bon rire, ce matin, à vous lire ! Je ne sais pas si c'était votre désir premier, mais cette célébration m'a beaucoup amusé, vraiment.

La pistache est à la mode. On en trouve de plus en plus fourrant des bouchées de chocolat noir à plus de deux euros pièce (prix parisiens) ; on en trouve aussi dans des sablés succulents mais bien trop gras : elle est alors un des parfums proposés par une boulangerie spécialisée de l'avenue des Gobelins (à peine moins de trois euros pièce).
Permalien Mardi 7 février 2006 @ 10:58
Commentaire de: Robert Marchenoir [Visiteur]
En fait, c'est Andy Grove, fondateur du fabricant de microprocesseurs Intel, qui a écrit un livre intitulé "Only the paranoid survive":

http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/search-handle-form/202-3376187-3931059

Etant un fugitif des pays de l'Est au temps du communisme, il possède une certaine légitimité sur la question.
Permalien Mardi 7 février 2006 @ 16:07
Commentaire de: OrnithOrynque [Visiteur] · http://ornithorynque.hautetfort.com/
Si je comprends bien Dominique, les Sup de Co sont votre accès à la souffrance.:)
J'ai bien ri également de cette veine un peu Murayenne...mais aussi rêvé avec l'"oiseau pointu"...


Bien à vous.
Permalien Mercredi 8 février 2006 @ 18:16
Commentaire de: Lambert Saint-Paul [Visiteur] · http://lambertsaintpaul.hautetfort.com/
Si vous passez par Paris, arrêtez vous rue Montorgueil chez "Stohrer", le pâtissier bien connu des bobos, et commandez un "Antares" qui est un macaron dodu à la pistache et aux framboises fraîches. Mordez dedans sans autre forme de procès ; Cela ressemble à une visitation de la sainte vierge entrecoupée de râles de plaisirs moins avouables.

P.S. Si vous mettez des montures de lunette couleur pistache, je deviens pour ma part chanteur de rock ou moine bouhdiste (j'ai conscience de l'ignominie de ce chantage).

Amitiés.
Permalien Jeudi 9 février 2006 @ 15:29
Commentaire de: Danielle [Visiteur]
Rien n'est plus beau que la retraite aux flambeaux
Sauf peut-être ma cousine Berthe
Qui s'est fait faire une indéfrisable
Elle est admirable, on en mangerait
Un tout petit peu tout petit peu tout petit peu
Permalien Jeudi 9 février 2006 @ 23:16

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Dominique Autié
Dominique Autié
Quand le labeur
de vos journées
et les lectures
de vos nuits
vous tendent un seul
et même miroir
qui est l’écran
de votre ordinateur,
il y a urgence
à créer votre blog :
grâce au premier internaute
qui vous rend visite,
le cercle
cesse d’être vicieux.

Dominique Autié
Dominique Autié
Dominique Autié

septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
filet_dadada
filet_blanc_blog

LE PORTAIL intexte.net

Le blog de Dominique Autié
est développé sur le portail

intexte.net

logo_intexte
www.intexte.net

Agence d'édition
en ligne et hors ligne
de contenus pertinents.


*

Les éditions n&b
ont choisi le portail intexte.net
pour y développer leur site :

logo_nb
http://editions-nb.intexte.net



filet_blanc_blog


cadratin_dadada




Rechercher


Syndiquez ce blog XML